Extension Factory Builder
04/09/2012 à 17:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Compaoré figure en tête de liste du CDP dans la province de Kadiogo. François Compaoré figure en tête de liste du CDP dans la province de Kadiogo. © DR

Le voile commence à se lever sur les candidatures aux élections législatives qui auront lieu au début de décembre au Burkina Faso. Sauf surprise de dernière minute, François Compaoré, conseiller à la présidence et frère cadet du chef de l'État, devrait briguer un siège à l’Assemblée nationale.

À l'approche des élections législatives qui doivent se tenir simultanément avec les municipales, le 2 décembre 2012, les partis politiques burkinabè commencent à rendre publique la liste de leurs candidats à la députation.

Pour l'heure, l'essentiel des candidatures connues proviennent du parti au pouvoir, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), qui a entamé un processus de désignation à l'échelon provincial.

Parmi les prétendants déclarés à un fauteuil de député, quelques « nouveaux venus » attirent l'attention des Burkinabè et notamment des Ouagalais. Dans la province du Kadiogo, à laquelle appartient la capitale, François Compaoré, conseiller à la présidence, et Assimi Kouanda, secrétaire exécutif du CDP, se classent respectivement en tête et en troisième position de la liste électorale.

Filtrage

Après leur promotion à la tête des structures dirigeantes du parti en mars dernier, c'est un nouveau pas que le frère cadet du chef de l'État Blaise Compaoré et le patron du CDP s'apprêtent à franchir en briguant un siège à l'Assemblée nationale.

Ces candidatures, ainsi que les places occupées sur la liste, demandent cependant à être confirmées par le Bureau politique national du parti avant le dépôt définitif des listes devant la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), à partir du 10 septembre 2012.

Mais le plus dur est déjà fait pour les postulants qui ont passé l'épreuve de la validation de leurs candidatures au niveau des sections provinciales du parti majoritaire.

Dans cette instance, un collège composé de cadres locaux, de représentants de jeunes, femmes et anciens, a procédé à un premier filtrage en faisant une appréciation des candidats selon des critères de militantisme, de bonne moralité, de popularité et de leur capacité à assurer la victoire de leur camp politique.

Prolongations

Autant dire que la validation finale de leur candidature devrait être une tâche aisée pour les deux nouveaux poids lourds du parti dirigeant. Lors des législatives, l'Assemblée nationale passera de 111 à 127 députés. Initialement prévues pour le mois de mai 2012, elles avaient été reportées afin que la procédure d'enrôlement biométrique des électeurs puisse parvenir à son terme.

Si la prolongation n'a permis d'enregistrer que 4,4 millions d'inscrits sur 8 millions d'électeurs potentiels, certains, comme le président de la Ceni, Me Barthélemy Kéré, jugent qu'il est inutile de repousser une nouvelle fois l'échéance. Les élections couplées devraient donc bien avoir lieu à la date prévue.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina : des milliers de manifestants en faveur du nouveau code électoral

Burkina : des milliers de manifestants en faveur du nouveau code électoral

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Ouagadougou en faveur du nouveau code électoral, qui exclut des prochaines élections d'octobre les partisans de l'ancien président Blaise Compaor&[...]

Annick Girardin, première ministre française en visite au Burkina depuis la chute de Compaoré

Annick Girardin, la secrétaire d’Etat française au Développement et à la Francophonie arrive ce samedi le 25 avril à Abidjan, première étape d’une tournée en[...]

Élections : la carte interactive de la biométrie en Afrique

En Afrique comme ailleurs, les élections riment parfois avec fraudes ou, tout au moins, soupçons de votes multiples, de bourrages d'urnes et de manipulations en tous genres... Alors, pour réconcilier les[...]

Burkina Faso : code électoral sous surveillance

Les conséquences de l'adoption du nouveau code électoral burkinabè - qui exclut des prochaines consultations présidentielle et législatives les partisans de Blaise Compaoré - sont[...]

Burkina Faso : l'affaire Thomas Sankara, chronique d'un déni de justice

Alors que l'enquête vient d'être relancée par la justice militaire du Burkina, retour sur dix-huit années de blocages judiciaires autour de l'assassinat de Thomas Sankara.[...]

Présidentielle burkinabè : la veuve de Sankara, dernière chance des sankaristes ?

Les mouvements sankaristes burkinabè tenteront-ils un coup de poker, en désignant la veuve de Thomas Sankara candidate à la présidentielle d’octobre ? Ou le coup de théâtre se[...]

Burkina : Mariam Sankara bientôt de retour à Ouagadougou ?

Selon plusieurs sources, Mariam Sankara se rendra dans les prochaines semaines au Burkina.[...]

Burkina : trois ex-ministres de Compaoré sortent de prison, un autre y entre

Selon des sources judiciaires et sécuritaires burkinabè, trois anciens ministres de Blaise Compaoré, interpellés pour des malversations présumées, ont été remis mardi en[...]

Burkina Faso : Djibrill Bassolé, ou l'art du rebond

À Ouagadougou, les ambitions présidentielles de l'ancien ministre ne sont un secret pour personne. Rencontre avec un homme qui a presque réussi à faire oublier qu'il avait été un[...]

Burkina Faso : deux anciens ministres de Blaise Compaoré déférés au parquet

Jérôme Bougouma, ex-ministre de l’Administration territoriale et de la Sécurité, et Salif Kaboré, ex-ministre des Mines et de l’Énergie, ont été[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120904170602 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120904170602 from 172.16.0.100