Extension Factory Builder
29/08/2012 à 11:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président gambien Yahya Jammeh le 30 janvier 2012 à Addis Adeba, en Éthiopie. Le président gambien Yahya Jammeh le 30 janvier 2012 à Addis Adeba, en Éthiopie. © AFP

Un communiqué cinglant en provenance du département d'État américain, une convocation de l'ambassadeur de Gambie à Dakar : Banjul s'est fait rappeler à l'ordre mardi 28 août après les neuf exécutions de condamnés à la peine capitale.

Les États-Unis et le Sénégal mettent la pression sur le président gambien Yahya Jammeh. Mardi, Washington a exhorté la Gambie à cesser « immédiatement » les exécutions de condamnés à mort. De son côté, le président sénégalais Macky Sall a officiellement convoqué l'ambassadeur de Gambie à Dakar pour lui signifier son indignation. Neuf condamnés à la peine capitale ont été exécutés dimanche à Banjul. Depuis, les appels au sein de la communauté internationale se multiplient pour épargner la vie de 38 autres prisonniers.

« Les États-Unis appellent le président Jammeh à arrêter immédiatement toutes les exécutions afin de réviser toutes les peines capitales prononcées par la Gambie et s'assurer qu'elles sont conformes à la loi en Gambie et à ses obligations internationales », a déclaré le département d'État américain dans un communiqué.

Lundi soir, à Banjul, le ministère gambien de l'Intérieur avait publié la liste de neuf prisonniers fusillés la veille, affirmant que tous avaient épuisé leurs recours. Une femme et d'anciens militaires figurent parmi eux. Leurs proches n'ont pas été préalablement informés de leur exécution. Selon Amnesty International, qui s'est dite « consternée », 38 autres détenus demeurent dans le couloir de la mort et sont privés de communication avec leurs familles.

La porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland, a « condamné » dans son communiqué « le manque de transparence et la précipitation avec lesquelles ses exécutions ont été effectuées ».

Les États-Unis sont la seule puissance occidentale et démocratique à continuer d'avoir recours à la peine capitale.

Condamnations en série

Le président du Sénégal, Macky Sall, a lui annoncé mardi avoir convoqué l'ambassadeur de Gambie à Dakar. Il a confirmé que deux des personnes exécutées étaient d'origine sénégalaise et qu'un troisième attendait d'être passé par les armes.

« J'ai demandé au Premier ministre de convoquer demain l'ambassadeur de Gambie pour lui signaler la position de l'État sénégalais », a déclaré Macky Sall mardi soir, lors d'une conférence de presse. « S'il ne vient pas en temps voulu, il quittera le Sénégal. »

L'affaire pourrait attiser les tensions entre le Sénégal et la Gambie, pays enclavé dans le territoire de son voisin, au moment où le président Sall cherche le soutien des Gambiens pour mettre fin au conflit séparatiste en Casamance.

Le président gambien Yahya Djammeh a affirmé que la quarantaine de condamnés à mort, qui attendent l'application de leur peine, seraient exécutés avant la mi-septembre.

Cette déclaration a entraîné une condamnation de l'Union africaine, de l'Union européenne, de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, de la France et d'organisations humanitaires.

Le président Jammeh est un ancien militaire de 47 ans. Il dirige d'une main de fer son petit pays anglophone enclavé dans le Sénégal depuis un putsch en 1994. Élu en 1996 et réélu trois fois depuis, il se pose en homme aux pouvoirs mystiques, se disant capable de « guérir » le sida.

(Avec agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gambie

Gambie : ils voulaient renverser Jammeh

Gambie : ils voulaient renverser Jammeh

Fin décembre, un petit commando prenait d'assaut le palais présidentiel de Yahya Jammeh, à Banjul. Retour sur une tentative de coup d'État qui a tourné au fiasco.[...]

Sénégal : l'opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été expulsé en France

Arrêté à Dakar le 3 janvier pour trouble à l'ordre public, l'opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été expulsé dans la nuit de 13 au 14 janvier vers Paris. Il avait publiquement[...]

CPI - Gambie : Fatou Bensouda, procureur à poigne

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Coup d'État manqué en Gambie : les détails de l'opération selon le FBI américain

La justice américaine vient d'inculper deux Américains d'origine gambienne impliqués dans la tentative de coup d'État qui s'est déroulée le 30 décembre à Banjul, en[...]

Gambie : qui est l'opposant Cheikh Sidya Bayo, arrêté au Sénégal ?

Le jeune opposant gambien Cheikh Sidya Bayo a été interpellé à Dakar quelques jours après le coup d'État manqué contre Yahya Jammeh. Accusé de porter atteinte à[...]

Coup d'État manqué en Gambie : deux Américains dans le viseur de la justice

Deux Américains d'origine gambienne accusés d'avoir préparé la tentative de putsch contre le président gambien, Yahya Jammeh, le 30 décembre, vont comparaître lundi devant la[...]

Gambie : les forces de l'ordre manifestent en soutien au président Jammeh

Des centaines de membres des forces de l'ordre gambiennes, dont des soldats et des policiers, ont manifesté samedi à Banjul pour soutenir le régime du président Yahya Jammeh, quatre jours après[...]

Gambie : des soldats font du porte-à-porte à la recherche d'assaillants à Banjul

Des soldats gambiens menaient vendredi à Banjul une opération porte-à-porte à la recherche de participants à l'attaque armée ayant visé le palais présidentiel il y a quatre[...]

Gambie : que sait-on du coup d'État manqué contre Yahya Jammeh ?

Plusieurs dizaines de civils et militaires ont été arrêtés en Gambie après la tentative de coup d'État contre Yahya Jammeh. Trois jours après les faits, retour sur ce que l'on sait[...]

Gambie : Jammeh accuse des puissances étrangères après le coup d'État raté

Le président gambien Yahya Jammeh a accusé des terroristes et dissidents soutenus par des puissances étrangères d'être derrière le coup d'Etat raté de mardi à Banjul, et a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120829103836 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120829103836 from 172.16.0.100