Extension Factory Builder
05/09/2012 à 18:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les hackers reprochent à Al-Jazira sa couverture de la crise syrienne. Les hackers reprochent à Al-Jazira sa couverture de la crise syrienne. © Al-Jazira

Al-Jazira a été victime d’une cyber-attaque, mardi 4 septembre. Les différents sites de la chaîne qatarie, tant la version arabophone (Aljazeera.net) que la version anglophone (Aljazeera.com), mais aussi les sites sportifs de la chaîne, ont été visés.

Le groupe de hackers syriens « Al Rachidoune », visiblement pro-Assad, a revendiqué l’attaque. En se rendant sur le site d’Al-Jazira, les internautes tombaient non pas sur la page d’accueil de la chaîne, mais sur un message dudit groupe syrien, accompagné d’un drapeau du pays et de la mention « hack » (« piratage électronique »).

Dans ce message, les hackers accusent la chaîne satellitaire de parti-pris en faveur de l’opposition au régime des Assad. Il stipulait : « Ceci est une réaction à vos positions contre le peuple et le gouvernement syriens, et particulièrement à votre soutien aux groupes terroristes, et aux fausses nouvelles que vous répandez ». La cyber-attaque aurait pris plusieurs formes, puisque la chaîne qatarie a aussi fait état d’un déroutage depuis sa page d’accueil vers des sites tiers.

L’attaque a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi et a duré plusieurs heures. Néanmoins, la chaîne satellitaire assure que tout était rentré dans l’ordre mercredi matin et que les internautes ne rencontraient plus aucune difficulté pour se connecter sur le site de la chaîne.

Al-Jazira s’est contentée de faire état de l’attaque et de préciser que ce n’était pas le serveur principal de la chaîne qatarie qui a subi l’attaque mais des serveurs externes, basés aux États-Unis. Les autorités américaines, avec qui le Qatar entretient de très bonnes relations, mèneraient donc l’enquête.

Vives critiques

La réaction a minima de la chaîne peut être interprétée comme une volonté de ne pas faire de vagues sur sa couverture des événements en Syrie, alors que celle-ci vaut à Al-Jazira de vives critiques. D’abord qualifiée de « prudente » par la politologue Claire Gabrielle Talon, la couverture de la révolution syrienne a suivi les inflexions de la diplomatie qatarie.

L’émir étant proche de Assad, il a d’abord tenté de le raisonner avant de laisser tomber son allié, voire de chercher à précipiter sa chute. Dans le même temps, Al-Jazira, qui au départ ouvrait son antenne presque exclusivement aux membres du régime, a pris un virage à 180°C, pour adopter une couverture des événements de plus en plus favorable à l’opposition, dont les membres ont désormais micro ouvert sur la chaîne.

Le professionnalisme de Al-Jazira est régulièrement mis en cause. La chaîne est notamment accusée par ses détracteurs de recourir abondamment à des témoins oculaires, sans vraiment prendre le temps de recouper ses sources. D’autre part, la chaîne satellitaire aurait tendance à passer sous silence les informations qui pourraient s’avérer compromettantes pour les révolutionnaires. Elle a par exemple fait très peu cas de la présence supposée de membres d’Al-Qaïda au sein de l’opposition syrienne armée, thème qui a pourtant été abordé par la plupart des médias généralistes d’envergure internationale.

Précédentes attaques

Le site internet de la chaîne qatarie avait déjà été victime d’attaques de cyber-pirates, en 2003. Les hackers, qui étaient cette fois américains, protestaient contre la manière dont la chaîne couvrait les événements en Irak. Ces attaques, survenues dans les premiers jours du lancement du site, avaient conduit à la suspension de celui-ci pendant plusieurs mois.

D’autres sites d’informations ont été visés par des attaques de groupes pro-Assad, comme l’armée électronique syrienne, qui possède un tableau de chasse bien garni : Reuters le mois dernier, Amnesty International, Harvard… En juillet dernier, c’est le compte Twitter de la chaîne qatarie qui avait été ciblé, vraisemblablement par le même groupe de cyber-pirates pro-Assad.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

L'ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l'organisation est[...]

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120905175639 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120905175639 from 172.16.0.100