Extension Factory Builder
23/08/2012 à 13:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des salafistes avenue Habib Bourguiba, en janvier 2012. Des salafistes avenue Habib Bourguiba, en janvier 2012. © Sipa

Jamel Gharbi, élu régional de la Sarthe (Parti socialiste), a été violemment agressé, le 16 août, par des militants salafistes à Bizerte, ville dont il est originaire.

Mis à jour à 16h30.

Les salafistes tunisiens veulent désormais s'en prendre aux étrangers ? Manque de chance pour eux, ce jeudi 16 août, à Bizerte, il ne s'agissait pas de n'importe quels touristes. Jamel Gharbi est élu régional du Parti socialiste (PS) dans la région Pays de la Loire. Originaire de Bizerte, il se promenait dans les rues de la ville avec sa femme et sa fille de douze ans, à l'occasion de la soirée de clôture du célèbre Festival international de musique, danse et théâtre.

Ils sont alors pris à partie par un groupe d'une cinquantaine de « barbus », qui visiblement n'apprécient guère les tenues estivales portées par la mère et sa fille. « Ils les ont agressées verbalement en raison de leurs vêtements d'été, qui n'avaient pourtant rien de choquant », a déclaré Jamel Gharbi à l'AFP. Le ton monte et la situation dégénère rapidement. Après avoir ordonné à sa famille de s'enfuir, l'élu PS de 62 ans ne parvient pas à échapper à ses agresseurs. Ils lui tombent dessus à bras raccourcis et le frappent « à coups de matraques et de gourdins ».

Personne ne m'a secouru. Je n'ai dû mon salut qu'au fait que j'ai réussi à m'enfuir. Si j'étais tombé à terre, ils m'auraient lynché.

« Personne ne m'a secouru. Je n'ai dû mon salut qu'au fait que j'ai réussi à m'enfuir. Si j'étais tombé à terre, ils m'auraient lynché », a-t-il raconté après son agression. Pris en charge par l'ambassade de France, Jamel Gharbi a porté plainte en Tunisie avant de revenir en urgence en France. Victime de nombreuses contusions, il s'est vu prescrire quinze jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Trois attaques en trois jours

Son agression a également soulevé de nombreuses réactions au sein de la classe politique française. Jeudi 23 août, lors d'une conférence de presse, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a qualifié cet acte d'« inacceptable » et évoqué un « incident très sérieux ». Le président du conseil régional des Pays de la Loire, Jacques Auxiette (PS), a lui fermement condamné l'agression et indiqué que sa collectivité régionale resterait « informée et attentive aux suites données à la plainte déposée par son élu ». De son côté, le maire de Paris, Bertrand Delanoë (PS), lui aussi originaire de Bizerte, a dénoncé « un acte indigne et lâche, perpétré par une minorité extrémiste » et qui « porte atteinte aux valeurs de la Tunisie ».

La soirée de clôture du festival de Bizerte avait été fortement perturbée par les islamistes radicaux. D'après le ministère de l'Intérieur tunisien, « environ 200 personnes affiliées au courant salafiste » avaient ciblé la manifestation culturelle. Selon des témoins, ils étaient armés de sabres et de bâtons. Outre Jamel Gharbi, cinq autres blessés ont été recensés le soir du 16 août. Deux jours plus tôt, un concert et un spectacle comique avaient déjà été annulés à cause des menaces des extrémistes. En juin, c'est une exposition d'art dans la banlieue de Tunis qui avait déclenché la fureur des « fous de Dieu »

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers