Extension Factory Builder
24/08/2012 à 17:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vue aérienne prise le 3 novembre 2008 de la région de Bakassi. Vue aérienne prise le 3 novembre 2008 de la région de Bakassi. © Clement Yango/AFP/Archives

Enlèvements d’otages, menaces d’attaques militaires… Depuis quelques semaines, les militants d’origine nigériane de la péninsule de Bakassi mettent la opression sur le gouvernement camerounais. Objectif : obtenir une révision des accords de 2006. Explications.

Regroupés au sein du Bakassi Self Determination Front (Front pour l’autodétermination de Bakassi, FAB), ils ont hissé leur drapeau en territoire camerounais et annoncé l’indépendance de la zone, le 9 août. Les jeunes militants ont par ailleurs lancé une radio qui émet en ondes courtes, sur les fréquences 4,2 Mhz et 5,2 Mhz. Et depuis le 16 août, ils détiennent deux Camerounais enlevés dans la localité de Dibanyanga près d’Isanguele, région du Sud-Ouest. Ils exigent le paiement d’une rançon de 100 millions de Francs CFA (152 000 Euros) pour les libérer.

À travers ces actions d’éclat, le FAB espère provoquer un enlisement de la situation sécuritaire dans l’ensemble de cette zone vaste de 652 kilomètres carrés, pour obtenir une intervention de la communauté internationale, puis une révision de l’arrêt de la Cour internationale de justice (CIJ) de la Haye de 2002, qui a contraint le Nigeria à rétrocéder la presqu’île au Cameroun.

La paix menacée

Les récentes tensions à Bakassi remontent au 24 juillet 2012. Jour où le FAB, a saisi le chef supérieur de la presqu’île, Etim Okon Edet, lui donnant quinze jours au terme desquels il menaçait de passer à l’offensive militaire. « Nous ne pouvons rester les bras croisés et voir l’héritage des peuples de Bakassi partir au nom d’une décision de justice », affirme le « commandant-général » Ekpe Ekpenyong Oku, chef du FAB.

Le 19 juillet 2012 déjà, Etim Okon Edet avait rendu public un communiqué dans lequel il affirmait qu’il n’était plus « en mesure d’assurer la paix », les jeunes de Bakassi étant « fatigués de l’injustice orchestrée par la Cour internationale de justice, l’ONU et le gouvernement du Nigeria ».

Green Tree en cause

En cause, la disposition des accords de Green Tree signés en 2006 par le Cameroun et le Nigeria sous supervision internationale, et qui donne jusqu’en 2013 le choix aux ressortissants nigérians vivant à Bakassi de garder leur nationalité ou de prendre celle du Cameroun. Une disposition qui ne passe pas.

« Nous sommes nés à Bakassi. Nos parents sont nés à Bakassi et on vient nous demander de choisir une nationalité aujourd’hui. Nous sommes donc des apatrides et nous allons nous défendre », explique le « Général » A. G. Basuo, qui fut le commandant des Bakassi Freedom Fighters (BFF) avant de signer un accord de paix avec le gouvernement fédéral du Nigeria. Son groupe totalise plus de 25 enlèvements et attaques armées mortelles dans la région.

________

Par Armelle Nya, à Douala
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : tous au fast-food

Cameroun : tous au fast-food

Chaque jour, les jeunes camerounais se ruent dans les enseignes de restauration rapide et bon marché. Au menu : burgers, kebabs, sandwichs... Mais aussi de plus en plus de plats traditionnels.[...]

Rap camerounais : Tilla dévoile "Kankwe chap", son dernier EP (en écoute)

La rappeuse camerounaise Tilla revient. Après le clip de "Pantana", réalisé par Ndukong et sorti le 1er mai, la "marraine", comme on la surnomme, a rendu public "Kankwe chap",[...]

Qui redoute encore l'arrivée de Dangote ?

Avec plusieurs années de retard, le conglomérat nigérian inaugure enfin deux cimenteries, au Sénégal et au Cameroun. Mais la guerre des prix n'aura pas lieu...[...]

Cameroun : de Bia à Biya

Les commandos d'égorgeurs jihadistes qui ont fondu sur ce gros village frontalier de l'Extrême-Nord du Cameroun, le 17 avril peu après minuit, avaient un double objectif.[...]

Lions indomptables du Cameroun : Finke part, Domenech sur les rangs pour lui succéder

En fin de contrat le 24 mai prochain, Volker Finke ne sera pas reconduit dans ses fonctions. Plusieurs noms circulent déjà pour le remplacer, donc celui de Raymond Domenech, l'ancien sélectionneur de la[...]

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par[...]

Cameroun : 19 morts dans une attaque de Boko Haram

L'attaque menée dans la nuit de jeudi à vendredi par le groupe islamiste nigérian Boko Haram sur le village de Bia, dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun, a fait 19 morts dont une[...]

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sont dix civils camerounais qui ont été tués par Boko Haram, lors d'une attaque du village de Bia, dans l'Extrême-Nord du pays, à la frontière du[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

N'ayons pas peur de toucher aux constitutions !

Yann Gwet est un entrepreneur et essayiste camerounais. Diplômé de Sciences Po Paris, il vit et travaille au Cameroun. Bas les pattes ! Du Burundi aux Congo, en passant par le Rwanda, le message est identique :[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120824173026 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120824173026 from 172.16.0.100