Extension Factory Builder
28/08/2012 à 09:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des policiers guinéens dans les rues de Conakry, le 27 août 2012. Des policiers guinéens dans les rues de Conakry, le 27 août 2012. © AFP

Deux coalitions regroupant les principaux partis de l’opposition guinéenne ont annoncé lundi 27 août au soir qu’ils comptaient retirer leurs représentants du gouvernement, du Conseil national de la transition et de la Ceni. Cette décision fait suite aux violences qui ont accompagné l’interdiction de la manifestation de l’opposition prévue lundi.

Le dialogue est provisoirement rompu entre le gouvernement guinéen et plusieurs partis de l’opposition après les violences de lundi. « Nous retirons nos représentants du gouvernement, du CNT (Conseil national de la transition, faisant actuellement office de parlement) et de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) », a déclaré lundi 27 août l'ex-Premier ministre Lansana Kouyaté.

La décision a été prise par les responsables des principaux partis de l'opposition - dont l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo, le Parti de l'espoir pour le développement national (PEDN) de Lansana Kouyaté, et l' Union des forces républicaines (UFR) de Sidya Touré, regroupés au sein de deux coalitions : l'Alliance pour la démocratie et le développement (ADP) et le Collectif des partis pour la finalisation de la transition. Ces deux coalitions avaient appelé à une marche lundi matin empêchée par les forces de l'ordre, arguant qu'elle n'était pas autorisée.

La décision de retrait du gouvernement concernera deux membres du PEDN : Souleymane Cissé, ministre du Plan, et Aboubacar Sidiki Koulibaly, ministre du Contrôle économique et financier. L'UFDG et l'UFR ont quant à eux des représentants à la Ceni et au CNT. L'opposition dans son ensemble compte entre trois et quatre membres à la Ceni (25 membres au total), et six au CNT (150 membres au total).

"Dénoncer la dérive dictatoriale"

Selon Lansana Kayouté, dont la voiture a été la cible de tirs de la police lundi, l'objectif est de « protester contre les violences perpétrées sur les militants de l'opposition et dénoncer la dérive dictatoriale du nouveau pouvoir de M. Alpha Condé », élu président et investi en décembre 2010.

La marche de l’opposition prévue lundi visait à réclamer des élections législatives libres et transparentes. Elle a donné lieu à des heurts entre autorités, manifestants et contre-manifestants, selon un communiqué de la direction générale de la police. Il y a eu 20 gendarmes blessés et 38 manifestants interpellés, a précisé à l'AFP un responsable de la police. Les principaux partis de l’opposition ont demandé dans un communiqué « la libération inconditionnelle de toutes les personnes arbitrairement arrêtées ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Ebola : à Bruxelles, les pays touchés demandent un 'plan Marshall' pour se relever

Ebola : à Bruxelles, les pays touchés demandent un "plan Marshall" pour se relever

Alors que l'épidémie d'Ebola s'éternise en Afrique de l'Ouest, une conférence des acteurs de la lutte contre le virus se tient ce mardi à Bruxelles. Les trois pays les plus touchés appelle[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Guinée : un imam jugé pour violences sur un agent de la lutte contre Ebola

Les soignants d'Ebola sont de plus en plus victimes d’actes de violences commis par les populations en Guinée. Le procès d’un imam inculpé pour coups et blessures sur un agent s’ouvre ce[...]

Lettre ouverte à tous les Guinéens

Béa Diallo est élu au Parlement belge et échevin d'Ixelles. Oui, Depuis plusieurs années déjà, notre pays est confronté à un défi immense : il doit atteindre de[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Sondage : votez pour le meilleur joueur de la CAN 2015 !

La CAN 2015 s'est achevée dimanche avec la victoire in extremis de la Côte d'Ivoire en finale face au Ghana (9-8 au t.a.b.). Quel joueur vous a le plus marqué depuis le début de la compétition, le[...]

Cellou Dalein Diallo : "L'opposition guinéenne n'a plus que la rue comme recours"

À l’approche de la présidentielle guinéenne – qui devrait se dérouler avant la fin de l’année – l’opposition durcit le ton et réclame plus de dialogue avec[...]

Guinée : un ancien ministre tué par balles en pleine rue à Conakry

Thierno Aliou Diaouné, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports du gouvernement de transition de 2010, a été abattu par des inconnus vendredi soir à Conakry. Les motifs du crime ne sont pas encore[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120828094235 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120828094235 from 172.16.0.100