Extension Factory Builder
31/08/2012 à 17:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président gambien Yahya Jammeh est sous la pression de la communauté internationale. Le président gambien Yahya Jammeh est sous la pression de la communauté internationale. © AFP

Rien ne va plus entre la Gambie et le Sénégal. Les autorités de Banjul ont répété, dans un communiqué diffusé jeudi 30 août, qu’elles avaient agi en conformité de la loi en exécutant neuf détenus le 26 août, dont deux Sénégalais. Le président sénégalais Macky Sall a dans la foulée demandé à son Premier ministre de saisir les institutions africaines et internationales.

La présidence gambienne ne cède pas à la pression de la communauté internationale. Jeudi 30 août, dans un communiqué, elle a affirmé que plusieurs ministres gambiens avaient reçu des représentants de l'Union européenne, des Etats-Unis et du Royaume-Uni, qui avaient réclamé au nom de leurs pays l'arrêt de la procédure concernant le reste des prisonniers dans le couloir de la mort (38 selon Amnesty International).

L’occasion pour Niogu Bah, ministre des Affaires étrangères, de répondre fermement aux attaques. « Les peines appliquées (le sont) en conformité avec les lois en vigueur dans le pays », a-t-il expliqué, ajoutant : les Occidentaux « doivent se rendre compte que chaque Etat souverain a ses propres lois » et « il n'existe pas de système judiciaire parfait dans le monde, y compris dans leurs propres pays ».

Des sanctions envisagées

Le 27 août, neuf détenus ont été exécutés alors que, selon le président gambien Yahya Jammeh, ils avaient épuisé leur possibilité de recours. Le chef de l’État avait précisé « que toutes les peines prononcées par la justice en Gambie seront appliquées à la lettre, y compris les peines de mort ». Une déclaration qui n’était pas passée inaperçue à Dakar, d’autant que deux des personnes exécutées étaient de nationalité sénégalaise.

Jeudi 30 août, le président Macky Sall a ainsi demandé à son Premier ministre « de saisir toutes les institutions africaines et internationales habilitées pour suspendre la décision » d'exécution à l'encontre du troisième sénégalais, « dénoncer ce qui s'est passé et exiger des sanctions contre la Gambie ».

La responsable de l'ONU en charge des droits de l'Homme, Mme Navi Pillay, s’était un peu plus tôt déclarée « profondément troublée », estimant que les exécutions marquaient « un recul regrettable pour la protection des droits de l'Homme » en Gambie où, officiellement, la peine capitale n'avait pas été exécutée depuis 27 ans.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gambie

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte [...]

Gambie : Yahya Jammeh suspend les vols en provenance des pays touchés par Ebola

La Gambie a suspendu tous les vols en provenance de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone pour prévenir toute contamination par le virus Ebola.[...]

Gambie : Yahya Jammeh ou la croisade perpétuelle

Haro sur la presse. Haro sur les homosexuels. Haro sur les condamnés à mort…  Yahya Jammeh ne rate jamais une occasion de lancer un anathème. La langue anglaise est sa toute nouvelle cible.[...]

Ces 20 femmes africaines qui font bouger le continent

Le 8 mars de chaque année, le monde célèbre la femme. L'occasion pour "Jeune Afrique" de dresser une liste de femmes africaines qui, par leurs actions et initiatives, chacune dans leur domaine,[...]

Gambie : limogeage de la présidente de la Cour suprême, première femme à ce poste

Mabel Yamoa Agyemang, la présidente de la Cour suprême gambienne, a été limogée mercredi. Elle avait été la première nommée à ce poste par le président[...]

Taiwan : bye-bye Africa...

Longtemps, Taipei a noyé le continent sous une pluie de dollars et de projets mirifiques pour se faire reconnaître comme le seul représentant légitime de la Chine en lieu et place de[...]

Gambie : il ne faut jamais dire Jammeh

À Banjul, on ne prononce son nom qu'à voix basse. Ses détracteurs ont depuis longtemps compris que mieux valait se taire. C'est, disent-ils, une question de survie dans une Gambie sur laquelle Yahya[...]

Sénégal : Dakar accueille deux sommets de l'UEMOA et de la Cedeao

Deux sommet des chefs d'État de l'Afrique de l'Ouest - un de l'UEMOA, puis un autre de la Cedeao - se tiennent consécutivement à Dakar, les 24 et 25 octobre. Au programme : la création d'une zone[...]

La Gambie quitte le Commonwealth, une "institution néo-coloniale"

Refusant de rester "membre d'une institution néo-coloniale", la Gambie, ex-colonie britannique, a annoncé, mercredi soir, son retrait "avec effet immédiat" du Commonwealth, organisation[...]

Concours : belle, belle, belle... comme la Miss Afrique de l'Ouest

La Miss Afrique de l'Ouest 2013 s'appelle Maria Sawaneh. Élue le 23 mars, elle a 24 ans et est gambienne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers