Extension Factory Builder
23/08/2012 à 18:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un homme lit le journal francopohone 'L'Éléphant déchaîné', le 17 août 2012 à Abidjan. Un homme lit le journal francopohone "L'Éléphant déchaîné", le 17 août 2012 à Abidjan. © AFP

Pour faire face à la recrudescence de la violence armée dans le pays, dans laquelle des anciens combattants pourraient être impliqués, le gouvernement procède à une vaste opération de recensement de ces derniers. Mais le plus important devra suivre : le désarmement et la réintégration.

Le gouvernementivoirien réagit-il enfin à la recrudescence de la violence à tous les niveaux ? Alors que la démobilisation des ex-combattants de la crise ivoirienne a accusé beaucoup de retard, le ministère de la Défense a annoncé qu’un nouveau recensement avait commencé dans une caserne de Bouaké (centre), jeudi 23 août.

Au moins 300 personnes s’y sont rendues dans la matinée pour se faire enregistrer. Selon Bertin Kouassi Yao, conseiller technique au ministère de la Défense et coordonnateur de cette nouvelle opération, plusieurs villes de Côte d’Ivoire seront également concernées pendant « un mois ».

Reste à savoir combien de combattants doivent déposer les armes. Plus de 100 000, selon une structure jusque-là impliquée dans le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR). Moins, selon les informations de Jeune Afrique : sur le terrain, de 40 000 à 70 000 mercenaires étrangers, miliciens et chasseurs traditionnels dozos  continuent à faire régner leur loi, vivant de divers trafics.

"Gangrène"

Le climat sécuritaire de ces dernières semaines a montré l’urgence du règlement de ce que nombre d’analystes comparent à une « gangrène » de l’État de droit. Ce dont a conscience le président Alassane Ouattara, qui vient de signer un décret instaurant une « Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration » (DDR), a annoncé le ministre délégué à la Défense, Paul Koffi Koffi, sur la télévision publique, mardi.

L’organisme, promis depuis plusieurs semaines, doit désormais prendre en charge le travail d’une dizaine de structures dont la gestion et la coordination étaient jugées catastrophiques par les bailleurs. Depuis une décennie, les programmes de DDR se sont succédé avec des résultats très limités, entraînant surtout beaucoup de frustration et d’amertume parmi les anciens combattants.

On a encore des armes, si on n'a pas une bonne situation, on ne va pas déposer les armes.

Issouf Bamba, ex-rebelle

De nombreux responsables – y compris au sein du gouvernement - suspectent des supplétifs des FRCI encore non démobilisés d’avoir pris part à certaines attaques contre l’armée nationale ces dernières semaines. « Nous sommes découragés des politiciens », a confié Issouf Bamba, qui a appartenu à l'ex-rébellion. « Chaque année c'est le même scénario, on nous recense et après on ne voit rien », dit-il . Avant de menacer : « On a encore des armes, si on n'a pas une bonne situation, on ne va pas déposer les armes ».

Le gouvernement a accusé des miliciens et militaires pro-Gbagbo après les attaques contre l'armée, ce que le parti de l'ancien président, le Front populaire ivoirien (FPI), a récusé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Drissa Traoré : 'Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs'

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques son[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers