Extension Factory Builder
04/09/2012 à 12:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des membres de la Garde civile espagnole emmènent des migrants dans un fourgon, le 5 août 2005. Des membres de la Garde civile espagnole emmènent des migrants dans un fourgon, le 5 août 2005. © AFP

Ils sont 83 migrants à avoir été expulsés d'un ilôt espagnol situé au large des côtes marocaines, dans la nuit du lundi 3 septembre. L'opération a été menée conjointement par les forces de l'ordre des deux pays concernés.

Ils étaient là depuis plusieurs jours. Certains étaient même venus à la nage. Dans la nuit de lundi à mardi, les forces de l'ordre espagnoles et marocaines ont délogé ensemble des dizaines de migrants installés sur un îlot espagnol désert proche du littoral marocain, dénommé l'île de Terre (Isla de Tierra). Nombre d'entre eux ont été renvoyés manu militari au Maroc, mettant fin de manière abrupte à un casse-tête pour les deux pays.

Des mineurs et des femmes ont, eux, été conduits en territoire espagnol. Mais « les autres ont été délogés à l'aube », a précisé un porte-parole de la Garde civile espagnole, expliquant que l'opération a été menée « conjointement » par l'Espagne et le Maroc, « sans aucun incident ». « Simplement, nous avons délogé (les migrants) de l'îlot car c'était un danger que ces personnes restent là », a-t-il ajouté.

"Mafias"

Au total, 83 migrants venus d'Afrique subsaharienne avaient débarqué ces derniers jours sur l'îlot inhabité et accessible à la nage depuis une plage marocaine. Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Garcia Margallo, s'était dit lundi « convaincu » que l'arrivée de sans-papiers sur la Isla de Tierra était « une opération coordonnée par les mafias qui font du trafic d'êtres humains ».

L'évacuation a eu lieu en deux temps : « dix migrants, des mineurs et des mères de famille, ont été amenés en Espagne et sont à Melilla actuellement », selon le ministère espagnol de l'Intérieur. D'après les médias, ils sont en observation médicale. Mais « 73 migrants ont été envoyés au Maroc pour être rapatriés », a-t-il ajouté. L'information a été confirmée par les autorités marocaines.

Selon une source sécuritaire marocaine, ils ont été « pris en charge » par les forces de l'ordre dans l'attente de leur expulsion vers la frontière algérienne d'où ils avaient gagné dernièrement le royaume. Lors de l'opération, deux migrants ont été blessés légèrement.

Emploi de la force

Sur les sites Internet des journaux El Pais et El Mundo, des photos prises dans la nuit montraient des militaires espagnols sur un zodiac, en train de ramener les migrants vers le Maroc. Les Espagnols franchissaient les derniers mètres dans l'eau pour les remettre aux forces de l'ordre marocaines sur la plage tout en s'efforçant de ne pas poser le pied sur le sol de ce pays.

« Les conditions maritimes ont permis (l'intervention, NDLR) parce qu'avant, cela aurait été impossible », a expliqué un porte-parole du ministère espagnol de l'Intérieur, précisant que « l'évacuation s'est achevée à 4 heures 30 du matin (2 heures 30 GMT) ».

Le ministère espagnol de l'Intérieur a lui nié tout incident : « la plupart des migrants ne voulaient pas aller au Maroc, mais il n'a pas été nécessaire d'employer la force et il n'y a pas eu de débordement ». Lundi soir, des sources gouvernementales espagnoles avaient indiqué qu'un début d'accord avait été trouvé avec les autorités marocaines sur le sort des migrants.

Casse-tête

L'objectif n'est pas tant d'avoir à agir de cette manière, mais d'éviter que d'autres arrivent sur les rochers espagnols.

Un porte-parole du ministère espagnol de l'Intérieur

Les deux pays ont donc réglé, de manière très rapide, une situation qui s'annonçait comme un véritable casse-tête. « Ici, l'objectif n'est pas tant d'avoir à agir de cette manière (en évacuant les migrants, NDLR), mais d'éviter que d'autres arrivent sur les rochers espagnols », a confié le porte-parole du ministère espagnol de l'Intérieur. L'Espagne doit déjà gérer l'épineuse question de ses enclaves de Ceuta et Melilla, seules frontières terrestres entre l'Afrique et l'Europe. Elles sont très prisées par les migrants, qui tentent régulièrement d'y entrer.

L'Espagne avait fourni ces derniers jours une aide en couvertures, eau et nourriture aux migrants débarqués sur l'îlot, refusant toutefois de leur laisser entrevoir le moindre espoir d'être transférés sur la péninsule ibérique.

Madrid mise désormais sur une coopération accrue avec Rabat pour éviter que ce genre de situation ne se reproduise. « La réponse conjointe des gouvernements espagnol et marocain, et de l'Union européenne, est de dire "ça suffit" à ceux qui font du trafic d'êtres humains, mettant en danger la vie des plus vulnérables comme les femmes enceintes et les jeunes enfants », a déclaré mardi le préfet espagnol à Melilla, Abdelmalik El Barkani, à la radio nationale.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120904112951 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120904112951 from 172.16.0.100