Extension Factory Builder
24/08/2012 à 09:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le vice-ministre de l'Intérieur Omar al-Khadhraoui, le 23 août 2012 à Tripoli. Le vice-ministre de l'Intérieur Omar al-Khadhraoui, le 23 août 2012 à Tripoli. © AFP

Les autorités libyennes ont saisi, jeudi 23 août, une centaine de chars que détenaient des miliciens pro-Kadhafi dans l'ouest du pays. Ceux-ci se faisaient passer pour des révolutionnaires.

En Libye, les partisans de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi sont encore bien présents. Et parfois mieux armés qu'on ne le croit. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le ministère libyen de l'Intérieur a annoncé, jeudi 23 août, avoir saisi plus de cent chars à un groupe de partisans de l'ancien « Guide ». Ces miliciens pro-Kadhafi se faisait passer pour des révolutionnaires de la région de Tarhouna, dans l'ouest du pays.

« Plus d'une centaine de chars et 26 lance-missiles ont été saisis » dans une caserne à Souk al-Ahad, près de Tarhouna (à une soixante de kilomètres au Sud-Est de Tripoli), où cette milice était basée, a déclaré Abdelmonem al-Hor, le porte-parole de la Haute commission de sécurité qui dépend du ministère de l'Intérieur.

Il a indiqué que l'enquête sur le double attentat à la voiture piégée qui avait fait deux morts et quatre blessés dimanche à Tripoli avait permis de remonter jusqu'à ce groupe. Les autorités avaient alors pointé du doigt des partisans de l'ancien régime.

La "brigade du martyr Mouammar Kadhafi"

D'après le porte-parole, cette milice, connue sous le nom de « Katiba al-Awfiya » (Brigade des fidèles), se faisait appeler en interne « Brigade du martyr Mouammar Kadhafi », l'ancien dirigeant libyen tué en octobre dernier. Il s'agit de la milice qui avait pris d'assaut l'aéroport de Tripoli début juin, bloquant le trafic aérien durant plusieurs heures. Elle voulait alors dénoncer le mystérieux enlèvement d'un de leurs chefs, avant que les autorités ne parviennent à les déloger et à reprendre le contrôle de la situation.

« Nous avons cru que cette katiba défendait la Libye et la révolution, il s'est avéré que c'était en fait le contraire », a poursuivi M. Hor. Le chef de la milice, Khaled Ibrahim Krid, avait été arrêté mercredi au cours d'une opération contre ce groupe qui s'était soldée par un mort et huit blessés parmi les forces de sécurité. Le vice-ministre de l'Intérieur, Omar al-Khadhraoui, avait indiqué auparavant que des « armes lourdes » avaient été saisies dans la caserne, dont des « roquettes », sans autre précision. Selon lui, 13 personnes en tout ont été arrêtées et trois autres ont pu s'échapper.

Mercredi soir, le ministère de l'Intérieur avait fait état d'affrontements à Tarhouna entre des membres des services de sécurité et des hommes armés soupçonnés d'être impliqués dans les attentats de dimanche. Abdelmonem al-Hor a par ailleurs reconnu que les forces de sécurité étaient infiltrées par des partisans de l'ancien régime et qu'un comité avait été formé pour enquêter sur cette question.

Situation sécuritaire tendue

Les attentats à la voiture piégée de dimanche ont ravivé l'inquiétude sur la fragilité de la situation sécuritaire en Libye. Jeudi, le Congrès général national (CGN), l'assemblée issue des élections du 7 juillet, s'est réuni à huis-clos pour discuter de ce sujet.

Selon des membres du CGN, le ministre de l'Intérieur Fawzi Abdelali a été sévèrement critiqué par les députés qui ont dénoncé le « laxisme » des forces de sécurité. De son côté, M. Abdelali a salué, dans une déclaration à la chaîne Libya al-Ahrar, les efforts de son ministère qui a pu arrêter, selon lui, le principal suspect des attentats « trois heures seulement » après les attaques. Les services de sécurité avaient annoncé lundi l'arrestation de « plusieurs » personnes.

Après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, la population a puisé dans l'arsenal abandonné par l'ancienne armée. Dans le même temps, de nombreux ex-rebelles qui avaient combattu les forces Kadhafistes se sont par ailleurs organisés en milices, faisant régner leur loi à travers le pays.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

La Libye demande la levée de l'embargo sur les armes aux Nations unies

Mohammed al-Dairi, le ministre libyen des Affaires étrangères, a demandé mercredi à l'ONU de lever l'embargo sur les armes imposé à son pays afin de mieux lutter contre les groupes[...]

ONU : Égyptiens et Occidentaux divisés sur la stratégie à suivre contre le terrorisme en Libye

Pendant que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi réclame publiquement une intervention militaire internationale en Libye, les pays occidentaux défendent l'option d'une solution politique et la[...]

ONU 

Égypte : Sissi réclame une résolution de l'ONU pour l'intervention d'une coalition en Libye

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a réclamé mardi l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU afin d'aller vers l'intervention d'une coalition contre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120824084619 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120824084619 from 172.16.0.100