Extension Factory Builder
04/09/2012 à 12:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un accident de bus, en septembre 2010, dans le nord du Maroc. Un accident de bus, en septembre 2010, dans le nord du Maroc. © AFP

Dans la nuit du lundi 3 au mardi 4 septembre, 42 personnes ont été tuées et 24 autres blessés après la chute de leur autocar dans un ravin sur la route reliant Zagora à Marrakech, dans le sud du pays.

Mis à jour à 17h00.

Le bilan est extrêmement lourd. Dans la nuit de lundi à mardi, 42 personnes sont mortes et 24 autres ont été blessées dans l'accident de leur autocar survenu dans la province d'Al-Haouz, dans le sud du Maroc. L'accident a eu lieu vers 2 heures du matin, au niveau de la commune rurale de Zerkten, sur la route nationale reliant Zagora à Marrakech.

Le drame est survenu alors que le bus descendait de nuit vers la ville ocre, après avoir franchi le col de Tizi-n-Tichka, le plus haut du Maroc, qui culmine à près de 2 300 mètres d'altitude. Le véhicule s'est renversé dans un ravin de 150 mètres de profondeur, laissant peu de chances de survie à ses passagers.

Ce terrible accident a fait 24 blessés, dont quatre grièvement. Ils ont été transférés dans différents hôpitaux de la région.

Vingt et un blessés ont été évacués aux urgences de l'hôpital Ibn Tofaïl de Marrakech. Selon son directeur, Hicham Nejmi, quatre victimes sont décédées peu après leur arrivée et deux ont été envoyées directement en service de réanimation. Leur état serait relativement stable pour le moment. Trois autres blessés de l'accident ont été évacués à l'hôpital provincial de Ouarzazate.

Condoléances de Mohammed VI

D'après plusieurs sources médicales contactées par Jeune Afrique, la totalité des victimes sont de nationalité marocaine. L'une d'entre elles, originaire de Ouarzazate, avait toutefois la double nationalité maroco-belge.

Les corps des 42 personnes décédées ont été transférés à la morgue du principal hôpital de Marrakech. Selon un responsable de la préfecture du Haouz, les causes de l'accident ne sont pas encore connues, mais une commission d'enquête ainsi qu'une cellule de crise ont été mises sur pied.

Le gouverneur de la province, Younès El Bathaoui, s'est rendu sur place pour superviser les opérations de secours.

Depuis Rabat, le Roi Mohammed VI a adressé ses « vives condoléances » et sa compassion aux familles des victimes et aux blessés. « Sa Majesté le Roi (...) a décidé de prendre en charge personnellement les frais de transport des dépouilles des victimes, de leur inhumation et de leurs obsèques, ainsi que les frais d'hospitalisation des blessés », indique aussi le communiqué du cabinet royal.

Insécurité routière

Il s'agit du plus grave accident d'autobus jamais enregistré au Maroc, où les accidents de la route sont très fréquents. En novembre 2010, un car transportant des ouvriers avait chuté dans un oued à Bouznika, au sud de Rabat, provoquant la mort de 24 personnes par noyade. Plus récemment, à la fin du mois d'août, huit personnes avaient trouvé la mort dans un accident de camion dans la même province du Haouz.

Les accidents de la route sont très fréquents au royaume chérifien. Selon les chiffres officiels, plus de 4 000 personnes ont trouvé la mort en 2011 (pour environ 10 000 blessés graves), soit une progression de près de 12% sur un an, en dépit de l'entrée en vigueur d'un nouveau code de la route.

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

'Bodybuilder' : surprenant Roschdy Zem !

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Maroc - Espagne : neuf jihadistes liés à l'État islamique arrêtés

Une cellule liée aux jihadistes de l'État Islamique, basée dans l'enclave espagnole au Maroc de Melilla et la ville voisine marocaine de Nador, a été démantelée, a annoncé[...]

Maroc : Hassan Bouhemou quitte le holding royal SNI

Après 13 années à la tête de la SNI, Hassan Bouhemou quitte le groupe pour se consacrer à ses affaires personnelles. Une décision qui sera entérinée lors du prochain conseil[...]

Maroc-Algérie : à Oujda, bienvenue chez les Bouteflika !

Le président algérien a vu le jour et a fait sa scolarité dans cette ville de l'Oriental marocain, avant de rejoindre les rangs du FLN. Retour sur l'enfance d'un chef.[...]

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

 Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales (GFCI), devant Maurice, Moscou, Dublin et Madrid.[...]

Islamistes marocains : un modèle nommé AKP

Séduits par l'expérience concluante de leurs homologues turcs, les islamistes du PJD tentent, depuis 2007, de reproduire la recette AKP. Mais ils doivent composer avec un contexte politique radicalement [...]

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers