Extension Factory Builder
03/09/2012 à 15:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Patrick Liewig se dit prêt à saisir la Fifa suite à son éviction du MC Alger. Patrick Liewig se dit prêt à saisir la Fifa suite à son éviction du MC Alger. © DR

Nommé entraîneur du MC Alger au début du mois de juillet, Patrick Liewig (ex-Asec Mimosas, Stade tunisien, Club africain) a été remercié le 17 août, moins de deux mois après son arrivée. Le technicien français dénonce les motifs avancés par Omar Ghrib, le président du club algérois, et sa gestion selon lui hasardeuse du club algérois.

Jeune Afrique : Pourquoi avez-vous été démis de vos fonctions moins de deux mois après votre arrivée, alors que le championnat algérien ne reprendra qu’au mois de septembre ?

Patrick Liewig : J’ai reçu une lettre prétextant des conflits entre certains joueurs et moi. J’aurais aussi porté atteinte à l’image du club.

De quelle manière ?

Après notre retour de stage en Pologne en juillet, j’avais constaté que les promesses qui m’avaient été faites, notamment sur les conditions d’entraînement, n’étaient pas tenues. J’avais abordé ce point avec la presse. Le MC Alger se dit ambitieux, mais est-il normal que les joueurs, et à plus forte raison pendant la période du ramadan, s’entraînent sur un terrain synthétique dur comme du béton ?

Et vos prétendues relations tendues avec des joueurs ?

Mais tout se passait bien ! Hormis peut-être avec un ou deux joueurs, proches du président. Quand je suis arrivé, j’ai mis en place une discipline stricte sur les horaires. Or, certains joueurs ont pris de mauvaises habitudes. Ils arrivent en retard aux entraînements, quand ils ne les sèchent pas. Ils sont allés se plaindre auprès du président.

Je ne vais pas demander l’équivalent d’un an de contrat, mais il y a un minimum de correction à avoir !

Vous ne pouviez pas ignorer que le MC Alger est un grand consommateur d’entraîneurs, lesquels sont souvent partis en conflit avec la direction pour des affaires de salaires non payés

On m’avait prévenu, mais je voulais relever un beau challenge sportif. Omar Ghrib est dans la communication, il recrute des joueurs, mais derrière, la gestion du club est trop aléatoire.

Le dialogue était-il à ce point difficile avec Omar Ghrib ?

C’est quelqu’un de fuyant, trop rarement disponible. Il a abusé de ma confiance. J’ai appris qu’il était en contact avec des entraîneurs, dès le 12 juillet, dont mon compatriote Jean-Paul Rabier (cet ancien sélectionneur du Burkina Faso et de Madagascar, qui a déjà entraîné le MC Alger, a succédé à Liewig. Il a signé un contrat de deux ans, NDLR).

Vous aviez signé un contrat portant sur un an, avec un salaire mensuel de 12 000 euros…

Le club me doit de l’argent. Tout n’a pas été réglé. Je ne vais pas demander l’équivalent d’un an de contrat, mais il y a un minimum de correction à avoir ! Mes intermédiaires tentent de négocier cela avec la direction. Mon dossier a été transmis à la fédération algérienne. De mon côté, je vais sans doute saisir la Fifa.

Votre éviction coïncide avec la possible arrivée de la Sonatrach, qui s’est dite prête à aider le club. Un simple hasard ?

Oui, car la Sonatrach n’a encore rien officialisé. Mais la venue de cette société serait sans doute bénéfique au Mouloudia. Cela permettrait d’aller vers une gestion plus rigoureuse et professionnelle du club…
___

Propos recueillis par Alexis Billebault

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Benjamin Stora : 'La promesse de réouverture des synagogues algériennes est très importante'

Benjamin Stora : "La promesse de réouverture des synagogues algériennes est très importante"

L’historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora réagit à la promesse de réouverture des synagogues algériennes faite par le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, dé[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Air Algérie : cinq questions sur le crash du vol AH5017

Le DC9 du vol Ouaga-Alger AH5017, affrété par la compagnie Air Algérie, a été retrouvé jeudi après son crash, la nuit précédente, dans la zone de Gossi, au nord du[...]

Crash du vol AH5017 : pour Hollande, "tout laisse penser que cet avion s'est écrasé au Mali"

L'avion de la compagnie Air Algérie, disparu cette nuit alors qu'il faisait route vers Alger, a été victime d'un crash, selon un officiel de l'aviation algérienne. Les recherches se poursuivaient jeudi[...]

Air Algérie : le vol Ouaga-Alger AH 5017 disparaît avec 116 personnes à bord

La compagnie aérienne nationale algérienne a annoncé avoir perdu le contact avec l'un de ses avions parti de Ouagadougou. Il y avait entre 110 passagers et 6 membres d'équipage à bord.[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Algérie : les Fennecs envoient 100 000 dollars "aux enfants de Gaza"

Selon un communiqué officiel publié dimanche, les Fennecs ont décidé d'octroyer un don de 10 millions de dinars, soit 100 000 dollars, aux enfants de Gaza. Le même texte a également[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers