Extension Factory Builder
28/08/2012 à 17:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amadoun Amion Guindo, Younouss Hameye Dicko et Rokia Sanogo. Amadoun Amion Guindo, Younouss Hameye Dicko et Rokia Sanogo. © DR

Des manifestants ont été condamnés, mardi 28 août, à six mois de prison avec sursis par un tribunal de Bamako. Ils étaient accusés d’avoir participé à des troubles à l’ordre public le jour de l’agression du président de la transition Dioncounda Traoré, le 21 mai dernier.

Trois responsables de la Coalition des partis politiques du Mali, réputée favorable à l’ex-junte, auteure du coup d’État du 22 mars, ont été condamnés à six mois de prison avec sursis. Le syndicaliste Amadoun Amion Guindo, l'ancien ministre Younouss Hameye Dicko et le professeur de médecine Rokia Sanogo ont été reconnus coupable de troubles à l’ordre public.

Tous trois, qui organisaient une convention nationale rassemblant 500 personnes le 21 mai, ont cependant nié toute implication dans les événements qui se sont déroulés le 21 mai à Bamako, jour de l’agression du président Dioncounda Traoré. Leur avocat, Moussa Keita, n’exclut pas un recours contre cette condamnation.

L’enquête sur l’agression de Dioncounda Traoré se poursuit

Trois leaders de l’association « Les fils dignes », Boubacar Boré, Yacouba Niaré et Mamadou Sangaré, également proche de l’ex-junte, ont également été reconnus coupables et condamnés à la même peine, qui avait été requise par le procureur le 7 août dernier. Un de leurs avocats a lui aussi évoqué la possibilité de faire appel de la décision.

Les manifestations organisées le 21 mai 2012 avaient dégénéré et entraîné le lynchage du président de la transition, Dioncounda Traoré, au palais de Koulouba. Le Premier ministre Cheick Modibo Diarra a récemment déclaré que deux personnes avaient été arrêtées et que deux autres étaient recherchées, les quatre suspects étant soupçonnés d’avoir participé directement à l’agression du président.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers