Extension Factory Builder
23/08/2012 à 13:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le journaliste de l'AFP a été légèrement blessé au visage (capture d'écran). Le journaliste de l'AFP a été légèrement blessé au visage (capture d'écran). © YouTube/Hespress

Alors qu'il couvrait une manifestation contre la cérémonie d'allégeance au roi, Mohammed VI, le correspondant de l'AFP au Maroc a été pris à partie par des policiers. Il s'était pourtant au préalable identifié comme journaliste.

La police marocaine manque parfois de retenue... ou de discernement. Mercredi à Rabat, les forces de l’ordre s’en sont violemment prises au correspondant de l’AFP, Omar Brousky. Celui-ci couvrait une mini-manifestation - une dizaine de personnes, pour la plupart militantes du Mouvement du 20 février - contre la traditionnelle cérémonie d'allégeance au roi Mohammed VI qui avait eu lieu la veille, célèbrant l'accession du souverain au trône à la mort de son père Hassan II, en 1999.

Le journaliste s’identifie, montre sa carte de persse, mais les policiers passent outre et le frappe au visage. « Il était 18 heures 15 (heure locale). Alors que je couvrais le rassemblement devant le Parlement, une dizaine de policiers m'ont demandé de dégager. Je leur ai montré ma carte de presse, mais ils ont crié ‘Dégage ! Dégage !' Et là, ils ont commencé à me frapper. Partout. Notamment sur la bouche (…) J'ai le nez qui saigne », a-t-il déclaré à l’ONG Reporters sans frontières (RSF).

Dans une réaction auprès de l'AFP, le ministre marocain de la communication Mustapha Khalfi a exprimé ses regrets pour cet incident et indiqué que son homologue de l'Intérieur Mohand Laenser avait demandé l'ouverture d'une enquête pour déterminer les responsabilités.

(Avec AFP)

Une vidéo de l'agression publiée sur YouTube par le site d'information Hespress :

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc - Abderrafie Zouitene : 'Les plages sont interchangeables, la culture pas'

Maroc - Abderrafie Zouitene : "Les plages sont interchangeables, la culture pas"

Entretien avec Abderrafie Zouitene, directeur général de l’Office national marocain du Tourisme, président de la Fondation Esprit de Fès et du Festival de Fès des musiques sacrées[...]

Ramzi Boukhiam, un Marocain en quête de grand surf

Ce Marocain de 22 ans est l'un des très rares surfeurs africains à se signaler au niveau international. Son objectif, parvenir à se hisser parmi les meilleurs riders de la planète.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Polémique : "Much loved", le film de Nabil Ayouch, ne sera pas diffusé au Maroc

Déjà sujet à polémique en raison du sujet qu’il traite, le film de Nabil Ayouch reste au cœur des débats après que le gouvernement marocain, emmené par les islamistes du[...]

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Festival de Fès - Alain Weber : "La musique est un peu une revanche pour l'Afrique"

Entretien avec Alain Weber, directeur artistique de la 21e édition du festival de Fès des musiques sacrées du monde.[...]

Ali Benmakhlouf : "À sa mort, le Prophète n'a laissé aucune directive"

Le penseur marocain en est persuadé : sans l'apport de la pensée arabe médiévale, le paysage intellectuel européen actuel ne serait pas ce qu'il est. Et pourtant qui le sait ? Dans un[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

 Les autorités britanniques ont refoulé de leur territoire un Marocain condamné pour terrorisme, le 21 mai, sans en informer le Royaume et provoquant un imbroglio diplomatique.  [...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers