Extension Factory Builder
24/08/2012 à 17:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vue aérienne prise le 3 novembre 2008 de la région de Bakassi. Vue aérienne prise le 3 novembre 2008 de la région de Bakassi. © Clement Yango/AFP/Archives

Enlèvements d’otages, menaces d’attaques militaires… Depuis quelques semaines, les militants d’origine nigériane de la péninsule de Bakassi mettent la opression sur le gouvernement camerounais. Objectif : obtenir une révision des accords de 2006. Explications.

Regroupés au sein du Bakassi Self Determination Front (Front pour l’autodétermination de Bakassi, FAB), ils ont hissé leur drapeau en territoire camerounais et annoncé l’indépendance de la zone, le 9 août. Les jeunes militants ont par ailleurs lancé une radio qui émet en ondes courtes, sur les fréquences 4,2 Mhz et 5,2 Mhz. Et depuis le 16 août, ils détiennent deux Camerounais enlevés dans la localité de Dibanyanga près d’Isanguele, région du Sud-Ouest. Ils exigent le paiement d’une rançon de 100 millions de Francs CFA (152 000 Euros) pour les libérer.

À travers ces actions d’éclat, le FAB espère provoquer un enlisement de la situation sécuritaire dans l’ensemble de cette zone vaste de 652 kilomètres carrés, pour obtenir une intervention de la communauté internationale, puis une révision de l’arrêt de la Cour internationale de justice (CIJ) de la Haye de 2002, qui a contraint le Nigeria à rétrocéder la presqu’île au Cameroun.

La paix menacée

Les récentes tensions à Bakassi remontent au 24 juillet 2012. Jour où le FAB, a saisi le chef supérieur de la presqu’île, Etim Okon Edet, lui donnant quinze jours au terme desquels il menaçait de passer à l’offensive militaire. « Nous ne pouvons rester les bras croisés et voir l’héritage des peuples de Bakassi partir au nom d’une décision de justice », affirme le « commandant-général » Ekpe Ekpenyong Oku, chef du FAB.

Le 19 juillet 2012 déjà, Etim Okon Edet avait rendu public un communiqué dans lequel il affirmait qu’il n’était plus « en mesure d’assurer la paix », les jeunes de Bakassi étant « fatigués de l’injustice orchestrée par la Cour internationale de justice, l’ONU et le gouvernement du Nigeria ».

Green Tree en cause

En cause, la disposition des accords de Green Tree signés en 2006 par le Cameroun et le Nigeria sous supervision internationale, et qui donne jusqu’en 2013 le choix aux ressortissants nigérians vivant à Bakassi de garder leur nationalité ou de prendre celle du Cameroun. Une disposition qui ne passe pas.

« Nous sommes nés à Bakassi. Nos parents sont nés à Bakassi et on vient nous demander de choisir une nationalité aujourd’hui. Nous sommes donc des apatrides et nous allons nous défendre », explique le « Général » A. G. Basuo, qui fut le commandant des Bakassi Freedom Fighters (BFF) avant de signer un accord de paix avec le gouvernement fédéral du Nigeria. Son groupe totalise plus de 25 enlèvements et attaques armées mortelles dans la région.

________

Par Armelle Nya, à Douala
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites qu[...]

Cameroun : les vérités de Marafa Hamidou Yaya

Dans une interview exclusive réalisée par correspondance, parue dans le Jeune Afrique n°2803, Marafa Hamidou Yaya, l'ancien ministre camerounais de l’Administration territoriale, dément formellement[...]

Cameroun : Lydienne Yen Eyoum reconnue coupable de détournements de fonds publics

Le verdict est tombé dans le procès de Lydienne Yen Eyoum. L'avocate franco-camerounaise, accusée de détournements de fonds publics, a été reconnue coupable vendredi par le Tribunal[...]

Faut-il avoir peur de l'APE ?

Après plus de dix ans de négociations, l'accord de partenariat économique a enfin été conclu entre l'Union européenne et une grande partie de l'Afrique subsaharienne... Mais[...]

Mbara Guérandi : enquête sur une affaire d'État camerounaise

Guérandi Mbara était l'un des cerveaux du putsch de 1984. Pendant trente ans, depuis son exil ouagalais, il a menacé de s'en prendre à nouveau à Paul Biya, au nez et à la barbe des[...]

Douala, port de l'angoisse

L'infrastructure par laquelle transite le commerce du Cameroun, du Tchad et de la Centrafrique est au bord de l'asphyxie. Les opérateurs publics et privés gèrent l'urgence, mais les solutions de long terme se[...]

Cameroun : Baileys, l'alcool qui peut vous envoyer en prison

Au Cameroun, mieux vaut faire attention à la boisson que l'on commande. Si une Guiness ne déclenchera que des regards approbateurs, un Baileys pourrait vous valoir une dénonciation pour homosexualité.[...]

Nigeria : afflux de réfugiés fuyant Boko Haram, le HCR tire la sonnette d'alarme

De plus en plus de civils fuient les combats dans le nord-est du Nigeria pour se réfugier dans les pays voisins. Mardi, le HCR a lancé un appel aux dons de 34 millions de dollars pour aider 75 000 [...]

Lions du Cameroun : l'irrésistible ascension de Choupo-Moting

Passé cet été de Mayence à Schalke 04, un des meilleurs clubs allemands, Éric Maxim Choupo-Moting (25 ans) a également été nommé vice-capitaine des Lions indomptables[...]

Musique : X Maleya fait son premier Olympia à Paris

Dimanche, le trio camerounais X Mayela sera en concert dans la la capitale française, à l'Olympia. Sur scène, ils auront des invités, dont un célèbre footballeur camerounais...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers