Extension Factory Builder
04/09/2012 à 16:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des femmes chiites manifestent à Shakhora. Des femmes chiites manifestent à Shakhora. © AFP

Une cour d’appel de Bahreïn a confirmé, mardi 4 septembre, les peines prononcées à l’égard de treize opposants bahreïnis. Des militants qui avaient occupé une place centrale au moment du soulèvement populaire de février-mars 2011.

Le « printemps bahreïni », symbolisé par l’occupation de la place de la Perle à Manama, avait été écrasé dans le sang en mars 2011 suite à une intervention des troupes du CCG (Conseil de coopération du Golfe), menées par l’Arabie saoudite. Les autorités bahreïnies avaient alors dépeint le soulèvement comme une révolte chiite, chapeautée par Téhéran. Bien que majoritaires numériquement dans le royaume dirigé par la dynastie sunnite des al-Khalifa, les chiites sont l’objet de nombreuses discriminations à Bahreïn.

En juin 2011, un tribunal d’exception avait déjà condamné les treize militants en question, tous emprisonnés depuis un an et demi, pour « complot contre le régime ». Sept d'entre eux ont écopé d’une peine de prison à perpétuité ; les autres se sont vu infliger des peines  s’étalant de cinq à quinze ans.

Les militants qui ont été sanctionnés d’une peine à perpétuité sont tous chiites et, parmi eux, on compte Abdel Hadi al-Khawaja, célèbre militant des droits de l’homme dano-bahreïni, qui avait effectué une grève de la faim au printemps dernier, afin de protester, en vain, contre les emprisonnements massifs d’opposants au régime. Ces condamnations interviennent alors que la peine de trois ans de prison prononcée à l’encontre de Nabil Rajab, opposant et militant des droits de l’homme, a déjà fait grand bruit en août dernier.

Tensions avec l'Iran

Si la présence des forces de l’ordre, spécialement placées autour du tribunal, a empêché tout incident sur place, quelques troubles ont éclaté dans la périphérie de Manama. À l’annonce de la sentence, de jeunes opposants ont en effet exprimé leur mécontentement en enflammant des pneus dans plusieurs localités à majorité chiite.  

Les opposants bahreïnis, qui revendiquent la mise en place d’une monarchie constitutionnelle effective, semblent toujours autant muselés, alors que le régime refuse catégoriquement d’adresser le moindre signe positif en direction de l’opposition.

Ces condamnations prennent place sur fond de contexte géopolitique tendu pour le royaume des al-Khalifa : les tensions entre Bahreïn et l’Iran, accusé de fomenter une révolte chiite dans le royaume insulaire, se sont en effet accentuées ce week-end ; la monarchie sunnite reprochant à l’Iran d’avoir biaisé la traduction des propos de Mohammed Morsi lors de sa visite dans la république islamique. Le président égyptien avait alors qualifié la Syrie de « régime oppressif », mais la traduction iranienne, volontairement erronée, avait modifié les propos de M. Morsi pour lui faire dire que c’est Bahreïn qui est un « régime oppressif ».  
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

État islamique : que font les États voisins de la Syrie et de l'Irak ?

État islamique : que font les États voisins de la Syrie et de l'Irak ?

De la Turquie à l'Iran, au Moyen-Orient, le degré d'engagement contre l'État islamique reste très variable. Explications.[...]

États-Unis : Obama contre le Califat

Pour annihiler les jihadistes de l'État islamique, en Irak comme en Syrie, le président américain, Barack Obama, doit s'appuyer sur une large coalition internationale. Pas évident, car les[...]

Naufrage en Méditerranée : premiers témoignages de rescapés

Les premiers témoignages - poignants - de rescapés du naufrage qui pourrait avoir fait 500 victimes en Méditerranée, le 10 septembre, commencent à être rendus publics. Les causes de la[...]

Naufrage en Méditerranée : des dizaines de migrants gazaouis parmi les victimes

Des dizaines de Gazaouis figurent parmi les victimes du naufrage d'une embarcation en Méditerranée, mercredi 10 septembre. Si le bilan d'environ 500 victimes était confirmé, il s'agirait de l'un des[...]

#BurnISISFlagChallenge : pourquoi la flamme s'est éteinte

Largement relayé dans les médias, le #BurnISISFlagChallenge - qui consiste, sur le principe du #IceBucketChallenge, à brûler un drapeau de l’État islamique (ISIS en anglais) en[...]

L'ONU annonce un accord tripartite pour la reconstruction de Gaza

Israël et Palestiniens se sont mis d'accord sur un mécanisme provisoire pour accélérer, sous la surveillance de l’ONU, la reconstruction de Gaza, tout en s'assurant que les matériaux de [...]

Jihadistes de tous les pays...

En trois ans, au moins 12 000 étrangers, originaires de 81 États, ont rejoint les rangs des islamistes radicaux. Radiographie de la nouvelle internationale des fous d'Allah.[...]

Méditerranée : selon l'OIM, un naufrage pourrait avoir causé la mort de 500 migrants

Jusqu'à 500 migrants sont portés disparus depuis le naufrage de leur embarcation de fortune, la semaine dernière, au large de l'île de Malte.[...]

François Hollande à Bagdad pour exprimer son soutien au gouvernement irakien

Le président français François Hollande est arrivé vendredi à Bagdad, accompagné du chef de la diplomatie Laurent Fabius et du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, pour[...]

Dix pays arabes rallient la coalition contre les jihadistes de l'État islamique

En visite jeudi à Jeddah, en Arabie saoudite, le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a réussi à convaincre dix pays arabes de s'engager dans l'offensive contre l'État islamique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex