Extension Factory Builder
05/09/2012 à 18:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les hackers reprochent à Al-Jazira sa couverture de la crise syrienne. Les hackers reprochent à Al-Jazira sa couverture de la crise syrienne. © Al-Jazira

Al-Jazira a été victime d’une cyber-attaque, mardi 4 septembre. Les différents sites de la chaîne qatarie, tant la version arabophone (Aljazeera.net) que la version anglophone (Aljazeera.com), mais aussi les sites sportifs de la chaîne, ont été visés.

Le groupe de hackers syriens « Al Rachidoune », visiblement pro-Assad, a revendiqué l’attaque. En se rendant sur le site d’Al-Jazira, les internautes tombaient non pas sur la page d’accueil de la chaîne, mais sur un message dudit groupe syrien, accompagné d’un drapeau du pays et de la mention « hack » (« piratage électronique »).

Dans ce message, les hackers accusent la chaîne satellitaire de parti-pris en faveur de l’opposition au régime des Assad. Il stipulait : « Ceci est une réaction à vos positions contre le peuple et le gouvernement syriens, et particulièrement à votre soutien aux groupes terroristes, et aux fausses nouvelles que vous répandez ». La cyber-attaque aurait pris plusieurs formes, puisque la chaîne qatarie a aussi fait état d’un déroutage depuis sa page d’accueil vers des sites tiers.

L’attaque a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi et a duré plusieurs heures. Néanmoins, la chaîne satellitaire assure que tout était rentré dans l’ordre mercredi matin et que les internautes ne rencontraient plus aucune difficulté pour se connecter sur le site de la chaîne.

Al-Jazira s’est contentée de faire état de l’attaque et de préciser que ce n’était pas le serveur principal de la chaîne qatarie qui a subi l’attaque mais des serveurs externes, basés aux États-Unis. Les autorités américaines, avec qui le Qatar entretient de très bonnes relations, mèneraient donc l’enquête.

Vives critiques

La réaction a minima de la chaîne peut être interprétée comme une volonté de ne pas faire de vagues sur sa couverture des événements en Syrie, alors que celle-ci vaut à Al-Jazira de vives critiques. D’abord qualifiée de « prudente » par la politologue Claire Gabrielle Talon, la couverture de la révolution syrienne a suivi les inflexions de la diplomatie qatarie.

L’émir étant proche de Assad, il a d’abord tenté de le raisonner avant de laisser tomber son allié, voire de chercher à précipiter sa chute. Dans le même temps, Al-Jazira, qui au départ ouvrait son antenne presque exclusivement aux membres du régime, a pris un virage à 180°C, pour adopter une couverture des événements de plus en plus favorable à l’opposition, dont les membres ont désormais micro ouvert sur la chaîne.

Le professionnalisme de Al-Jazira est régulièrement mis en cause. La chaîne est notamment accusée par ses détracteurs de recourir abondamment à des témoins oculaires, sans vraiment prendre le temps de recouper ses sources. D’autre part, la chaîne satellitaire aurait tendance à passer sous silence les informations qui pourraient s’avérer compromettantes pour les révolutionnaires. Elle a par exemple fait très peu cas de la présence supposée de membres d’Al-Qaïda au sein de l’opposition syrienne armée, thème qui a pourtant été abordé par la plupart des médias généralistes d’envergure internationale.

Précédentes attaques

Le site internet de la chaîne qatarie avait déjà été victime d’attaques de cyber-pirates, en 2003. Les hackers, qui étaient cette fois américains, protestaient contre la manière dont la chaîne couvrait les événements en Irak. Ces attaques, survenues dans les premiers jours du lancement du site, avaient conduit à la suspension de celui-ci pendant plusieurs mois.

D’autres sites d’informations ont été visés par des attaques de groupes pro-Assad, comme l’armée électronique syrienne, qui possède un tableau de chasse bien garni : Reuters le mois dernier, Amnesty International, Harvard… En juillet dernier, c’est le compte Twitter de la chaîne qatarie qui avait été ciblé, vraisemblablement par le même groupe de cyber-pirates pro-Assad.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Algérie : Jund al-Khilafah, des 'soldats' pas si inconnus

Algérie : Jund al-Khilafah, des "soldats" pas si inconnus

Qui sont les terroristes de Jund al-Khilafah, qui ont exécuté l'otage français Hervé Gourdel ? Leur chef, Abdelmalek Gouri, a fait allégeance à l'État islamique.[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

État islamique : plus de 200 jihadistes tués au cours des raids aériens de la coalition

Une semaine après le début des frappes aériennes de la coalition de Washington et ses alliés arabes contre l'État islamique en Syrie, un premier bilan fait état de plus de 200 morts[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Hajj : Ebola n'ébranle pas la foi

Malgré la fièvre qui sévit dans la région, nombreux sont les Ouest-Africains à emprunter la route de La Mecque. Reportage dans la capitale sénégalaise.[...]

Hajj : objectif sécurité

Le pèlerinage à La Mecque est un défi logistique, sécuritaire et sanitaire. Explications.[...]

Hajj : voyageurs pigeonnés

Les affaires du hajj se chiffrent en milliards de dollars, et l'odeur des billets verts attire bien des rapaces sans foi ni loi qui profitent allègrement de la piété, et souvent de la candeur des [...]

Arabie saoudite : l'or pieux du hajj

Début octobre, près de deux millions de pèlerins se rassembleront à La Mecque, en Arabie saoudite. Un devoir religieux devenu une véritable industrie touristique.[...]

Les États-Unis reconnaissent avoir "sous-estimé" l'État islamique

La Syrie est "Ground Zero pour les jihadistes à travers le monde", a déclaré dimanche le président américain, Barack Obama. Une situation que les États-Unis reconnaissent avoir[...]

État islamique : naissance d'un monstre de guerre (#2)

Comment la force de État islamique a-t-elle jailli du chaos en Irak et en Syrie ? Laurent Touchard* revient en deux billets sur la naissance d'une armée jihadiste assez puissante pour supplanter Al-Qaïda et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers