Extension Factory Builder
04/09/2012 à 18:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Isa Hayatou préside aux destinées de la CAF depuis 1988. Isa Hayatou préside aux destinées de la CAF depuis 1988. © CAF

L'assemblée générale de la Confédération africaine de football (CAF), réunie en congrès exceptionnel aux Seychelles, a adopté lundi 3 septembre une motion empêchant l'Ivoirien Jacques Anouma de se présenter à l'élection pour la présidence de l'organisation. Dont l'actuel dirigeant, le Camerounais Issa Hayatou, a désormais toutes les chances de se succéder à lui même. Pour un septième mandat de quatre ans.

Issa Hayatou en rêvait, l’assemblée générale de la CAF l’a fait. Réunie en congrès exceptionnel aux Seychelles, lundi 3 septembre, l’instance africaine de football a adopté par 44 voix pour sur 51 (6 contre et une abstention), suite à un vote à main levée, la motion proposée le mois dernier par Mohammed Raouraoua, président de la Fédération algérienne de football.

Celle-ci visait à modifier les statuts de la CAF et prévoit notamment que n’importe quel candidat souhaitant briguer le poste de président de l’institution doit être « membre du comité exécutif », ou ait occupé cette fonction par le passé.

Une disposition qui sera appliquée à partir de décembre prochain et qui est loin d’être anodine : elle résume en fait tout l’enjeu du prochain scrutin pour la présidence de la CAF, prévu en mars 2013.

"Aventurier"

Jacques Anouma, ancien président de la Fédération ivoirienne de football (FIF), était jusqu’alors le seul rival d’Issa Hayatou, l’actuel président. Or, l’Ivoirien n’a jamais été membre du comité exécutif de la CAF, à la différence de son aîné camerounais, qui y a siégé deux ans avant son élection à la présidence de la CAF, trône sur lequel il est confortablement assis depuis 1988.

Avec cette modification, Hayatou met donc hors course son unique concurrent avoué et on voit mal qui pourrait se dresser en travers de sa route pour empêcher sa réélection dans six mois. Badara Mamaya Sène, membre de la Commission d’arbitrage de la CAF, argue que « cette motion a été introduite pour protéger notre organisation ». Le partisan du président sortant ajoute que cette motion était indispensable « sinon n’importe quel aventurier, soutenu par un président de la République, peut vouloir diriger la CAF ».

Sentant le coup venir, Anouma s’était déjà exprimé dans nos colonnes samedi dernier, assurant qu’il respecterait le vote de l’assemblée générale mais que la bataille ne faisait que commencer, avec, en ligne de mire, la volonté d’insuffler un profond changement dans le football africain. Le vote de ladite motion confirme en tout cas qu’il n’y a pas qu’en politique que les dirigeants rechignent à lâcher les rênes du pouvoir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Créée en 2006 comme un consortium entre le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement des Canaries et la municipalité de Las Palmas où elle a son siège,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers