Extension Factory Builder
03/09/2012 à 15:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Patrick Liewig se dit prêt à saisir la Fifa suite à son éviction du MC Alger. Patrick Liewig se dit prêt à saisir la Fifa suite à son éviction du MC Alger. © DR

Nommé entraîneur du MC Alger au début du mois de juillet, Patrick Liewig (ex-Asec Mimosas, Stade tunisien, Club africain) a été remercié le 17 août, moins de deux mois après son arrivée. Le technicien français dénonce les motifs avancés par Omar Ghrib, le président du club algérois, et sa gestion selon lui hasardeuse du club algérois.

Jeune Afrique : Pourquoi avez-vous été démis de vos fonctions moins de deux mois après votre arrivée, alors que le championnat algérien ne reprendra qu’au mois de septembre ?

Patrick Liewig : J’ai reçu une lettre prétextant des conflits entre certains joueurs et moi. J’aurais aussi porté atteinte à l’image du club.

De quelle manière ?

Après notre retour de stage en Pologne en juillet, j’avais constaté que les promesses qui m’avaient été faites, notamment sur les conditions d’entraînement, n’étaient pas tenues. J’avais abordé ce point avec la presse. Le MC Alger se dit ambitieux, mais est-il normal que les joueurs, et à plus forte raison pendant la période du ramadan, s’entraînent sur un terrain synthétique dur comme du béton ?

Et vos prétendues relations tendues avec des joueurs ?

Mais tout se passait bien ! Hormis peut-être avec un ou deux joueurs, proches du président. Quand je suis arrivé, j’ai mis en place une discipline stricte sur les horaires. Or, certains joueurs ont pris de mauvaises habitudes. Ils arrivent en retard aux entraînements, quand ils ne les sèchent pas. Ils sont allés se plaindre auprès du président.

Je ne vais pas demander l’équivalent d’un an de contrat, mais il y a un minimum de correction à avoir !

Vous ne pouviez pas ignorer que le MC Alger est un grand consommateur d’entraîneurs, lesquels sont souvent partis en conflit avec la direction pour des affaires de salaires non payés

On m’avait prévenu, mais je voulais relever un beau challenge sportif. Omar Ghrib est dans la communication, il recrute des joueurs, mais derrière, la gestion du club est trop aléatoire.

Le dialogue était-il à ce point difficile avec Omar Ghrib ?

C’est quelqu’un de fuyant, trop rarement disponible. Il a abusé de ma confiance. J’ai appris qu’il était en contact avec des entraîneurs, dès le 12 juillet, dont mon compatriote Jean-Paul Rabier (cet ancien sélectionneur du Burkina Faso et de Madagascar, qui a déjà entraîné le MC Alger, a succédé à Liewig. Il a signé un contrat de deux ans, NDLR).

Vous aviez signé un contrat portant sur un an, avec un salaire mensuel de 12 000 euros…

Le club me doit de l’argent. Tout n’a pas été réglé. Je ne vais pas demander l’équivalent d’un an de contrat, mais il y a un minimum de correction à avoir ! Mes intermédiaires tentent de négocier cela avec la direction. Mon dossier a été transmis à la fédération algérienne. De mon côté, je vais sans doute saisir la Fifa.

Votre éviction coïncide avec la possible arrivée de la Sonatrach, qui s’est dite prête à aider le club. Un simple hasard ?

Oui, car la Sonatrach n’a encore rien officialisé. Mais la venue de cette société serait sans doute bénéfique au Mouloudia. Cela permettrait d’aller vers une gestion plus rigoureuse et professionnelle du club…
___

Propos recueillis par Alexis Billebault

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Philippe Troussier : "Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants"

Candidat nulle part mais cité un peu partout (Algérie, Maroc, Gabon), le Franco-Ivoirien Philippe Troussier (59 ans) se dit prêt à relever un nouveau défi en Afrique, un continent où sa[...]

Algérie : génération Bouteflika, génération harraga ?

Certains ne songent qu'à partir. D'autres trouvent des raisons d'espérer. Tous n'ont connu pour l'instant qu'un seul président, Abdelaziz Bouteflika. Coup de projecteur sur une jeunesse pas si[...]

Chansons caritatives : à votre bon coeur, mélomanes !

Inspirés par les réunions charitables d'artistes anglo-saxons dans les années 80, les chanteurs africains s’égosillent de plus en plus en groupes. Autour de causes[...]

Algérie : une vidéo de violences policières en Kabylie suscite colère et indignation

La vidéo d’une manifestation sauvagement réprimée par des policiers en Kabylie, dimanche dernier, provoque un tollé et oblige la police nationale à ouvrir une enquête. À[...]

Algérie : la traque de jihadistes se poursuit en Kabylie après une attaque contre les militaires

L'armée algérienne continuait mardi de ratisser les montagnes de Kabylie (est d'Alger) après l'attentat qui a coûté la vie à onze soldats samedi soir.[...]

Algérie bashing

En Occident, et en France en particulier, où la rengaine "quand on voit ce qu’on leur a laissé et ce qu’ils en ont fait" a la vie dure, l’Algérie génère, par[...]

Algérie : en attendant que Bouteflika prête serment, Benflis crée son parti

Les seuls klaxons que l’on entendait à Alger, samedi 19 avril, étaient ceux des cortèges nuptiaux qui sillonnaient les artères de la capitale. Jeudi soir, avant même la proclamation[...]

Algérie : onze militaires tués à la suite d'une embuscade en Kabylie

Onze militaires algériens ont été tués à la suite d'une embuscade survenue dans la nuit de samedi à dimanche en Kabylie, région montagneuse à l'est d'Alger, a-t-on[...]

Algérie : onze militaires tués samedi soir en Kabylie

Onze militaires algériens ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche en Kabylie, région montagneuse à l'est d'Alger, a-t-on appris dimanche de source sécuritaire.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces