Extension Factory Builder
27/08/2012 à 15:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sami Fehri, le patron d'Ettounsiya TV. Sami Fehri, le patron d'Ettounsiya TV. © tunisiefocus

Faut-il défendre Sami Fehri et ses marionnettes ? Depuis que la justice a ordonné, vendredi dernier, le placement en détention du patron d’Ettounsiya TV, les twittos tunisiens sont partagés.

Il y a d’abord ceux qui estiment que le placement de Sami Fehri en détention - dans le cadre d'une instruction pour des préjudices financiers causés à la télévision publique sous Ben Ali - constitue une entrave majeure à la liberté de la presse. Selon eux, le jeune producteur paierait en réalité le ton trop moqueur de ses marionnettes. Dans la « Logique Politique », équivalent tunisien des « Guignols de l’Info »,  les dirigeants Nadhaouis comme Rached Ghannouchi ou le Premier ministre Hamadi Jebali étaient régulièrement épinglés.

« Tout cela m'arrive à cause de quatre Guignols », s’est ainsi défendu Sami Fehri sur les ondes d'Express FM après l’annonce de sa condamnation. Selon lui, Lotfi Zitoun, un influent conseiller de Hamadi Jebali, l'aurait contacté pour lui faire part  d'un «grand mécontentement », qualifiant le programme diffusé par la chaîne d'« inacceptable ». Quelques jours plus tôt, Sami Fehri avait déjà expliqué l’interruption de son émission pour cause de pression des autorités.

Sur Twitter, beaucoup d’utilisateurs tunisiens fustigent la condamnation de l’ancien animateur, estimant qu’il est avant tout victime de la censure islamiste.


 

Si @MoDhaoui n’a pas de scrupules, d’autres twittos sont moins complaisants avec Sami Fehri et pointent du doigt  ses anciens liens avec le clan Trabelsi. Avant la révolution, le producteur s’était en effet associé à Belhassen Trabelsi, le beau-frère de Ben Ali aujourd'hui en fuite, pour fonder la société de production Cactus. Cette dernière fournissait notamment de nombreux programmes à la télévision nationale. Après la chute de Ben Ali le 14 janvier 2011, l’État a saisi 51 % des parts de Cactus et l’a placée sous contrôle judiciaire. Quant à Sami Fehri, il est aujourd'hui placé en détention dans le cadre d'une instruction pour « usage illicite des de ressources de l'Établissement de la télévision tunisienne » sous le régime de Ben Ali.

Un passé qui pèse lourd dans l'opinion de certains twittos : 

D'après les dernières nouvelles relayées par la presse, le producteur des Guignols tunisiens, qui devait se rendre à la police samedi après-midi, n'était toujours pas incarcéré lundi matin.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très fréq[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Tunisie : pourquoi le Sud a choisi Marzouki à la présidentielle

Négligés depuis l'indépendance par le pouvoir central, les électeurs tunisiens du Sud ont massivement voté pour le président sortant, perçu comme l'homme de la vraie rupture[...]

Tunisie : "Si Béji" et les bajboujettes

Le tout nouveau président tunisien, appelé affectueusement Bajbouj, doit aux femmes sa victoire à la présidentielle. Et qu'un électorat féminin porte un candidat à la[...]

Tunisie : Maison de l'image et espace d'expressions

Comment filmer, photographier et dire la Tunisie d'aujourd'hui ? Olfa Feki, architecte, et Wassim Ghozlani, photographe, viennent de créer dans ce but la Maison de l'image.[...]

La Tunisie lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

La Tunisie a obtenu le 27 janvier un milliard de dollars sur les marchés internationaux, davantage que les 750 millions prévus. La demande a atteint 4,3 milliards.[...]

CAN 2015 : La RD Congo rejoint sur le fil la Tunisie en quarts !

Longtemps éliminés, les Congolais qui ont égalisé grâce à Bokila face à la Tunisie (1-1) rejoignent leur adversaire du soir en quarts de finale de la CAN 2015. Le Cap-Vert et la[...]

Tunisie : report du vote de confiance au gouvernement de Habib Essid

À peine formé, le gouvernement proposé par le nouveau chef de l’exécutif, Habib Essid, suscite de vives critiques. Au point que le vote de confiance à l’Assemblée des[...]

Gouvernement tunisien : pourquoi Afek Tounes a jeté l'éponge

Le parti tunisien Afek Tounes déplore la méthode de négociation quelque peu expéditive du Premier ministre désigné, Habib Essid, pour la formation de son gouvernement.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120827154419 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120827154419 from 172.16.0.100