Extension Factory Builder
06/09/2012 à 12:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une équipe de secouristes sur les lieux de l'accident près de Marrakech. Une équipe de secouristes sur les lieux de l'accident près de Marrakech. © AFP

Deux jours après le tragique accident d’autobus qui a eu lieu près de Marrakech, le gouvernement marocain a transmis les premières conclusions de la commission d’enquête mise sur pied suite au drame. La surcharge et la vétusté du bus sont pointées du doigt.

Le Maroc est en deuil après l’accident d’autobus, le plus meurtrier de  l’histoire du royaume chérifien, qui a coûté la vie à 42 personnes mardi à 100 km au sud de Marrakech, après que leur car eut terminé sa course dans un ravin. Vingt-cinq personnes ont par ailleurs été blessées, dont quatre grièvement.

S’exprimant au terme d'une réunion destinée à étudier une série de mesures contre l'insécurité routière, le ministre marocain des Transports, Aziz Rebbah, a affirmé que l'accident est dû à un nombre trop élevé de passagers et à la vétusté du bus.

Selon « deux premiers constats bien établis », l'autocar transportait 11 passagers de trop et était « en mauvais état », a déclaré à l'agence MAP M. Rebbah, également ministre de l'Équipement, ajoutant qu'une commission allait se pencher sur la légalité du dernier contrôle technique passé par le véhicule.

Toutefois, toujours selon le ministre marocain, « les premiers éléments » tendent à confirmer que le bus « aurait été soumis à un contrôle routier avant l'accident ».

Le ministre a en revanche mis hors de cause les infrastructures routières, alors que le drame s'est déroulé de nuit dans la descente du plus haut col (2 300 mètres) du pays, entre les villes de Ouarzazate et Marrakech (sud).

Aziz Rebbah a souligné qu’un seul accident s'est produit sur cette même route entre 2005 et 2011, avant d’ajouter que « l'élément humain » était responsable de « 80% des accidents survenus sur les routes nationales ».

Lutter contre l’insécurité routière : une nécessité

Ce drame, qui a profondément choqué le pays, est venu souligner les ravages de l'insécurité routière dans le royaume où, selon des chiffres officiels, plus de 4 000 personnes ont trouvé la mort en 2011, soit l'équivalent de 13 décès chaque jour.

Cela représente une progression de près de 12% sur un an, en dépit de la récente entrée en vigueur d'un nouveau code de la route. Sur les six premiers mois de 2012, le nombre de morts a encore augmenté de 8%, selon des statistiques du comité national de prévention des accidents.

Suite au drame, le gouvernement a promis mercredi des mesures, au terme de son « comité d'urgence » tenu en présence du Premier ministre Abdelilah Benkirane.

Le ministre des Transports a annoncé la mise en place d'une « cellule de réflexion sur les moyens de lutter contre les accidents de la route ». Elle sera chargée de définir des « mesures à caractère urgent et d'autres à caractère structurants », selon la MAP.

D'après Aziz Rebbah, le gouvernement envisage déjà un « retrait du parc de tout autocar ne respectant pas les normes techniques en vigueur » et le renforcement des contrôles techniques dans les gares routières et les sociétés de transport. Un renforcement des contrôles du « temps de conduite journalier, qui ne doit pas dépasser huit heures », a également été évoqué, tout comme des amendements au code de la route.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

L'AKP de Recep Tayyip Erdogan, un modèle pour Ennahdha ?

L'AKP de Recep Tayyip Erdogan, un modèle pour Ennahdha ?

Depuis sa légalisation, en 2011, Ennahdha invoque le référentiel turc à l'envi. Comme pour lisser un peu plus son image.[...]

Islamistes marocains : un modèle nommé AKP

Séduits par l'expérience concluante de leurs homologues turcs, les islamistes du PJD tentent, depuis 2007, d'en reproduire la recette. Mais ils doivent composer avec un contexte politique radicalement [...]

L'État islamique appelle à tuer des civils français et américains

Le porte-parole de l'État islamique a appelé lundi ses partisans à riposter aux frappes lancées par la France et les États-Unis dans le nord de l'Irak en s'en prenant à leurs [...]

Vivants !

Dimanche 14 septembre, 14 h 30, aéroport de Tunis-Carthage. Massées dans le hall, des centaines de personnes attendent le retour après trois ans d'exil parisien de Mondher Zenaïdi, ancien[...]

Égypte : deux policiers tués dans un attentat au Caire

Deux officiers de police ont été tués dimanche dans un attentat à la bombe dans le centre du Caire, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Les policiers en Égypte sont[...]

Air Algérie : "pas de piste privilégiée" pour expliquer le crash

L'enquête sur la chute de l'avion d'Air Algérie, le 24 juillet au Mali, n'a pas permis pour l'instant de parvenir à "une piste privilégiée" expliquant l'accident, a[...]

Tunisie : le président Marzouki candidat à sa réélection

Le chef de l'État tunisien Moncef Marzouki a déposé samedi sa candidature à l'élection présidentielle du 23 novembre, un scrutin crucial pour la Tunisie près de quatre ans[...]

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il[...]

Carte interactive : l'Afrique francophone dans les missions de maintien de la paix

Depuis quelques années, les pays africains francophones participent de plus en plus à des opérations et missions de paix dans le monde. "Jeune Afrique" vous propose de découvrir si votre[...]

État islamique : que font les États voisins de la Syrie et de l'Irak ?

De la Turquie à l'Iran, au Moyen-Orient, le degré d'engagement contre l'État islamique reste très variable. Explications.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex