Extension Factory Builder
22/08/2012 à 09:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une pétition a été lancée contre l'article 28 du projet de constitution en Tunisie. Une pétition a été lancée contre l'article 28 du projet de constitution en Tunisie. © DR

Alors que les femmes tunisiennes sont descendues dans la rue ces dernières semaines pour garantir leurs droits, elles viennent de recevoir un soutien de poids. L’ONU a alerté le gouvernement au sujet de la future Constitution dans laquelle la femme pourrait être définie comme "complémentaire" à l’homme, et non plus "égale".

Les multiples attaques des salafistes ces dernières semaines n’ont certainement pas contribué à rassurer les experts de l’ONU chargés d'évaluer la discrimination à l’égard des femmes dans la législation et la pratique. Ceux-ci viennent, dans un communiqué du 21 août, de s’inquiéter de l’attitude du gouvernement tunisien et notamment de son projet de Constitution.

« Le Groupe de travail s'inquiète du fait que, dans le cadre de la rédaction d'une nouvelle Constitution, en particulier son article 28, les gains en matière d'égalité et de droits fondamentaux des femmes ainsi que le statut des femmes dans la société acquis au cours des cinq dernières décades risquent de subir une rétrogression », a déclaré Kamala Chandrakirana, à la tête du groupe d’experts.

Un coup d’arrêt à l’autonomisation de la femme

L’article 28 en question prévoit de délimiter le rôle de la femme comme étant « complémentaire à celui de l’homme dans la famille ». Une situation qui ne permet pas « d'établir les bases d'une pleine indépendance et d’une autonomisation des femmes, ainsi que leur participation en tant que citoyennes actives pour le changement », a également expliqué Kamala Chandrakirana.

Pour cette dernière, le gouvernement tunisien doit saisir les opportunités de consolidation des droits fondamentaux des femmes développées pendant près d'un siècle et récemment mis en lumière par le Printemps arabe. « Alors que les gouvernements changent, les obligations internationales relatives aux droits de l'homme restent contraignantes », a-t-elle encore expliqué.

Une femme indéfinie

Le Gouvernement de la Tunisie a accepté une visite de cinq experts indépendants dans le pays en novembre prochain. Il avait dû faire face, ces dernières semaines, à une mobilisation citoyenne dans la rue et sur les réseaux sociaux, réclamant l’abandon de l’article 28 en préparation.

Une pétition a même été lancée, qui a recueilli plus de 26 000 signataires à ce jour. Celle-ci explique que la formulation du texte « suppose que l’homme est défini en soi, et que la femme vient compléter le rôle qu’il ne peut ou ne veut remplir. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Street art - Shoof : "Quand Ben Ali est parti, on s'est exprimé !"

Du 5 au 30 mai 2015, la galerie Itinerrance accueille le graffeur tunisien Shoof, à travers l’exposition "Dripping Point". Le "calligraffeur", armé uniquement d’un pinceau et de[...]

-Z-, dessinateur tunisien : "Les barbares sont des clowns monstrueux mais ils restent des clowns"

Sexe, religion, Dieu, le Prophète... Quatre ans après la révolution, il reste encore beaucoup de tabous en Tunisie. Interview du dessinateur -Z-.[...]

La réconciliation tunisienne en suspens

Aménagement du dispositif existant ou adoption d'une loi d'amnistie générale ? Si le principe d'une normalisation fait relativement consensus, son cadre légal tarde à être[...]

Tunisie : sécurité maximale pour le pèlerinage juif de la Ghriba

La Tunisie a assuré dimanche avoir pris toutes les précautions pour assurer la sécurité du pèlerinage juif de la Ghriba la semaine prochaine, répondant ainsi à Israël qui a[...]

Des Tunisiens déploient "le plus grand drapeau du monde"

Des Tunisiens ont déployé samedi un drapeau de la taille de 19 terrains de football pour battre le record du "plus grand drapeau du monde", un évènement "patriote" qui doit aussi[...]

Tunisie : le gouvernement écarte des menaces d'attentats anti-juifs

Un responsable du ministère tunisien de l'Intérieur a démenti samedi soir l'existence de menaces d'attentats anti-juifs ou anti-israéliens en Tunisie comme évoqué par le bureau du Premier[...]

Tunisie : Ennahdha, wait and see

Rached Ghannouchi, président d'Ennahdha et artisan du virage pragmatique du mouvement islamiste tunisien, a déjà les yeux tournés vers le prochain congrès du parti.[...]

Tunisie : le trouble jeu de l'UGTT

Couverte de louanges pour son rôle pacificateur durant les quatre années qui ont suivi la révolution, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) inquiète gouvernement et milieux[...]

Tunisie : révolution dans la révolution

Quatre ans après la chute de Ben Ali, le pays a réussi sa transition démocratique. Mais sur le plan économique et social, le peuple s'impatiente. Heureusement, les signaux positifs et, surtout,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120821155720 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120821155720 from 172.16.0.100