Extension Factory Builder
23/08/2012 à 18:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef Maï-Maï Janvier Karairi revendique 4 500 hommes. Le chef Maï-Maï Janvier Karairi revendique 4 500 hommes. © Michele Sibiloni/AFP

La guerre dans l’est de la RDC profite aux groupes armés du Nord-Kivu, que les FARDC comme leurs ennemis du M23 courtisent. Pour le chef Maï-Maï Janvier Karairi, résolument anti-tutsi, ce sont les autorités de Kinshasa et l'ONU qui sont venues lui demander de l'aide.

Mise en difficulté par les rebelles du M23, affaiblie par la multiplication des défections en son sein, l’armée congolaise se cherche des alliés dans le Nord-Kivu. Peu importe si ces derniers s'affirment résolument « anti-tutsi », comme le chef Maï-Maï Janvier Karairi, que des journalistes de l’AFP ont rencontré. Celui-ci assure être courtisé par les autorités de Kinshasa et l'ONU.

À 55 ans, ce chef d'une milice locale basée dans les collines du Nord-Kivu, région volcanique de l'est de la République démocratique du Congo (RDC), revendique 4 500 hommes. Un chiffre invérifiable. L'état-major de son mouvement, l'Alliance du peuple pour un Congo libre et souverain (APCLS), est basé près du village de Lukweti, de l'autre côté d'une rivière qui se traverse sur un pont de cordes. Sa zone d’action jouxte celle conquise par le M23 au nord de Goma, la capitale provinciale, et s'étend à l'Ouest jusqu'au territoire voisin de Masisi.

Le camp d'entrainement de l'APCLS est situé à Nyabiondo, à une vingtaine de kilomètres de Lukweti. Non loin, un camp des FARDC est installé. Plus loin, un camp des forces de l'ONU - la Monusco - abrite un détachement d'Indiens ravitaillés par hélicoptère.

Un combattant Maï-Maï pose avec son arme dans le village de Lukweti, au Nord-Kivu, en RDC, le 22 août 2012

© Michele Sibiloni/AFP

Mardi 21 août, raconte Janvier Karairi, deux hélicoptères des Nations unies se sont posés sur le terrain de football du village voisin, transportant le vice-gouverneur, le député Mwami Bahati, également chef coutumier, une représentante des Nations unies et le commandant en second de la région militaire. « Ils sont venus me demander de m'allier à l'armée pour lutter contre le M23 », affirme-t-il.

"Ne pas se mélanger aux FARDC"

Cet ancien commerçant à Kichanga, au nord-ouest de Goma, se dit prêt à faire barrage aux rebelles du M23 en échange de matériel et d’équipements, mais à une condition : « ne pas se mélanger aux soldats des FARDC », car, dit-il, « ils ont des gens du M23 dans leurs rangs ».

« Nous voulons avoir notre propre axe », explique Janvier Karairi. Qui raconte qu'en 2004, il a accepté d’intégrer les rangs de l’armée, et « brassé » (s'être mélangé) au sein de brigades composées de soldats issus de régions, d'ethnies et d'ex-milices différentes. Mais il est reparti avec ses hommes quand un colonel tutsi a été placé au-dessus de lui, dit-il.

De cette expérience, il garde un fort ressentiment « anti-tutsi », bien qu’il affirme n’avoir aucun contact avec les FDLR, mais aussi une méfiance du pouvoir de Kinshasa. « L'ennemi des APLCS, dit-il, c'est celui qui accepte l'invasion du Congo par le Rwanda, l'Ouganda ou le Burundi ». Les pays alliés contre Mobutu puis Laurent-Désiré Kabila au cours des deux dernières guerres régionales (1996-1997 et 1998).

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

Reconquête des sites d'extraction, transformation sur place des minerais précieux... Pour en finir avec les trafics et attirer les investisseurs, Kinshasa, aidé par l'ONU, emploie les grands moyens.[...]

RDC : Chez Ntemba, l'empire de la nuit version Augustin Kayembe

Le Lushois Augustin Kayembe règne sur une quarantaine de night-clubs à travers le continent. Son enseigne, Chez Ntemba est devenue une institution. Plongée dans l'univers des boules à facettes.[...]

RDC : Goma, une ville au purgatoire

Jadis, Goma était un paradis. Depuis que la rébellion du M23 a été vaincue, la capitale provinciale sort de l'enfer. L'activité économique redémarre, mais la population[...]

RDC : le remaniement, beaucoup de bruit pour rien ?

Il aura fallu attendre plus d'un an le remaniement annoncé en octobre 2013. Au final, peu de surprises. Joseph Kabila s'est bien gardé de donner des indices sur ses intentions pour 2016.[...]

RDC : Katumbi, le retour

Après avoir soigné pendant deux mois à Londres les séquelles d'une tentative d'empoisonnement à l'arsenic remontant à 2011, Moïse Katumbi, le gouverneur du Katanga,[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

RDC : on marche sur la tête !

Mais à qui pensait donc Joseph Kabila lorsqu'il a prononcé cette petite phrase - c'était à Dakar, le 29 novembre, lors du sommet de la Francophonie : "Nous sommes nombreux qui, si[...]

RDC : Anderlecht refuse de laisser N'Sakala jouer la CAN

Né en France mais d’origine congolaise (RDC), Fabrice N’Sakala avait effectué les démarches pour porter le maillot des Léopards. Mais Anderlecht, le club belge qui l’emploie, lui a[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers