Extension Factory Builder
04/09/2012 à 18:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Isa Hayatou préside aux destinées de la CAF depuis 1988. Isa Hayatou préside aux destinées de la CAF depuis 1988. © CAF

L'assemblée générale de la Confédération africaine de football (CAF), réunie en congrès exceptionnel aux Seychelles, a adopté lundi 3 septembre une motion empêchant l'Ivoirien Jacques Anouma de se présenter à l'élection pour la présidence de l'organisation. Dont l'actuel dirigeant, le Camerounais Issa Hayatou, a désormais toutes les chances de se succéder à lui même. Pour un septième mandat de quatre ans.

Issa Hayatou en rêvait, l’assemblée générale de la CAF l’a fait. Réunie en congrès exceptionnel aux Seychelles, lundi 3 septembre, l’instance africaine de football a adopté par 44 voix pour sur 51 (6 contre et une abstention), suite à un vote à main levée, la motion proposée le mois dernier par Mohammed Raouraoua, président de la Fédération algérienne de football.

Celle-ci visait à modifier les statuts de la CAF et prévoit notamment que n’importe quel candidat souhaitant briguer le poste de président de l’institution doit être « membre du comité exécutif », ou ait occupé cette fonction par le passé.

Une disposition qui sera appliquée à partir de décembre prochain et qui est loin d’être anodine : elle résume en fait tout l’enjeu du prochain scrutin pour la présidence de la CAF, prévu en mars 2013.

"Aventurier"

Jacques Anouma, ancien président de la Fédération ivoirienne de football (FIF), était jusqu’alors le seul rival d’Issa Hayatou, l’actuel président. Or, l’Ivoirien n’a jamais été membre du comité exécutif de la CAF, à la différence de son aîné camerounais, qui y a siégé deux ans avant son élection à la présidence de la CAF, trône sur lequel il est confortablement assis depuis 1988.

Avec cette modification, Hayatou met donc hors course son unique concurrent avoué et on voit mal qui pourrait se dresser en travers de sa route pour empêcher sa réélection dans six mois. Badara Mamaya Sène, membre de la Commission d’arbitrage de la CAF, argue que « cette motion a été introduite pour protéger notre organisation ». Le partisan du président sortant ajoute que cette motion était indispensable « sinon n’importe quel aventurier, soutenu par un président de la République, peut vouloir diriger la CAF ».

Sentant le coup venir, Anouma s’était déjà exprimé dans nos colonnes samedi dernier, assurant qu’il respecterait le vote de l’assemblée générale mais que la bataille ne faisait que commencer, avec, en ligne de mire, la volonté d’insuffler un profond changement dans le football africain. Le vote de ladite motion confirme en tout cas qu’il n’y a pas qu’en politique que les dirigeants rechignent à lâcher les rênes du pouvoir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces t[...]

CAN 2015 : la Guinée qualifiée pour les quarts de finale au tirage au sort, le Mali éliminé

C'est donc la Guinée qui s'est qualifiée pour les quarts de finale de la CAN 2015. Elle affrontera le Ghana dimanche à 17h.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

CAN 2015 : Guinée-Mali, 3 choses à savoir sur un tirage au sort controversé

À égalité parfaite dans le groupe D après trois rencontres, le Mali et la Guinée seront départagés par tirage au sort pour la qualification aux quarts de finale. La[...]

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi[...]

CAN 2015 : chapeau, Malabo !

Organisée dans l'urgence, la compétition a connu quelques ratés au démarrage. Témoignages d'entraîneurs, qui saluent finalement "l'exploit" de la Guinée[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

La fin de l'épidémie d'Ebola est-elle proche ?

Alors que le nombre de nouveaux cas d'Ebola est retombé en janvier à son plus bas niveau depuis août en Sierra Leone et en Guinée, et depuis juin pour le Liberia, l'OMS et des professionnels du[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Agroalimentaire : Supreme Group passe à l'attaque en Afrique

 Supreme Group, multinationale du soutient logistique et du transport alimentaire, diversifie ses activités et s'intéresse désormais aux PME africaines, a appris "Jeune Afrique".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120904175339 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120904175339 from 172.16.0.100