Extension Factory Builder
04/09/2012 à 17:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Compaoré figure en tête de liste du CDP dans la province de Kadiogo. François Compaoré figure en tête de liste du CDP dans la province de Kadiogo. © DR

Le voile commence à se lever sur les candidatures aux élections législatives qui auront lieu au début de décembre au Burkina Faso. Sauf surprise de dernière minute, François Compaoré, conseiller à la présidence et frère cadet du chef de l'État, devrait briguer un siège à l’Assemblée nationale.

À l'approche des élections législatives qui doivent se tenir simultanément avec les municipales, le 2 décembre 2012, les partis politiques burkinabè commencent à rendre publique la liste de leurs candidats à la députation.

Pour l'heure, l'essentiel des candidatures connues proviennent du parti au pouvoir, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), qui a entamé un processus de désignation à l'échelon provincial.

Parmi les prétendants déclarés à un fauteuil de député, quelques « nouveaux venus » attirent l'attention des Burkinabè et notamment des Ouagalais. Dans la province du Kadiogo, à laquelle appartient la capitale, François Compaoré, conseiller à la présidence, et Assimi Kouanda, secrétaire exécutif du CDP, se classent respectivement en tête et en troisième position de la liste électorale.

Filtrage

Après leur promotion à la tête des structures dirigeantes du parti en mars dernier, c'est un nouveau pas que le frère cadet du chef de l'État Blaise Compaoré et le patron du CDP s'apprêtent à franchir en briguant un siège à l'Assemblée nationale.

Ces candidatures, ainsi que les places occupées sur la liste, demandent cependant à être confirmées par le Bureau politique national du parti avant le dépôt définitif des listes devant la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), à partir du 10 septembre 2012.

Mais le plus dur est déjà fait pour les postulants qui ont passé l'épreuve de la validation de leurs candidatures au niveau des sections provinciales du parti majoritaire.

Dans cette instance, un collège composé de cadres locaux, de représentants de jeunes, femmes et anciens, a procédé à un premier filtrage en faisant une appréciation des candidats selon des critères de militantisme, de bonne moralité, de popularité et de leur capacité à assurer la victoire de leur camp politique.

Prolongations

Autant dire que la validation finale de leur candidature devrait être une tâche aisée pour les deux nouveaux poids lourds du parti dirigeant. Lors des législatives, l'Assemblée nationale passera de 111 à 127 députés. Initialement prévues pour le mois de mai 2012, elles avaient été reportées afin que la procédure d'enrôlement biométrique des électeurs puisse parvenir à son terme.

Si la prolongation n'a permis d'enregistrer que 4,4 millions d'inscrits sur 8 millions d'électeurs potentiels, certains, comme le président de la Ceni, Me Barthélemy Kéré, jugent qu'il est inutile de repousser une nouvelle fois l'échéance. Les élections couplées devraient donc bien avoir lieu à la date prévue.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient 'Timbuktu' en compétition officielle

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre burkinab&eg[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Burkina - Michel Kafando : "La rue est toujours pressée"

Pour la première fois depuis sa nomination au poste de président de la transition, Michel Kafando s'est confié à "Jeune Afrique". Un entretien exclusif à retrouver dans le n°2823,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120904170602 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120904170602 from 172.16.0.100