Extension Factory Builder
04/09/2012 à 17:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Compaoré figure en tête de liste du CDP dans la province de Kadiogo. François Compaoré figure en tête de liste du CDP dans la province de Kadiogo. © DR

Le voile commence à se lever sur les candidatures aux élections législatives qui auront lieu au début de décembre au Burkina Faso. Sauf surprise de dernière minute, François Compaoré, conseiller à la présidence et frère cadet du chef de l'État, devrait briguer un siège à l’Assemblée nationale.

À l'approche des élections législatives qui doivent se tenir simultanément avec les municipales, le 2 décembre 2012, les partis politiques burkinabè commencent à rendre publique la liste de leurs candidats à la députation.

Pour l'heure, l'essentiel des candidatures connues proviennent du parti au pouvoir, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), qui a entamé un processus de désignation à l'échelon provincial.

Parmi les prétendants déclarés à un fauteuil de député, quelques « nouveaux venus » attirent l'attention des Burkinabè et notamment des Ouagalais. Dans la province du Kadiogo, à laquelle appartient la capitale, François Compaoré, conseiller à la présidence, et Assimi Kouanda, secrétaire exécutif du CDP, se classent respectivement en tête et en troisième position de la liste électorale.

Filtrage

Après leur promotion à la tête des structures dirigeantes du parti en mars dernier, c'est un nouveau pas que le frère cadet du chef de l'État Blaise Compaoré et le patron du CDP s'apprêtent à franchir en briguant un siège à l'Assemblée nationale.

Ces candidatures, ainsi que les places occupées sur la liste, demandent cependant à être confirmées par le Bureau politique national du parti avant le dépôt définitif des listes devant la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), à partir du 10 septembre 2012.

Mais le plus dur est déjà fait pour les postulants qui ont passé l'épreuve de la validation de leurs candidatures au niveau des sections provinciales du parti majoritaire.

Dans cette instance, un collège composé de cadres locaux, de représentants de jeunes, femmes et anciens, a procédé à un premier filtrage en faisant une appréciation des candidats selon des critères de militantisme, de bonne moralité, de popularité et de leur capacité à assurer la victoire de leur camp politique.

Prolongations

Autant dire que la validation finale de leur candidature devrait être une tâche aisée pour les deux nouveaux poids lourds du parti dirigeant. Lors des législatives, l'Assemblée nationale passera de 111 à 127 députés. Initialement prévues pour le mois de mai 2012, elles avaient été reportées afin que la procédure d'enrôlement biométrique des électeurs puisse parvenir à son terme.

Si la prolongation n'a permis d'enregistrer que 4,4 millions d'inscrits sur 8 millions d'électeurs potentiels, certains, comme le président de la Ceni, Me Barthélemy Kéré, jugent qu'il est inutile de repousser une nouvelle fois l'échéance. Les élections couplées devraient donc bien avoir lieu à la date prévue.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire[...]

Burkina Faso : Compaoré - Kaboré, chronique d'un divorce annoncé

Entre Blaise Compaoré et Roch Marc Christian Kaboré, rien ne va plus. Comment en sont-ils arrivés là ?[...]

Crise politique au Burkina Faso : Alassane Ouattara prend les choses en main

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, est désormais impliqué en personne dans les tentavies de trouver une solution à la crise politique au Burkina Faso. Il a reçu à Abidjan les[...]

Burkina Faso : Zongo et Sankara, les fantômes chahuteurs de Compaoré

Au moment où le régime du président burkinabè, Blaise Compaoré, est fragilisé, deux assassinats officiellement non élucidés remontent à la surface : ceux de Thomas[...]

Les enfants mineurs, victimes de la ruée vers l'or au Burkina Faso

Au Burkina Faso, entre un demi-million et 700 000 adolescents ou pré-adolescents travailleraient dans le secteur minier et risquent quotidiennement leur vie pour trouver de l'or, principal produit d'exportation du pays.[...]

"Une nuit à la présidence" : il était une fois en Afrique, dans la République démocratique populaire...

Rire pour s’insurger. Présidents africains, Premières dames, hommes d’affaires occidentaux, FMI, Banque mondiale en prennent tour à tour pour leur grade dans "Une nuit à la[...]

Burkina Faso : Sankara, es-tu là ?

Est-ce bien l'ancien président Thomas Sankara, assassiné en 1987, qui a été inhumé à Ouagadougou ? Sa famille a saisi la justice. Et attend toujours les réponses.[...]

High Tech : le top 10 des innovations africaines

Dans les domaines de la santé, de la téléphonie mobile, de l'agriculture ou du développement durable, le continent sait être à pointe de la modernité lui aussi. On fait le point[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces