Extension Factory Builder
03/09/2012 à 12:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Brahim Ould Ebetty, avocat au barreau de Nouakchott. Brahim Ould Ebetty, avocat au barreau de Nouakchott. © DR

Auteur de nombreux rapports incendiaires sur l’état de la justice dans son pays, Me Brahim Ould Ebetty est devenu l’un des poils à gratter du régime de Mohamed Ould Abdelaziz.

En Mauritanie, tout le monde connait son nom. Brahim Ould Ebetty, avocat nouakchottois, a sur son bureau deux des dossiers les plus médiatiques, mais aussi les plus épineux, du moment. Celui de l’ex-commissaire aux droits de l’homme Mohamed Lemine Ould Dadde, condamné en juin à 3 ans de prison pour détournement de fonds publics dans l’exercice de ses fonctions. Et celui du président de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste en Mauritanie (IRA), Biram Ould Abeid, accusé d’avoir incinéré en avril des ouvrages d’érudits musulmans. Des cas qu’il défend à titre gracieux, en parallèle de ses activités d’avocat d’affaires, parce que, estime-t-il, « leurs droits les plus élémentaires ont été bafoués. » Depuis de nombreuses années en Mauritanie, les dossiers relatifs à la dissolution des partis politiques, la torture ou la détention arbitraire atterrissent en effet bien souvent entre les mains de ce passionné, aussi redoutable, qu’affable. Lequel s’attire forcément autant les foudres que le respect.

Brahim Ould Ebetty, né à Boutilimit en 1958 d’un père éleveur, est un militant de la première heure. Dès l’âge de 15 ans, son activisme politique au sein d’un mouvement d’opposition en Mauritanie, contre Moktar Ould Daddah (au pouvoir de 1960 à 1978), lui vaut d’être jeté deux fois en prison. Une étape qui le forme et fait naître chez lui ce qui l’habite encore aujourd’hui : l’engagement. En 1977, il s’envole pour Dakar pour y suivre des études de droit, après avoir perdu sa bourse d’études pour avoir refusé l’orientation en journalisme que l’on lui imposait. Sa maîtrise de droit des Affaires en poche, il rentre en Mauritanie en 1981, afin de commencer son stage d’avocat auprès d’un ancien bâtonnier. La mémoire aiguisée – aucun nom ni aucune date ne lui échappe -, Brahim Ould Ebetty ponctue son récit d’une multitude d’anecdotes qui en disent long sur sa détermination. Ainsi se souvient-il précisément du jour où, parti demander un prêt à la banque afin d’ouvrir son cabinet, il a assuré sans sourciller que sa seule caution était son savoir-faire. « Le directeur adjoint qui m’avait entendu, m’a assuré que c’était très louable de ma part et m’a délivré mon avance ! » En 1983, inscrit au barreau de Nouakchott, il assiste alors à son premier procès, celui du mouvement baathiste, « un groupe politique, jugé pour son appartenance politique. » Par la suite, chaque année ou presque, il sera présent dans un procès politique.

Mieux vaut oublier les risques lorsque l’on s’engage en faveur des droits de l’Homme

Plaider les "grandes causes"'

Son « engagement pour la défense des grandes causes » est né de sa première participation à un congrès d’avocats – l’Union des avocats arabes, lorsqu’un confrère égyptien a présenté devant la Commission des droits de l’homme son rapport sur les tortures en Mauritanie en 1984. Mais Brahim Ould Ebetty se radicalise réellement en 1989 lorsque des milliers de Négro-Mauritaniens sont tués et blessés, et 60 000 d'entre eux poussés à l'exil, après un incident frontalier avec le Sénégal. Après les « exécutions extra-judiciaires » de 1990 et 1991, il prend part à l’imposant collectif d’avocats qui se constitue alors pour la défense des veuves et pour l’abrogation de la loi d’amnistie initiée par le PRDS (Parti républicain démocratique et social) du colonel Maaouiya Ould Taya (1984-2005). Une cause qu’il plaide devant la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, laquelle reconnaîtra en 2000 les violations massives des droits de l’homme en 1989 et 1990.

Pendant toutes ces années, Brahim Ould Ebetty aura bien sûr reçu son lot de menaces, de tentatives d’intimidations et d’arrestations. « Mieux vaut oublier les risques lorsque l’on s’engage en faveur des droits de l’Homme », soupire-t-il. Ce père de 6 enfants, membre de l’Union internationale des avocats et féru de lecture – presse, romans, Coran qu’il s’exerce à réciter- n’a pourtant lâché prise à aucun moment. Il ne milite dans aucun parti, mais il veut continuer à croire qu’il est possible de vaincre les maux qui gangrènent selon lui la justice dans son pays : le manque de volonté politique, mais aussi d’hommes qui croient en leur mission de juge. Décidément fidèle à lui-même, il rappelle qu’il faut « toujours se battre et surtout, ne jamais courber l’échine devant l’injustice. »


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont l'ex-candidat à la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeid, ont été condamnés jeudi à deux ans de prison ferme.[...]

Mauritanie : Fatimata Mbaye, indestructible

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Décryptage : que signifie la condamnation à mort du jeune Mauritanien coupable d'apostasie ?

Le 24 décembre, un jeune Mauritanien a été condamné à mort pour apostasie, à Nouadhibou, dans le nord-ouest du pays, avant de faire appel deux jours plus tard. Cette décision[...]

Mauritanie : la défense fait appel de la condamnation à mort pour apostasie

Les avocats d'un jeune Mauritanien incarcéré depuis près d'un an pour un écrit considéré comme blasphématoire envers le prophète Mahomet et condamné à mort[...]

Mauritanie : un homme condamné à mort pour apostasie

Une organisation anti-esclavagiste de Mauritanie a appelé vendredi à gracier un jeune condamné à mort pour apostasie dans ce pays, regrettant "un procès expéditif mené sous[...]

Première condamnation à mort pour apostasie en Mauritanie

La première condamnation à mort pour apostasie de l'histoire de la Mauritanie depuis son indépendance en 1960 a été prononcée mercredi soir à Nouadhibou (Nord-Ouest) à[...]

Sahel : ces chefs jihadistes éliminés par les Français... et ceux qui courent toujours

Plusieurs chefs jihadistes de premier plan ont été tués par les forces françaises depuis le déclenchement de l'opération Serval au Mali, en janvier 2013. D'autres sont toujours en vie,[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120903122537 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120903122537 from 172.16.0.100