Extension Factory Builder
22/08/2012 à 09:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une pétition a été lancée contre l'article 28 du projet de constitution en Tunisie. Une pétition a été lancée contre l'article 28 du projet de constitution en Tunisie. © DR

Alors que les femmes tunisiennes sont descendues dans la rue ces dernières semaines pour garantir leurs droits, elles viennent de recevoir un soutien de poids. L’ONU a alerté le gouvernement au sujet de la future Constitution dans laquelle la femme pourrait être définie comme "complémentaire" à l’homme, et non plus "égale".

Les multiples attaques des salafistes ces dernières semaines n’ont certainement pas contribué à rassurer les experts de l’ONU chargés d'évaluer la discrimination à l’égard des femmes dans la législation et la pratique. Ceux-ci viennent, dans un communiqué du 21 août, de s’inquiéter de l’attitude du gouvernement tunisien et notamment de son projet de Constitution.

« Le Groupe de travail s'inquiète du fait que, dans le cadre de la rédaction d'une nouvelle Constitution, en particulier son article 28, les gains en matière d'égalité et de droits fondamentaux des femmes ainsi que le statut des femmes dans la société acquis au cours des cinq dernières décades risquent de subir une rétrogression », a déclaré Kamala Chandrakirana, à la tête du groupe d’experts.

Un coup d’arrêt à l’autonomisation de la femme

L’article 28 en question prévoit de délimiter le rôle de la femme comme étant « complémentaire à celui de l’homme dans la famille ». Une situation qui ne permet pas « d'établir les bases d'une pleine indépendance et d’une autonomisation des femmes, ainsi que leur participation en tant que citoyennes actives pour le changement », a également expliqué Kamala Chandrakirana.

Pour cette dernière, le gouvernement tunisien doit saisir les opportunités de consolidation des droits fondamentaux des femmes développées pendant près d'un siècle et récemment mis en lumière par le Printemps arabe. « Alors que les gouvernements changent, les obligations internationales relatives aux droits de l'homme restent contraignantes », a-t-elle encore expliqué.

Une femme indéfinie

Le Gouvernement de la Tunisie a accepté une visite de cinq experts indépendants dans le pays en novembre prochain. Il avait dû faire face, ces dernières semaines, à une mobilisation citoyenne dans la rue et sur les réseaux sociaux, réclamant l’abandon de l’article 28 en préparation.

Une pétition a même été lancée, qui a recueilli plus de 26 000 signataires à ce jour. Celle-ci explique que la formulation du texte « suppose que l’homme est défini en soi, et que la femme vient compléter le rôle qu’il ne peut ou ne veut remplir. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien [...]

Tunisie : Mehdi Jomâa, en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire

Mehdi Jomâa, le chef du gouvernement tunisien, se trouvait mardi en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire face aux groupes terroristes, quelques jours après une attaque qui[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Mohamed Talbi, l'homme qui éclaire l'islam

Nous avons pourtant essayé... De vous proposer cette semaine des sujets sympas pour les vacances, ceux que l'on aime lire au bord d'une plage de sable fin ou tranquillement assis dans son jardin en sirotant un [...]

Tunisie : fermeture de mosquées et de médias après la mort d'au moins 15 soldats

Le gouvernement tunisien a annoncé une série de mesures, dont la fermeture de mosquées et celle de médias "appelant au jihad", suite à la mort d'au moins 15 soldats dans une attaque[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

À 93 ans, le doyen de la pensée critique musulmane s'est livré à "Jeune Afrique" dans une grande interview où il dévoile la face avant-gardiste de l'islam et dénonce le[...]

Tunisie : le bilan de Mehdi Jomâa en six mois de lutte anti-jihadiste #2

Laurent Touchard* revient sur les événements qui ont jalonné les six derniers mois de lutte anti-terroriste en Tunisie depuis l'arrivée de Mehdi Jomâa à la tête du gouvernement[...]

Tunisie : la métamorphose du Festival international de Carthage

Après des années de déclin, le plus ancien des festivals encore opérationnels du monde arabe entend renouer avec la qualité et l'expertise de ses débuts. Et fêtera en grande[...]

Lionel Messi au secours des élections tunisiennes

Désabusés, les Tunisiens ne se bousculent pas pour s’inscrire sur les listes électorales. Qui permettra à l’Instance supérieure indépendante des élections de[...]

Tunisie : comment le terrorisme mine l'espoir démocratique

Une attaque jihadiste dans le mont Chaambi a tué 14 soldats, jeudi 17 juillet, un an après un acte terroriste identique ayant fait 8 victimes. Frida Dahmani, correpondante de "Jeune Afrique" à Tunis,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers