Extension Factory Builder
04/09/2012 à 17:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Compaoré figure en tête de liste du CDP dans la province de Kadiogo. François Compaoré figure en tête de liste du CDP dans la province de Kadiogo. © DR

Le voile commence à se lever sur les candidatures aux élections législatives qui auront lieu au début de décembre au Burkina Faso. Sauf surprise de dernière minute, François Compaoré, conseiller à la présidence et frère cadet du chef de l'État, devrait briguer un siège à l’Assemblée nationale.

À l'approche des élections législatives qui doivent se tenir simultanément avec les municipales, le 2 décembre 2012, les partis politiques burkinabè commencent à rendre publique la liste de leurs candidats à la députation.

Pour l'heure, l'essentiel des candidatures connues proviennent du parti au pouvoir, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), qui a entamé un processus de désignation à l'échelon provincial.

Parmi les prétendants déclarés à un fauteuil de député, quelques « nouveaux venus » attirent l'attention des Burkinabè et notamment des Ouagalais. Dans la province du Kadiogo, à laquelle appartient la capitale, François Compaoré, conseiller à la présidence, et Assimi Kouanda, secrétaire exécutif du CDP, se classent respectivement en tête et en troisième position de la liste électorale.

Filtrage

Après leur promotion à la tête des structures dirigeantes du parti en mars dernier, c'est un nouveau pas que le frère cadet du chef de l'État Blaise Compaoré et le patron du CDP s'apprêtent à franchir en briguant un siège à l'Assemblée nationale.

Ces candidatures, ainsi que les places occupées sur la liste, demandent cependant à être confirmées par le Bureau politique national du parti avant le dépôt définitif des listes devant la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), à partir du 10 septembre 2012.

Mais le plus dur est déjà fait pour les postulants qui ont passé l'épreuve de la validation de leurs candidatures au niveau des sections provinciales du parti majoritaire.

Dans cette instance, un collège composé de cadres locaux, de représentants de jeunes, femmes et anciens, a procédé à un premier filtrage en faisant une appréciation des candidats selon des critères de militantisme, de bonne moralité, de popularité et de leur capacité à assurer la victoire de leur camp politique.

Prolongations

Autant dire que la validation finale de leur candidature devrait être une tâche aisée pour les deux nouveaux poids lourds du parti dirigeant. Lors des législatives, l'Assemblée nationale passera de 111 à 127 députés. Initialement prévues pour le mois de mai 2012, elles avaient été reportées afin que la procédure d'enrôlement biométrique des électeurs puisse parvenir à son terme.

Si la prolongation n'a permis d'enregistrer que 4,4 millions d'inscrits sur 8 millions d'électeurs potentiels, certains, comme le président de la Ceni, Me Barthélemy Kéré, jugent qu'il est inutile de repousser une nouvelle fois l'échéance. Les élections couplées devraient donc bien avoir lieu à la date prévue.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme[...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation[...]

Burkina : démission de Compaoré, confusion autour de la transition

Après la démission de Blaise Compaoré vendredi, le chef d'état-major des armées, le général Honoré Nabéré Traoré, a déclaré qu'il dirigera[...]

Burkina : le jour d'après

Après les violentes manifestations de jeudi, la situation reste très confuse ce vendredi matin au Burkina. Blaise Compaoré n'a pas l'intention de démissionner, une transition a été[...]

Burkina : qui sont les principaux acteurs du 30 octobre ?

La situation restait confuse jeudi en fin de journée au Burkina Faso. L’armée semblait avoir pris le contrôle de la situation en annonçant la dissolution du gouvernement et en instaurant une[...]

Exclusif : la lettre de François Hollande qui mettait en garde Blaise Compaoré

Dans une lettre datée du 7 octobre, le chef de l'État français, François Hollande, mettait en garde Blaise Compaoré. Il lui expliquait comment le Burkina pourrait "être un[...]

Burkina : retour sur les événements de la journée historique du 30 octobre

À la suite de la manifestation et des heurts qui ont conduit à l'abandon du vote du projet de loi sur la modification de la Constitution burkinabè, le chef de l'État, Blaise Compaoré, a[...]

Ebola - CAN 2015 : Keita, Chermiti, Ndinga, N'Ganga... l'idée d'un report fait son chemin

Si l’avenir de la CAN 2015 (17 janvier-8 février) se jouera dans les prochains jours, les joueurs potentiellement concernés par la compétition commencent à s’exprimer. Et ceux que Jeune[...]

Burkina - En direct : situation toujours confuse à Ouagadougou, tractations en cours

Les députés burkinabè devaient voter ce jeudi, à partir de 10 heures (heure locale), le projet de loi sur la modification de la Constitution, qui permettrait à Blaise Compaoré de se[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers