Extension Factory Builder
28/08/2012 à 09:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des policiers guinéens dans les rues de Conakry, le 27 août 2012. Des policiers guinéens dans les rues de Conakry, le 27 août 2012. © AFP

Deux coalitions regroupant les principaux partis de l’opposition guinéenne ont annoncé lundi 27 août au soir qu’ils comptaient retirer leurs représentants du gouvernement, du Conseil national de la transition et de la Ceni. Cette décision fait suite aux violences qui ont accompagné l’interdiction de la manifestation de l’opposition prévue lundi.

Le dialogue est provisoirement rompu entre le gouvernement guinéen et plusieurs partis de l’opposition après les violences de lundi. « Nous retirons nos représentants du gouvernement, du CNT (Conseil national de la transition, faisant actuellement office de parlement) et de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) », a déclaré lundi 27 août l'ex-Premier ministre Lansana Kouyaté.

La décision a été prise par les responsables des principaux partis de l'opposition - dont l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo, le Parti de l'espoir pour le développement national (PEDN) de Lansana Kouyaté, et l' Union des forces républicaines (UFR) de Sidya Touré, regroupés au sein de deux coalitions : l'Alliance pour la démocratie et le développement (ADP) et le Collectif des partis pour la finalisation de la transition. Ces deux coalitions avaient appelé à une marche lundi matin empêchée par les forces de l'ordre, arguant qu'elle n'était pas autorisée.

La décision de retrait du gouvernement concernera deux membres du PEDN : Souleymane Cissé, ministre du Plan, et Aboubacar Sidiki Koulibaly, ministre du Contrôle économique et financier. L'UFDG et l'UFR ont quant à eux des représentants à la Ceni et au CNT. L'opposition dans son ensemble compte entre trois et quatre membres à la Ceni (25 membres au total), et six au CNT (150 membres au total).

"Dénoncer la dérive dictatoriale"

Selon Lansana Kayouté, dont la voiture a été la cible de tirs de la police lundi, l'objectif est de « protester contre les violences perpétrées sur les militants de l'opposition et dénoncer la dérive dictatoriale du nouveau pouvoir de M. Alpha Condé », élu président et investi en décembre 2010.

La marche de l’opposition prévue lundi visait à réclamer des élections législatives libres et transparentes. Elle a donné lieu à des heurts entre autorités, manifestants et contre-manifestants, selon un communiqué de la direction générale de la police. Il y a eu 20 gendarmes blessés et 38 manifestants interpellés, a précisé à l'AFP un responsable de la police. Les principaux partis de l’opposition ont demandé dans un communiqué « la libération inconditionnelle de toutes les personnes arbitrairement arrêtées ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Ebola : urgence sanitaire en Guinée, confinement en Sierra Leone

Ebola : urgence sanitaire en Guinée, confinement en Sierra Leone

La Guinée a décrété samedi l'urgence sanitaire dans des zones continuant d'enregistrer des cas d'Ebola pour enrayer la progression du virus, tandis que la Sierra Leone voisine espérait faire[...]

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

Ebola : première campagne de vaccination à grande échelle en Guinée

Plus d’un an après le début de l’épidémie d’Ebola, une campagne de vaccination massive a été lancée lundi en Guinée. C'est la première[...]

Guinée : contre les appels à manifester de l'opposition, Alpha Condé prône le dialogue

L'opposition guinéenne rejette pour l'heure l'appel au dialogue du président Alpha Condé. Et conteste le nouveau calendrier électoral fixé par la Commission électorale nationale[...]

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

La Coupe du monde 2022 au Qatar se déroulera en fin d’année et la CAN 2023 prévue en Guinée en subira automatiquement les conséquences. D'ordinaire, le tournoi panaficain se tient en[...]

Guinée : les leaders de l'opposition appellent à manifester contre le calendrier électoral

Réunis à Paris, les dirigeants des trois principaux partis d'opposition ont appelé mardi à manifester contre le calendrier électoral établi par le président guinéen, Alpha[...]

Guinée : ouverture d'une série de procès criminels à Nzérékoré

Deux procès se sont ouverts lundi 23 mars à Nzérékoré. Celui des drames de Womey, lors duquel des sensibilisateurs à Ebola avaient été massacrés, et celui des tueries[...]

Guinée : entre l'opposition et le pouvoir, le dialogue est-il rompu ?

La décision de l'opposition de suspendre sa participation aux travaux de l'Assemblée nationale fait notamment suite au choix de la Ceni d'organiser la présidentielle le 11 octobre 2015 et les[...]

Ebola, un an après, au-delà du défi humanitaire, le drame des enfants

Adama Coulibaly est directeur régional de Plan international pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Le Liberia a démarré le décompte des 42 jours sans aucun cas depuis le 5 mars. Si aucun[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120828094235 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120828094235 from 172.16.0.100