Extension Factory Builder
03/09/2012 à 18:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Détail de la Une du JA n° 2695. Détail de la Une du JA n° 2695. © JA

Son principal opposant, l’exercice du pouvoir, ses relations avec François Hollande, les biens mal acquis, l’Union africaine… Le chef de l’État gabonais Ali Bongo Ondimba parle de tous ces sujets – et de bien d’autres – dans une longue interview accordée à Jeune Afrique.

À la mi-août, André Mba Obame, ancien compagnon de route d’Ali Bongo Ondimba (ABO) devenu son principal opposant en 2009, faisait un retour fracassant à Libreville, après avoir passé quatorze mois en France.

C’est à ce moment-là que Jeune Afrique a interviewé l’actuel chef de l’État. Que signifiait le retour de cet homme qu’il a si bien connu et ensuite si bien combattu, au Gabon ? « Qu’un Gabonais rentre chez lui, c’est tout. » Vraiment ? La tension est palpable au Gabon, tout de même… « André Mba Obame a quitté le pays parce qu’il avait de graves problèmes de santé, explique ABO. Ceux-ci existent toujours, mais il a décidé de rentrer. Pourquoi ? Parce que, politiquement, c’est un homme désespéré. Je ne suis pas dupe et il ne va pas me refaire le même coup, envoyer les gamins des autres tout casser pendant qu’il va se réfugier dans les locaux du Programme des Nations unies pour le développement, en espérant qu’on l’arrête pour en faire un martyr. Ce qu’il n’obtient pas par les urnes, il veut l’obtenir par la négociation politique. Quelle négociation politique ? La démocratie, c’est laisser le peuple décider. »

Confidences

Ali Bongo Ondimba se confie encore davantage quand il retrace dans les détails la relation qu’il avait avec Mba Obame, une « amitié » qui lui a « coûté cher », plaide-t-il. Et un ami à qui il reproche aujourd’hui de s’être laissé entrainer sur de mauvaises pentes, manipulé par de mauvais hommes et d’employer aujourd’hui de mauvaises méthodes pour s’imposer dans la vie politique gabonaise. « C’est quand même curieux que des gens qui ont l’ambition de diriger le Gabon s’arrangent pour insulter les Gabonais en proclamant que leur vote ne vaut rien, que c’est la France qui vient placer des chefs d’État à leur tête [allusion au soutien supposé de Nicolas Sarkozy à ABO en août 2009]. Et ils courent tous ensuite à l’étranger pour aller supplier un président de les mettre au pouvoir. Parce qu’en fait c’est à cela qu’on assiste. André Mba Obame est en train de supplier François Hollande. Les Gabonais apprécieront. »

À propos du chef de l’État français, avec qui on lui prête des relations plutôt froides, il répond que tous deux n’ont pas le choix que de travailler ensemble. Leur rencontre en juillet à Paris leur « a permis de mieux (se) connaître » et, assure Ali Bongo Ondimba, tous les sujets ont évoqués. Même celui, très polémique, des biens mal acquis.

Sur ce sujet comme sur d’autres (l’élection de Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la Commission de l’Union africaine, la crise malienne, la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), l’arrivée des islamistes au pouvoir en Afrique du Nord…), il répond aux attaques dont il est l’objet et livre son analyse.

________

Retrouvez l’intégralité de l’interview d’Ali Bongo Ondimba dans Jeune Afrique n°2695, en kiosque du 2 au 8 septembre 2012.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations [...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

Cemac : esprit es-tu là ?

Peut-on modeler une union sur le décalque d'un croquis colonial ? Oui, non, peut-être... La Cemac, on l'avait un peu oublié, est, dans ses frontières actuelles, Guinée équatoriale[...]

L'Afrique centrale mise sur la "promotion canopée"

Pour valoriser leur filière bois, des pays du bassin du Congo misent sur la transformation locale des grumes. Objectif : créer des emplois tout en protégeant l'environnement.[...]

Gabon - Avions présidentiels : le Grumman d'Ali Bongo Ondimba

Indispensable attribut du pouvoir ou plaisir dispendieux, l'avion présidentiel est un objet mythique. De Bouteflika à Biya en passant par Déby Itno, les dirigeants africains ne s'en privent pas plus que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers