Extension Factory Builder
24/08/2012 à 17:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vue aérienne prise le 3 novembre 2008 de la région de Bakassi. Vue aérienne prise le 3 novembre 2008 de la région de Bakassi. © Clement Yango/AFP/Archives

Enlèvements d’otages, menaces d’attaques militaires… Depuis quelques semaines, les militants d’origine nigériane de la péninsule de Bakassi mettent la opression sur le gouvernement camerounais. Objectif : obtenir une révision des accords de 2006. Explications.

Regroupés au sein du Bakassi Self Determination Front (Front pour l’autodétermination de Bakassi, FAB), ils ont hissé leur drapeau en territoire camerounais et annoncé l’indépendance de la zone, le 9 août. Les jeunes militants ont par ailleurs lancé une radio qui émet en ondes courtes, sur les fréquences 4,2 Mhz et 5,2 Mhz. Et depuis le 16 août, ils détiennent deux Camerounais enlevés dans la localité de Dibanyanga près d’Isanguele, région du Sud-Ouest. Ils exigent le paiement d’une rançon de 100 millions de Francs CFA (152 000 Euros) pour les libérer.

À travers ces actions d’éclat, le FAB espère provoquer un enlisement de la situation sécuritaire dans l’ensemble de cette zone vaste de 652 kilomètres carrés, pour obtenir une intervention de la communauté internationale, puis une révision de l’arrêt de la Cour internationale de justice (CIJ) de la Haye de 2002, qui a contraint le Nigeria à rétrocéder la presqu’île au Cameroun.

La paix menacée

Les récentes tensions à Bakassi remontent au 24 juillet 2012. Jour où le FAB, a saisi le chef supérieur de la presqu’île, Etim Okon Edet, lui donnant quinze jours au terme desquels il menaçait de passer à l’offensive militaire. « Nous ne pouvons rester les bras croisés et voir l’héritage des peuples de Bakassi partir au nom d’une décision de justice », affirme le « commandant-général » Ekpe Ekpenyong Oku, chef du FAB.

Le 19 juillet 2012 déjà, Etim Okon Edet avait rendu public un communiqué dans lequel il affirmait qu’il n’était plus « en mesure d’assurer la paix », les jeunes de Bakassi étant « fatigués de l’injustice orchestrée par la Cour internationale de justice, l’ONU et le gouvernement du Nigeria ».

Green Tree en cause

En cause, la disposition des accords de Green Tree signés en 2006 par le Cameroun et le Nigeria sous supervision internationale, et qui donne jusqu’en 2013 le choix aux ressortissants nigérians vivant à Bakassi de garder leur nationalité ou de prendre celle du Cameroun. Une disposition qui ne passe pas.

« Nous sommes nés à Bakassi. Nos parents sont nés à Bakassi et on vient nous demander de choisir une nationalité aujourd’hui. Nous sommes donc des apatrides et nous allons nous défendre », explique le « Général » A. G. Basuo, qui fut le commandant des Bakassi Freedom Fighters (BFF) avant de signer un accord de paix avec le gouvernement fédéral du Nigeria. Son groupe totalise plus de 25 enlèvements et attaques armées mortelles dans la région.

________

Par Armelle Nya, à Douala
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget aliment[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers