Extension Factory Builder
05/09/2012 à 16:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ex-président tchadien Hissène Habré. L'ex-président tchadien Hissène Habré. © AFP

Les avocats de Hissène Habré ne souhaitent qu'une chose : l'échec du processus entamé par l'Union africaine (UA) et le Sénégal pour la création d'un tribunal spécial, allant jusqu'à en contester l'existence même. La machine judiciaire semble pourtant bien en marche et devrait conduire l'ex-président tchadien à répondre des crimes commis dans son pays entre 1982 et 1990.

« Il n’y aura pas de procès ! » C’est le pari osé que fait Me François Serres, l'avocat français de Hissène Habré qui s’exprimait, le 4 septembre, depuis son cabinet parisien. Avec quelques confrères sénégalais, le juriste élabore une stratégie afin d’éviter la tenue d'un procès qui paraît plus proche que jamais après que, le 22 août dernier, Dakar a annoncé avoir signé un accord avec l'Union africaine (UA) pour la création de chambres africaines extraordinaires au sein des juridictions sénégalaises pour juger tous les « crimes internationaux commis au Tchad durant la période 1982-1990 ».

François Serres s'évertue à mettre en doute l'existence d'un tel accord, se basant sur le fait qu'aucune copie du texte n'a jusqu’ici été rendue publique. « Je le considère donc comme un acte inexistant et s’il existait, un acte parfaitement irrégulier », grogne l'avocat. Qui entend le cas échéant contester l’autorité juridique des deux signataires, « au regard du droit international public et du droit constitutionnel », pour créer au Sénégal une juridiction extraordinaire.

Arguments tous azimuts

Les arguments de l’avocat pleuvent tous azimuts : invocation de vices de forme ou de l'insuffisance des financements actuels, et mise en cause des arguments de l’accusation sur le fond. François Serres va jusqu'à mettre en doute la volonté politique du président sénégalais Macky Sall. « Je m’étonne de son empressement à prendre cette affaire comme une priorité au lendemain de son élection, comme s’il avait une dette auprès d’un certain nombre de bailleurs de fonds internationaux », persifle-t-il.

Au cours de ses huit années de présidence, l'ex-dirigeant tchadien, exilé au Sénégal depuis 1990, se serait rendu coupable de massacres, d'assassinats politiques et d'actes de torture. Le nombre des victimes s'élève à 40 000 morts et 20 000 disparus.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : le procès de Karim Wade s'ouvre à Dakar

Sénégal : le procès de Karim Wade s'ouvre à Dakar

Accusé d'avoir acquis de manière illicite 178 millions d'euros, Karim Wade, fils de l'ancien président sénégalais, est jugé à partir de ce jeudi à Dakar. Un procès pub[...]

TNT : le jackpot contesté de Sidy Diagne

 Le groupe sénégalais Excaf, spécialisé dans l'événementiel et la télévision payante, a récemment obtenu le marché du passage au numérique pour le[...]

Sénégal : Macky Sall et le mandat de cinq ans

Macky Sall a promis de faire passer le mandat présidentiel de sept à cinq ans, mais va-t-il tenir parole ? Et si oui, quand ?[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Sénégal : dans l'affaire Karim Wade, Bibo Bourgi plaide malade

La détérioration de l'état de santé de l'homme d'affaires, soupçonné de complicité dans l'affaire Karim Wade, hypothèque la tenue du procès, le[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Le Sénégal lève 500 millions de dollars sur les marchés internationaux

Le Sénégal a levé 500 millions de dollars sur les marchés internationaux. L'eurobond, d'une maturité de dix ans, a été émis à un taux de 6,25 % et a attiré un[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers