Extension Factory Builder
06/09/2012 à 12:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une équipe de secouristes sur les lieux de l'accident près de Marrakech. Une équipe de secouristes sur les lieux de l'accident près de Marrakech. © AFP

Deux jours après le tragique accident d’autobus qui a eu lieu près de Marrakech, le gouvernement marocain a transmis les premières conclusions de la commission d’enquête mise sur pied suite au drame. La surcharge et la vétusté du bus sont pointées du doigt.

Le Maroc est en deuil après l’accident d’autobus, le plus meurtrier de  l’histoire du royaume chérifien, qui a coûté la vie à 42 personnes mardi à 100 km au sud de Marrakech, après que leur car eut terminé sa course dans un ravin. Vingt-cinq personnes ont par ailleurs été blessées, dont quatre grièvement.

S’exprimant au terme d'une réunion destinée à étudier une série de mesures contre l'insécurité routière, le ministre marocain des Transports, Aziz Rebbah, a affirmé que l'accident est dû à un nombre trop élevé de passagers et à la vétusté du bus.

Selon « deux premiers constats bien établis », l'autocar transportait 11 passagers de trop et était « en mauvais état », a déclaré à l'agence MAP M. Rebbah, également ministre de l'Équipement, ajoutant qu'une commission allait se pencher sur la légalité du dernier contrôle technique passé par le véhicule.

Toutefois, toujours selon le ministre marocain, « les premiers éléments » tendent à confirmer que le bus « aurait été soumis à un contrôle routier avant l'accident ».

Le ministre a en revanche mis hors de cause les infrastructures routières, alors que le drame s'est déroulé de nuit dans la descente du plus haut col (2 300 mètres) du pays, entre les villes de Ouarzazate et Marrakech (sud).

Aziz Rebbah a souligné qu’un seul accident s'est produit sur cette même route entre 2005 et 2011, avant d’ajouter que « l'élément humain » était responsable de « 80% des accidents survenus sur les routes nationales ».

Lutter contre l’insécurité routière : une nécessité

Ce drame, qui a profondément choqué le pays, est venu souligner les ravages de l'insécurité routière dans le royaume où, selon des chiffres officiels, plus de 4 000 personnes ont trouvé la mort en 2011, soit l'équivalent de 13 décès chaque jour.

Cela représente une progression de près de 12% sur un an, en dépit de la récente entrée en vigueur d'un nouveau code de la route. Sur les six premiers mois de 2012, le nombre de morts a encore augmenté de 8%, selon des statistiques du comité national de prévention des accidents.

Suite au drame, le gouvernement a promis mercredi des mesures, au terme de son « comité d'urgence » tenu en présence du Premier ministre Abdelilah Benkirane.

Le ministre des Transports a annoncé la mise en place d'une « cellule de réflexion sur les moyens de lutter contre les accidents de la route ». Elle sera chargée de définir des « mesures à caractère urgent et d'autres à caractère structurants », selon la MAP.

D'après Aziz Rebbah, le gouvernement envisage déjà un « retrait du parc de tout autocar ne respectant pas les normes techniques en vigueur » et le renforcement des contrôles techniques dans les gares routières et les sociétés de transport. Un renforcement des contrôles du « temps de conduite journalier, qui ne doit pas dépasser huit heures », a également été évoqué, tout comme des amendements au code de la route.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki [...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Sexe, amour et Ebola : ce que les Africains ont recherché en 2014 sur Google

L'année 2014 touchant à son terme, le moteur de recherche Google a publié ses statistiques concernant les requêtes des utilisateurs durant les douze derniers mois. L'occasion de dresser le portrait type[...]

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du[...]

Rétro : 2014 vue par Damien Glez et Jeune Afrique

Marquée par ses drames et par ses joies, l’année qui s’achève n'aura pas été de tout repos pour le continent. Épidémie d'Ebola, crises en Centrafrique et au Nigeria,[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Documentaire : "Eau argentée", contre la guerre

Le documentaire "Eau argentée" de Ossama Mohammed et Simav, sorti en salles le 17 décembre à Paris, est un bouleversant témoignage sur le conflit syrien et un âpre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers