Extension Factory Builder
24/08/2012 à 09:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le vice-ministre de l'Intérieur Omar al-Khadhraoui, le 23 août 2012 à Tripoli. Le vice-ministre de l'Intérieur Omar al-Khadhraoui, le 23 août 2012 à Tripoli. © AFP

Les autorités libyennes ont saisi, jeudi 23 août, une centaine de chars que détenaient des miliciens pro-Kadhafi dans l'ouest du pays. Ceux-ci se faisaient passer pour des révolutionnaires.

En Libye, les partisans de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi sont encore bien présents. Et parfois mieux armés qu'on ne le croit. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le ministère libyen de l'Intérieur a annoncé, jeudi 23 août, avoir saisi plus de cent chars à un groupe de partisans de l'ancien « Guide ». Ces miliciens pro-Kadhafi se faisait passer pour des révolutionnaires de la région de Tarhouna, dans l'ouest du pays.

« Plus d'une centaine de chars et 26 lance-missiles ont été saisis » dans une caserne à Souk al-Ahad, près de Tarhouna (à une soixante de kilomètres au Sud-Est de Tripoli), où cette milice était basée, a déclaré Abdelmonem al-Hor, le porte-parole de la Haute commission de sécurité qui dépend du ministère de l'Intérieur.

Il a indiqué que l'enquête sur le double attentat à la voiture piégée qui avait fait deux morts et quatre blessés dimanche à Tripoli avait permis de remonter jusqu'à ce groupe. Les autorités avaient alors pointé du doigt des partisans de l'ancien régime.

La "brigade du martyr Mouammar Kadhafi"

D'après le porte-parole, cette milice, connue sous le nom de « Katiba al-Awfiya » (Brigade des fidèles), se faisait appeler en interne « Brigade du martyr Mouammar Kadhafi », l'ancien dirigeant libyen tué en octobre dernier. Il s'agit de la milice qui avait pris d'assaut l'aéroport de Tripoli début juin, bloquant le trafic aérien durant plusieurs heures. Elle voulait alors dénoncer le mystérieux enlèvement d'un de leurs chefs, avant que les autorités ne parviennent à les déloger et à reprendre le contrôle de la situation.

« Nous avons cru que cette katiba défendait la Libye et la révolution, il s'est avéré que c'était en fait le contraire », a poursuivi M. Hor. Le chef de la milice, Khaled Ibrahim Krid, avait été arrêté mercredi au cours d'une opération contre ce groupe qui s'était soldée par un mort et huit blessés parmi les forces de sécurité. Le vice-ministre de l'Intérieur, Omar al-Khadhraoui, avait indiqué auparavant que des « armes lourdes » avaient été saisies dans la caserne, dont des « roquettes », sans autre précision. Selon lui, 13 personnes en tout ont été arrêtées et trois autres ont pu s'échapper.

Mercredi soir, le ministère de l'Intérieur avait fait état d'affrontements à Tarhouna entre des membres des services de sécurité et des hommes armés soupçonnés d'être impliqués dans les attentats de dimanche. Abdelmonem al-Hor a par ailleurs reconnu que les forces de sécurité étaient infiltrées par des partisans de l'ancien régime et qu'un comité avait été formé pour enquêter sur cette question.

Situation sécuritaire tendue

Les attentats à la voiture piégée de dimanche ont ravivé l'inquiétude sur la fragilité de la situation sécuritaire en Libye. Jeudi, le Congrès général national (CGN), l'assemblée issue des élections du 7 juillet, s'est réuni à huis-clos pour discuter de ce sujet.

Selon des membres du CGN, le ministre de l'Intérieur Fawzi Abdelali a été sévèrement critiqué par les députés qui ont dénoncé le « laxisme » des forces de sécurité. De son côté, M. Abdelali a salué, dans une déclaration à la chaîne Libya al-Ahrar, les efforts de son ministère qui a pu arrêter, selon lui, le principal suspect des attentats « trois heures seulement » après les attaques. Les services de sécurité avaient annoncé lundi l'arrestation de « plusieurs » personnes.

Après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, la population a puisé dans l'arsenal abandonné par l'ancienne armée. Dans le même temps, de nombreux ex-rebelles qui avaient combattu les forces Kadhafistes se sont par ailleurs organisés en milices, faisant régner leur loi à travers le pays.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : Mahmoudi sous haute protection

Libye : Mahmoudi sous haute protection

Abdelhakim Belhaj, l'ex-jihadiste libyen réfugié en Turquie, assure que l'ancien Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi Mahmoudi, peut compter sur sa protection. Celui-ci est détenu depuis juin 2012 à Tr[...]

Crise libyenne : première réunion de dialogue sous l'égide de l'ONU à Tripoli

Des députés rivaux du nouveau parlement libyen se sont retrouvés lundi 29 septembre en début d’après-midi pour amorcer des négociations de sortie de crise sous l’égide[...]

Libye : l'autre jihadistan

Alors que le monde entier a les yeux rivés sur l'État islamique, la Libye est progressivement devenue une sorte de hub où les groupes terroristes de la région viennent s'approvisionner en armes et[...]

Libye : faut-il intervenir militairement ?

Si une opération militaire n'est pas du tout d'actualité, certains, notamment la France, s'y préparent déjà.[...]

Libye : Haftar ? "Une déception"

Le général libyen Khalifa Haftar est dans la ligne de mire de Paris et du Caire. Les deux pays sont d'accord sur un point : l'écarter pour espérer mettre un terme à la crise.[...]

Soudan, Qatar, Turquie... : qui arme les islamistes libyens ?

Le gouvernement libyen soupçonne le Soudan de faciliter le transport des armes fournies par le Qatar aux milices islamistes. La Turquie serait aussi un allié de poids de ces dernières.[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Libye : rencontre entre les différents protagonistes sous l'égide de l'ONU fin septembre ?

Pour tenter de mettre fin à la crise sécuritaire et institutionnelle qui règne dans le pays, la mission de l'ONU en Libye (UNSMIL) a proposé lundi la tenue d'une réunion de dialogue le 29[...]

Libye : le Parlement rejette le nouveau cabinet du Premier ministre Abdallah al-Theni

La crise se poursuit en Libye. Jeudi, le Parlement a rejeté le nouveau gouvernement formé par le Premier ministre, Abdallah al-Theni. Il lui a demandé de composer un cabinet de crise plus restreint.[...]

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers