Extension Factory Builder
04/09/2012 à 15:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, le 17 août 2012 à Maputo. Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, le 17 août 2012 à Maputo. © AFP

Pour l'opposition congolaise, c'est une évidence : Joseph Kabila est responsable de la crise actuelle au Nord-Kivu. Et dans un communiqué publié lundi 3 septembre, une vingtaine de partis vont même jusqu'à demander que Joseph Kabila soit mis en accusation pour "haute trahison"...

La rentrée parlementaire promet d'être vraiment très chaude en République démocratique du Congo (RDC). Une vingtaine de partis d'opposition n'ont pas hésité à demander le plus sérieusement du monde, dans un communiqué publié lundi 3 septembre, que le président Joseph Kabila soit accusé de « haute trahison », pour cause de mauvaise de mauvaise gestion présumée de la crise au Nord-Kivu (est)...

Parmi les signataires de la déclaration figurent le député Rémy Masamba, issu d'une branche de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le principal parti d'opposition qui avait rejeté le résultat des élections présidentielle et législatives fin 2011, remportées officiellement par le camp Kabila dans des conditions très controversées.

La coalition « recommande » au Parlement, dès la rentrée de septembre, « d'enclencher le mécanisme de mise en accusation du président de la République, monsieur Joseph Kabila Kabange, pour haute trahison », écrivent les signataires du texte.

Accord secret

Depuis le mois de mai, l'armée congolaise affronte pourtant le Mouvement du 23 mars (M23) près des frontières rwandaise et ougandaise. Ce mouvement est né d'une mutinerie de soldats congolais en majorité issus de l'ex-rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrée dans l'armée en 2009 après un accord de paix.

« L'élément déclencheur de la guerre qui sévit à l'est du pays est le fameux accord », dont les rebelles revendiquent la pleine application, et « dont le contenu a été délibérément caché tant aux institutions qu'à la population congolaise », arguent les opposants.

Des ONG, l'ONU et Kinshasa ont accusé le Rwanda de soutenir en hommes, armes et munitions les dissidents, qui contrôlent une partie du territoire de Rutshuru. Vendredi, quelques centaines de soldats rwandais ont quitté cette zone pour retourner chez eux. Ils opéraient au sein d'un bataillon congolo-rwandais déployé après une opération militaire des deux pays menée début 2009 contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

Force internationale neutre

Le ministère congolais de la Défense, Alexandre Luba Ntambo, affirme que la présence du bataillon était « publique » et « officielle ». Mais de son côté, la coalition d'opposants considère que les troupes rwandaises sont entrées en RDC « à l'insu du peuple congolais ». Jugeant « totalement établie » la « complicité du pouvoir (...) avec les agresseurs », elle plaide « pour un dialogue national franc et sincère entre toutes les forces politiques et sociales du pays », et « rejette le déploiement de la force internationale neutre ».

Cette force devrait être déployée à la frontière entre la RDC et le Rwanda, si les deux pays s'entendent sur sa constitution. Le sujet doit être discuté, mercredi 5 septembre à Kampala, au cours d'une nouvelle réunion des États de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRLG).

Le gouvernement congolais réclame pour sa part l’élargissement et le renforcement du mandat de la Monusco. Selon son porte-parole, Lambert Mende, le nouveau mandat devra permettre à la mission onusienne de protéger plus efficacement les civils et de s’occuper de la sécurisation de la frontière entre la RDC et le Rwanda.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Canada : David Muipatayi alias ZPN, autoentrepreneur du hip-hop

Figure montante du hip-hop, ce jeune Congolais est installé dans la province canadienne de l'Ontario, où il produit ses propres disques. En attendant de percer à l'international.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

RDC : début de l'offensive de l'armée contre les FDLR dans l'Est

Attendue depuis fin janvier, l’opération de l’armée congolaise contre les combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) semble s’amorcer ce mardi avec le[...]

RDC : la justice française se penche sur les mystères du meurtre d'opposants de Kabila en 2000

Le procès de trois hommes accusés de complicité dans l’assassinat, il y a 14 ans en France, de deux opposants congolais suspectés d’avoir voulu intenter un putsch contre[...]

RDC : la démission de Russ Feingold, une épine de moins dans le pied de Kabila

En fonction depuis juin 2013, Russ Feingold a démissionné samedi de son poste d’envoyé spécial des États-Unis dans la région des Grands Lacs. Une décision qui a sans doute[...]

RDC : l'affaire des opposants de Kabila tués en France resurgit au procès 14 ans après les faits

Plus de 14 ans après la découverte du corps de deux opposants congolais carbonisés dans une voiture près de Lyon, la justice française exhume une nébuleuse affaire qui mêle tentative[...]

Des hydroliennes envisagées sur le fleuve Congo pour développer l'agriculture

Sur les rives du Congo, des centaines de paysans produisent des fruits et légumes mais trop souvent, une partie pourrit sur place, faute de stockage réfrigéré. Pour stopper ce gâchis et[...]

RDC : démission de Russ Feingold, le cow-boy de Barack Obama dans la région des Grands Lacs

L’envoyé spécial des États-Unis pour la région des Grands Lacs et la RDC, Russ Feingold, va quitter son poste, qui l’a vu fortement s’impliquer dans les négociations entre les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120904145806 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120904145806 from 172.16.0.100