Extension Factory Builder
22/08/2012 à 08:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
  Des policiers tunisiens surveillent les prières du vendredi, le 15 juin 2012 à Tunis. Des policiers tunisiens surveillent les prières du vendredi, le 15 juin 2012 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Accros à l’information, les Tunisiens ont passé un été à se faire peur. En cause, l’intox que certains médias et les réseaux sociaux sont prompts à déverser, par manque de recul ou tout simplement pour déguiser des rumeurs en scoop, histoire de donner du piment à une actualité un peu morne. Retour sur les plus belles "désinformations" de l’été.

  • Le 2 juin : alors que la ville de Jendouba (nord-ouest de la Tunisie) se remet de différentes actions violentes menées par les salafistes, les médias annoncent qu’un groupe de radicaux a tenté de destituer l’imam de la mosquée de Dahmani, près du Kef, avant la prière du vendredi, mais que les habitants les ont mis en fuite. En fait le « groupe » n’était constitué que de deux « barbus », dont l’un est connu pour être le « fada » du bourg...
  • Juillet : Le gouvernement tunisien annonce de nombreuses privatisations et l’octroi au Qatar de l’exploitation du Complexe Sucrier. Dans la foulée, des quotidiens soutiennent que le gisement de phosphates de Sra Ouertane connaîtra le même sort. L’État dément aussitôt. 
  • Le 22 juillet : en raison du ramadan, les forces de l’ordre obligent des cafés et des restaurants à ne pas servir durant la journée. Considérée comme une atteinte aux libertés individuelles, la nouvelle suscite une violente indignation, qui prend de l’ampleur… jusqu’à faire courir la rumeur que même les hôtels ne peuvent pas servir les Tunisiens. C’est une intox : les établissements hôteliers n’ont rien changé à leurs habitudes et n’ont pas fait de discrimination entre leurs clients.

Il peut être difficile de faire la distinction entre voyous et salafistes, qui arborent souvent la même barbe abondante…

  • Le 7 août : quelques sites d’information signalent des accrochages entre salafistes et non jeûneurs à Bizerte (Nord). Effectivement, pendant toute la journée, une bataille rangée aux relents de gaz lacrymogène a secoué la ville. Mais il s’agissait d’un différend entre marchands à la sauvette qui se disputaient des emplacements au centre ville. Il est vrai qu'il peut être difficile de faire la distinction entre voyous et salafistes, qui arborent souvent la même barbe abondante…
  • Le 12 août : les réseaux sociaux s’offusquent qu’aucun officiel n’ait accueilli, lors de son retour à Tunis, Habiba Ghribi, médaillée d’argent sur 3 000 mètres steeple aux Jeux Olympiques de Londres. Pourtant Tarek Dhiab, ministre de la Jeunesse et des Sports, ainsi que Sihem Badi, ministre de la Femme et de la Famille, étaient bien au salon d’honneur de l’aéroport. Il est vrai que la réception fut très discrète.
  • Le 19 août : les photographies spectaculaires des prières de l’Aïd el-Fitr dans les espaces publics et sur les plages font le tour des réseaux sociaux et suscitent l’émoi. Pourtant, le même phénomène a eu lieu en 2011. Si l’on peut s’interroger sur l’origine des financements des installations (tapis de prière, services d’ordre), ces prières n’ont pas perturbé les activités touristiques – comme l’ont prétendu certains sites - puisqu’elles se déroulaient à 7 heures 30 du matin. Les grandes messes en plein air menées par les papes ou les évêques ne choquent personne, mais on s’étonne en Tunisie du regain de la grande prière collective,  traditionnelle pour l’Aïd…

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations dans le Nord-Ouest et revendications sociales dans le Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120822082703 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120822082703 from 172.16.0.100