Extension Factory Builder
23/08/2012 à 19:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre des Affaires étrangères d'Israël, Danny Ayalon. Le ministre des Affaires étrangères d'Israël, Danny Ayalon. © Reuters

La récente décision du gouvernement sud-africain de bannir les étiquettes "made in Israel" des produits provenant des Territoires occupés a déclenché la fureur de l'État hébreu. Le ministre israélien des Affaires étrangères est allé jusqu'à accuser l'Afrique du Sud de continuer à appliquer l'apartheid.

Venant d'Israël, l'accusation pourrait faire sourire. Elle est en réalité tragique. Jeudi, le ministre israélien des Affaires étrangères, Danny Ayalon, a accusé l'Afrique du Sud d'être un État appliquant toujours l'apartheid. Pour un des rares pays qui a soutenu le régime ségrégationniste sud-africain jusqu'en 1994, la charge est plutôt surprenante...

Tout est parti d'une décision prise la veille par le gouvernement sud-africain, dominé par l'ANC (Congrès national africain) depuis la fin de l'apartheid. Pendant de longues années, les responsables du parti de Nelson Mandela ont ouvertement soutenu la cause palestinienne. En 1994, la donne change. Propulsés au pouvoir, ils observent une prudente neutralité dans le conflit israélo-palestinien. Une ligne de conduite relativement bien tenue jusqu'à ces dernières semaines.

"L'apartheid sud-africain est dirigé contre Israël"

Pourtant, mercredi, l'Afrique du Sud a brusquement haussé le ton face à l'État hébreu. Pretoria a en effet décidé de bannir l'étiquette « made in Israël » sur les produits provenant des colonies israéliennes en Territoires occupés. Cette mesure symbolique, adoptée en conseil des ministres, était en gestation depuis le mois de mai.

Côté israélien, la réaction ne s'est pas fait attendre. Quelques heures après l'annonce du boycott sud-africain, Tel-Aviv a jugé cette mesure « discriminatoire » et « totalement inacceptable ». Le lendemain, le ministre israélien des Affaires étrangères, Danny Ayalon, va encore plus loin, selon Reuters. « Malheureusement il s'avère que le changement amorcé il y a quelques années en Afrique du Sud n'a pas apporté le moindre petit changement, ce pays reste un régime d'apartheid ». Et d'ajouter, avec culot : « En ce moment, l'apartheid sud-africain est dirigé contre Israël ». Le ministre, issu de la droite nationaliste israélienne, devait par ailleurs rapidement convoquer l'ambassadeur d'Afrique du Sud à Jérusalem.

Lente maturation

Pour justifier sa décision, le gouvernement sud-africain s'appuie sur une loi de protection du consommateur de 2008 qui impose « un étiquetage des biens et produits venant des Territoires occupés pour éviter que les consommateurs ne croient qu'ils viennent d'Israël ». « C'est conforme à la ligne de l'Afrique du Sud qui reconnaît les frontières de 1948 délimitées par l'ONU et ne reconnaît pas les Territoires occupés au-delà de ces frontières comme faisant partie de l'État d'Israël », précise-t-il.

La démarche sud-africaine n'est pas vraiment une surprise. La semaine dernière, le ministre délégué aux affaires étrangères, Ebrahim Ebrahim, avait ouvertement envisagé de suspendre les visites officielles en Israël, estimant que celles-ci « légitimaient l'occupation de la terre palestinienne par Israël ». En juillet, Marius Fransman, vice-ministre des affaires étrangères, avait déjà lâché un ballon d'essai. « Notre position politique sur la situation en Palestine est indubitablement marquée par notre propre histoire d'oppression et d'abus des droits de l'homme », avait-il déclaré. « Jusqu'à présent, la campagne de boycott a eu un effet économique négligeable, mais la voix d'un gouvernement comme le nôtre pourrait donner un coup de pouce symbolique ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Un jeune Sud-Africain, se présentant sous le nom d’Abu Hurayra Al-ifriki, assure avoir rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie. Une information qui n’a pas encore été confirm&ea[...]

Lesotho : élections législatives anticipées sous haute tension

Les habitants du Lesotho sont appelés aux urnes samedi pour des législatives anticipées censées rebattre les cartes après une tentative de coup d'État militaire en août 2014.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Afrique du Sud : au moins sept "non-Blancs" dans la sélection du Mondial de rugby

La fédération sud-africaine de rugby a annoncé un plan de transformation stratégique. Objectif : intégrer davantage les Noirs dans les équipes du sport national. Lors du Mondial 2015, les[...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

André Brink, conscience éclairée

De Cherchell (Algérie) à Vrede (Afrique du Sud), les lettres du continent sont en deuil. À quelques heures d'intervalle, en ce début février, deux des plus grands auteurs africains sont[...]

Grande-Bretagne : plus de 5 000 plaintes contre une publicité mettant en scène Oscar Pistorius

L'agence britannique de régulation de la publicité (ASA) a annonce vendredi avoir reçu 5 525 plaintes pour une affiche publicitaire mettant en scène l’athlète sud-africain Oscar Pistorus[...]

Jacob Zuma aux Blancs sud-africains : "Je n'ai jamais été raciste"

"L'Afrique du Sud appartient à tous ceux qui y habitent, Noirs comme Blancs", a lancé jeudi devant le Parlement le président Jacob Zuma.[...]

RDC : la justice sud-africaine relaxe Étienne Kabila

Arrêté depuis février 2013 pour une supposée tentative de renversement du pouvoir en place à Kinshasa, Étienne Kabila, qui se présente comme le fils aîné de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120823170337 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120823170337 from 172.16.0.100