Extension Factory Builder
23/08/2012 à 19:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre des Affaires étrangères d'Israël, Danny Ayalon. Le ministre des Affaires étrangères d'Israël, Danny Ayalon. © Reuters

La récente décision du gouvernement sud-africain de bannir les étiquettes "made in Israel" des produits provenant des Territoires occupés a déclenché la fureur de l'État hébreu. Le ministre israélien des Affaires étrangères est allé jusqu'à accuser l'Afrique du Sud de continuer à appliquer l'apartheid.

Venant d'Israël, l'accusation pourrait faire sourire. Elle est en réalité tragique. Jeudi, le ministre israélien des Affaires étrangères, Danny Ayalon, a accusé l'Afrique du Sud d'être un État appliquant toujours l'apartheid. Pour un des rares pays qui a soutenu le régime ségrégationniste sud-africain jusqu'en 1994, la charge est plutôt surprenante...

Tout est parti d'une décision prise la veille par le gouvernement sud-africain, dominé par l'ANC (Congrès national africain) depuis la fin de l'apartheid. Pendant de longues années, les responsables du parti de Nelson Mandela ont ouvertement soutenu la cause palestinienne. En 1994, la donne change. Propulsés au pouvoir, ils observent une prudente neutralité dans le conflit israélo-palestinien. Une ligne de conduite relativement bien tenue jusqu'à ces dernières semaines.

"L'apartheid sud-africain est dirigé contre Israël"

Pourtant, mercredi, l'Afrique du Sud a brusquement haussé le ton face à l'État hébreu. Pretoria a en effet décidé de bannir l'étiquette « made in Israël » sur les produits provenant des colonies israéliennes en Territoires occupés. Cette mesure symbolique, adoptée en conseil des ministres, était en gestation depuis le mois de mai.

Côté israélien, la réaction ne s'est pas fait attendre. Quelques heures après l'annonce du boycott sud-africain, Tel-Aviv a jugé cette mesure « discriminatoire » et « totalement inacceptable ». Le lendemain, le ministre israélien des Affaires étrangères, Danny Ayalon, va encore plus loin, selon Reuters. « Malheureusement il s'avère que le changement amorcé il y a quelques années en Afrique du Sud n'a pas apporté le moindre petit changement, ce pays reste un régime d'apartheid ». Et d'ajouter, avec culot : « En ce moment, l'apartheid sud-africain est dirigé contre Israël ». Le ministre, issu de la droite nationaliste israélienne, devait par ailleurs rapidement convoquer l'ambassadeur d'Afrique du Sud à Jérusalem.

Lente maturation

Pour justifier sa décision, le gouvernement sud-africain s'appuie sur une loi de protection du consommateur de 2008 qui impose « un étiquetage des biens et produits venant des Territoires occupés pour éviter que les consommateurs ne croient qu'ils viennent d'Israël ». « C'est conforme à la ligne de l'Afrique du Sud qui reconnaît les frontières de 1948 délimitées par l'ONU et ne reconnaît pas les Territoires occupés au-delà de ces frontières comme faisant partie de l'État d'Israël », précise-t-il.

La démarche sud-africaine n'est pas vraiment une surprise. La semaine dernière, le ministre délégué aux affaires étrangères, Ebrahim Ebrahim, avait ouvertement envisagé de suspendre les visites officielles en Israël, estimant que celles-ci « légitimaient l'occupation de la terre palestinienne par Israël ». En juillet, Marius Fransman, vice-ministre des affaires étrangères, avait déjà lâché un ballon d'essai. « Notre position politique sur la situation en Palestine est indubitablement marquée par notre propre histoire d'oppression et d'abus des droits de l'homme », avait-il déclaré. « Jusqu'à présent, la campagne de boycott a eu un effet économique négligeable, mais la voix d'un gouvernement comme le nôtre pourrait donner un coup de pouce symbolique ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption 'sans fondement'

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption "sans fondement"

La Fédération sud-africaine de football s’est exprimée jeudi au sujet des accusations de corruption dans l’attribution de la Coupe du monde 2010. Une affaire dans laquelle sont inculpés des [...]

Justice américaine : l'attribution de la Coupe du monde à l'Afrique du Sud était "corrompue"

C'est ce qu'a déclaré mercredi 21 mai la ministre américaine de la Justice à New York, après les inculpations pour corruption d'élus et de partenaires de la Fifa. La[...]

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

À 34 ans, ce chef d'entreprise devient le premier dirigeant noir de l'Alliance démocratique, parti considéré jusque-là comme "trop blanc". Cela suffira-t-il à[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : l'opération Fiela suscite la polémique

Dans le cadre de l'opération Fiela, plus de 400 Mozambicains ont été expulsés en fin de semaine dernière et la société civile dénonce une action xénophobe. Le[...]

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30[...]

Cornes de rhinocéros : un juteux trafic en nette progression

Les rhinocéros, menacés d'extinction, sont traqués par les contrebandiers. Zoom sur un trafic très lucratif.[...]

Gaz de schiste : l'Afrique du Sud lance une étude d'impact sur l'exploitation

L'Afrique du Sud a annoncé le lancement d'une étude d'impact de l'exploitation du gaz de schiste, dont la région du Karoo (centre-ouest), écologiquement fragile, détiendrait suffisamment de[...]

L'artiste sud-africain Joe Dog censuré à la Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne

Plus connu sous le nom de Joe Dog, l'artiste sud-africain Anton Kannemeyer a été victime d'une étrange affaire de censure au Portugal, dans la librairie de la Fondation Calouste-Gulbenkian à[...]

Afrique du Sud : qui est (vraiment) Mmusi Maimane, le leader noir du "parti blanc" ?

À 34 ans, Mmusi Maimane a été élu dimanche à la tête de l'Alliance démocratique (DA), première force d'opposition en Afrique du Sud et considérée par le pouvoir[...]

Afrique du Sud - Zapiro : "La liberté d'expression est un combat"

Pourfendeur de l'apartheid et de tous les obscurantismes, cette figure phare des satiristes du continent s'inquiète des menaces qui pèsent sur la démocratie sud-africaine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers