Extension Factory Builder
24/08/2012 à 09:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le vice-ministre de l'Intérieur Omar al-Khadhraoui, le 23 août 2012 à Tripoli. Le vice-ministre de l'Intérieur Omar al-Khadhraoui, le 23 août 2012 à Tripoli. © AFP

Les autorités libyennes ont saisi, jeudi 23 août, une centaine de chars que détenaient des miliciens pro-Kaddafi dans l'ouest du pays. Ceux-ci se faisaient passer pour des révolutionnaires.

En Libye, les partisans de l'ancien dictateur Mouammar Kaddafi sont encore bien présents. Et parfois mieux armés qu'on ne le croit. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le ministère libyen de l'Intérieur a annoncé, jeudi 23 août, avoir saisi plus de cent chars à un groupe de partisans de l'ancien « Guide ». Ces miliciens pro-Kaddafi se faisait passer pour des révolutionnaires de la région de Tarhouna, dans l'ouest du pays.

« Plus d'une centaine de chars et 26 lance-missiles ont été saisis » dans une caserne à Souk al-Ahad, près de Tarhouna (à une soixante de kilomètres au Sud-Est de Tripoli), où cette milice était basée, a déclaré Abdelmonem al-Hor, le porte-parole de la Haute commission de sécurité qui dépend du ministère de l'Intérieur.

Il a indiqué que l'enquête sur le double attentat à la voiture piégée qui avait fait deux morts et quatre blessés dimanche à Tripoli avait permis de remonter jusqu'à ce groupe. Les autorités avaient alors pointé du doigt des partisans de l'ancien régime.

La "brigade du martyr Mouammar Kaddafi"

D'après le porte-parole, cette milice, connue sous le nom de « Katiba al-Awfiya » (Brigade des fidèles), se faisait appeler en interne « Brigade du martyr Mouammar Kaddafi », l'ancien dirigeant libyen tué en octobre dernier. Il s'agit de la milice qui avait pris d'assaut l'aéroport de Tripoli début juin, bloquant le trafic aérien durant plusieurs heures. Elle voulait alors dénoncer le mystérieux enlèvement d'un de leurs chefs, avant que les autorités ne parviennent à les déloger et à reprendre le contrôle de la situation.

« Nous avons cru que cette katiba défendait la Libye et la révolution, il s'est avéré que c'était en fait le contraire », a poursuivi M. Hor. Le chef de la milice, Khaled Ibrahim Krid, avait été arrêté mercredi au cours d'une opération contre ce groupe qui s'était soldée par un mort et huit blessés parmi les forces de sécurité. Le vice-ministre de l'Intérieur, Omar al-Khadhraoui, avait indiqué auparavant que des « armes lourdes » avaient été saisies dans la caserne, dont des « roquettes », sans autre précision. Selon lui, 13 personnes en tout ont été arrêtées et trois autres ont pu s'échapper.

Mercredi soir, le ministère de l'Intérieur avait fait état d'affrontements à Tarhouna entre des membres des services de sécurité et des hommes armés soupçonnés d'être impliqués dans les attentats de dimanche. Abdelmonem al-Hor a par ailleurs reconnu que les forces de sécurité étaient infiltrées par des partisans de l'ancien régime et qu'un comité avait été formé pour enquêter sur cette question.

Situation sécuritaire tendue

Les attentats à la voiture piégée de dimanche ont ravivé l'inquiétude sur la fragilité de la situation sécuritaire en Libye. Jeudi, le Congrès général national (CGN), l'assemblée issue des élections du 7 juillet, s'est réuni à huis-clos pour discuter de ce sujet.

Selon des membres du CGN, le ministre de l'Intérieur Fawzi Abdelali a été sévèrement critiqué par les députés qui ont dénoncé le « laxisme » des forces de sécurité. De son côté, M. Abdelali a salué, dans une déclaration à la chaîne Libya al-Ahrar, les efforts de son ministère qui a pu arrêter, selon lui, le principal suspect des attentats « trois heures seulement » après les attaques. Les services de sécurité avaient annoncé lundi l'arrestation de « plusieurs » personnes.

Après la chute du régime de Mouammar Kaddafi, la population a puisé dans l'arsenal abandonné par l'ancienne armée. Dans le même temps, de nombreux ex-rebelles qui avaient combattu les forces kaddafistes se sont par ailleurs organisés en milices, faisant régner leur loi à travers le pays.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte [...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Régime Kaddafi : le procès des anciens dignitaires libyens ajourné au 27 avril

La Cour pénale de Tripoli a décidé lundi d'ajourner au 27 avril le procès de 37 proches de Mouammar Kaddafi, dont son fils Seif el-Islam.[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Régime Kaddafi : le procès des anciens dignitaires libyens pourrait être ajourné

Censé s'ouvrir lundi, le procès de Seif el-Islam Kaddafi et d'une trentaine de responsables du régime déchu pourrait être reporté.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers