Extension Factory Builder
24/08/2012 à 16:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un pêcheur de la commune rurale de Mangagoulak, en Casamance. Un pêcheur de la commune rurale de Mangagoulak, en Casamance. © Maxime Le Hégarat pour J.A.

Dans une Afrique où l'argent des ONG joue un rôle controversé, l'association Kawawana fait figure d'exception. Regroupant des centaines de pêcheurs, elle met un point d'honneur à ne pas dépendre des aides extérieures. Pour mieux préserver les ressources naturelles et la biodiversité de ses mangroves, source de pêche. Reportage.

« Kawawana » : « préserver notre patrimoine ancestral », en langue diola. L’association qui porte ce nom a été créée à l'été 2010 par les habitants de la communauté de Mangagoulak, en Casamance (Sud du Sénégal). Son objectif est aussi simple qu’ambitieux : protéger les ressources en poissons de cette commune rurale pour assurer la sécurité alimentaire de la population. Et ça marche.

Interdiction formelle de pêcher dans certains bolongs (bras de fleuve, entourés de mangroves), limitation dans d’autres : soit à la simple pêche de subsistance, le surplus devant être vendu au village à un prix modéré, soit à la pêche commerciale mais sans utilisation de pirogues à moteur, ni de filets en nylon ou encerclants…

Bref, tout est fait pour éviter la surpêche et veiller au repos biologique de la ressource. Mais quand un modèle de développement durable fonctionne, cela ne veut pas dire pour autant qu’il est pérenne… C’est d’ailleurs l’une des principales craintes de Salatou Sambou, le président de Kawawana. Que l'expérience communautaire soit « récupérée » par des tiers aux intérêts divergents.

Pirogue sans moteur, filets en coton... les pêcheurs appliquent les réglementations de l'association Kawawana.

© Maxime Le Hégarat pour J.A.

Appui ponctuel

C’est pourquoi l'association a dit oui à la Fondation internationale du Banc d'Arguin (Fiba) et au Center for sustainable development (Cenesta), mais uniquement pour de légers appuis ponctuels comme l’expertise ou l’aide financière.

La Fiba a par exemple financé deux pirogues motorisées. L'essence, les pêcheurs l'achètent avec l'argent de la vente de leur pêche. « Souvent la population initie un projet puis une ONG va prendre le relai. Là nous ne sommes intervenus qu'à la fin du processus porté par les habitants », explique Simon Mériaux, un des coordonnateurs de l’ONG, à Dakar.

Nous avons travaillé longtemps sans les ONG et nous n'acceptons pas les organisations qui viennent uniquement pour s'approprier notre expérience communautaire.

Salatou Sambou, président de l'association des pêcheurs de Kawawana

Trois autres organismes ont d’ailleurs frappé à la porte de l'association, qui décliné leur soutien. Et lorsqu'une autre structure, dakaroise, a proposé moto, téléphone, crédit téléphonique et salaire à Salatou Sambou, le président de l'association des pêcheurs, il a refusé tout net. « Nous avons travaillé longtemps sans les ONG et nous n'acceptons pas les organisations qui viennent uniquement pour s'approprier notre expérience communautaire, se faire des millions d'euros via les bailleurs de fonds et qu'au final, il n'y ait pas de retombées pour les populations », explique-t-il.

Côté Fiba, on est plutôt d'accord avec cette analyse. « Quand trop d'argent est apporté par rapport aux besoins réels, cela pervertit les rapports entre populations et ONG. Parmi ces dernières, certaines peuvent vouloir récupérer un projet pour montrer un bel exemple de réussite mais les populations veillent à ce qu'il n'y ait pas trop de dérives », explique Simon Mériaux.

Scepticisme

Aujourd'hui, l’expérience communautaire a porté ses premiers fruits. Selon l'association, sur quinze espèces qui avaient disparu (barracuda, capitaine, carpe noire…), cinq ont déjà réapparu. Et - aspect non négligeable - le revenu des villageois c'est aussi amélioré. « Les pêcheurs vendent plus car la ressource se régénère. Ils ont donc plus de moyens pour prendre en charge leur famille et mettre les enfants à l'école », souligne Maiména Goudiaby, chargé des questions socio-économiques au sein de l'association.

Mais tout n’est pas allé de soi. Il a fallu notamment surmonter le scepticisme des pêcheurs. « J'utilisais des filets en nylon. Je savais qu'ils détruisaient les fonds marins, mais bon, c'était efficace pour les prises. Petit à petit j'ai compris l'importance de tout ça et j'ai rallié la majorité des pêcheurs », raconte Jean-Marie Diédhiou. Et puis, il faut gérer la fraude. Les pirogues de surveillance sont moins utilisées, faute d'essence. L'association a cependant des relais un peu partout à l'entrée des bolongs. Et en cas d'infraction constatée, on communique par téléphone portable. Ça limite les dépenses.

_______

Par Aurélie Fontaine, à Ziguinchor
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : l'ancien joueur du PSG Aliou Cissé nommé sélectionneur

Sénégal : l'ancien joueur du PSG Aliou Cissé nommé sélectionneur

On le pressentait, la Fédération Sénégalaise l'a officialisé ce jeudi matin : Aliou Cissé a été nommé au poste de sélectionneur des Lions de la Teranga.[...]

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de[...]

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120824154812 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120824154812 from 172.16.0.100