Extension Factory Builder
21/08/2012 à 19:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Le Rwanda a le droit de dessiner son destin indépendamment des aides étrangères'. "Le Rwanda a le droit de dessiner son destin indépendamment des aides étrangères". © AFP

Pour faire face aux différents gels d'aides au développement imposés par des pays occidentaux au Rwanda pour son soutien présumé aux rebelles du M23 à l’est de la République démocratique du Congo (RDC), Kigali lance le "Fonds de développement Agaciro". Tous les Rwandais sont désormais appelés à mettre la main à la poche pour soutenir l’État.

En moins d’un mois, cinq pays (États-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, Pays-Bas, Suède) ont suspendu en partie leur aide au développement pour le Rwanda, pays accusé par les Nations unies de soutenir les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) à l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Une situation inconfortable pour un pays dont plus de 40 % du budget de l’État est alimenté par l’étranger.

Question de "dignité"

Pour tenter de combler le déficit budgétaire qui s’annonce, les autorités rwandaises s’apprêtent à lancer, à partir du jeudi 23 août, l’opération « Agaciro », entendre la « dignité » en kinyarwanda. Officiellement, l’initiative a été décidée plus tôt, lors  du « dialogue national », en 2011. Une façon de « rendre le pays de plus en plus indépendant des aides étrangères et redonner aux Rwandais leur dignité », a expliqué John Rwangombwa, ministre rwandais de l’Économie lors d’un point de presse à Kigali, lundi 20 août.

Dans tous les cas, le gouvernement rwandais n’est pas prêt à céder à la pression internationale. Quitte à perdre une bonne part de son aide au développement. « Le Rwanda a le plein droit de dessiner son destin indépendamment des aides étrangères », a même souligné le président rwandais Paul Kagamé devant les hauts cadres de son parti, le Front patriotique rwandais (FPR), le 16 août.

Bon départ

Le message du chef semble être bien passé. Selon l’Agence rwandaise de l’information, les ministres rwandais ont déjà versé 33 millions de francs rwandais, soit plus de 43 000 euros, dans les caisses du « Fonds de développement Agaciro ».

Tout le peuple rwandais est appelé à suivre l’exemple des gouvernants. Ceux vivant au pays peuvent contribuer à l’effort national par voie bancaire ou par SMS. Et un site Internet a été créé pour canaliser l’apport des Rwandais de l’extérieur. « Les ressources mobilisées seront utilisées pour compléter le budget national et soutenir les projets gouvernementaux tels que l’accès à l’électricité dans les zones rurales qui nécessite 1,4 milliard de dollars américains », affirme le ministre Rwangombwa.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de transcen[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Génocide rwandais : Claude Muhayimana arrêté et écroué en France

Interpellé mercredi à son domicile à Rouen, le Franco-Rwandais Claude Muhayimana a été mis en examen et écroué, selon des sources judiciaires sur place. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers