Extension Factory Builder
20/08/2012 à 17:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les mineurs de Marikana ont bravé l'ultimatum lancé par Lonmin. Les mineurs de Marikana ont bravé l'ultimatum lancé par Lonmin. © AFP

Faut-il y voir une inflexion de la part de l'exploitant de la mine de Marikana, Lonmin, ou une tactique pour épuiser le mouvement social ? Lundi 20 août, la société britannique a cherché l’apaisement en repoussant d’une journée l’ultimatum lancé aux grévistes pour reprendre le travail et écartant provisoirement ses menaces de licenciements envers les récalcitrants.

Le bras-de-fer a semble-t-il tourné, provisoirement, en faveur des grévistes sud-africains. Lundi 20 juin, la société Lonmin a en effet accepté de négocier, après l’échec de l’ultimatum lancé aux salariés pour la reprise du travail, avec menaces de licenciement à la clé. Prétextant la reprise de l’activité de la mine, alors qu’un ouvrier sur quatre seulement avait suivi la directive, le groupe coté à Londres a discuté pour la première fois avec les syndicats depuis la fusillade qui a fait 34 morts, jeudi 16 août.

« Après des consultations avec plusieurs représentants syndicaux, l'entreprise peut annoncer que les mineurs en grève illégale qui n'ont pas repris le travail ce matin ne seront pas licenciés, et qu'il leur a été accordé un jour de plus, à la lumière des circonstances actuelles », indique un communiqué de l’entreprise.

Aucune avancée salariale

Si une porte semble s’être entrouverte, la situation reste toutefois tendue. Lonmin rappelle ainsi que son ultimatum n’est pas levé mais simplement repoussé à mardi 21 août. Et, si l’expression « menace de licenciement » a pour le moment disparu des textes, elle pourrait tout à fait refaire son apparition si les grévistes bravaient une nouvelle fois la direction.

De plus, aucune avancée n’a été mentionnée concernant le point crucial du conflit : la hausse de salaire réclamée par les employés de la mine.

"Ils peuvent nous virer s'ils veulent"

« Ils peuvent nous virer s'ils veulent, nous ne retournons pas au travail. Jacob Zuma doit fermer cette mine », s’est à nouveau exclamé un des mineurs présents, s'adressant à ses collègues, qui s’étaient regroupés lundi 20 août au nombre d’environ un millier, dans une ambiance relativement apaisée où les participants ne portaient plus d’armes blanches.

Nous sommes traités comme des esclaves.

Un gréviste de marikana

« Lonmin s'intéresse plus aux investisseurs qu'à nous », a également lancé l'un des orateurs. « Nous sommes traités comme des esclaves. Même Zuma est arrivé ici après le massacre, le massacre par sa police ». « Unissons-nous, personne ne va travailler », a encore dit un autre manifestant, « si nous parlons d'une seule voix, nous serons plus forts ».

Triplement des salaires

Une semaine de deuil national a été décrétée à compter de lundi, après le massacre du jeudi 16 août - le pire depuis la fin de l’apartheid -, qui avait contraint le président Jacob Zuma à quitter le sommet de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) à Maputo. L’Assemblée nationale au Cap a également prévu un débat extraordinaire sur la question, mardi 21 août.

D’ici là, la direction de Lonmin ainsi que les organisations syndicales, l’Union nationale des mineurs (NUM) et sa branche dissidente, l’Association des mineurs et des travailleurs de la construction (AMCU), dont les états-majors se réunissaient lundi 20 août, devraient s’être une nouvelle fois exprimés. L’ACMU réclame un triplement du salaire des mineurs, qui passerait ainsi de 400 euros par mois à 1 250 euros.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Le pédagogue - 20/08/2012 à 21h:08

Pire que du temps de l'apartheid. [...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue 'dircab' de ministère à 25 ans

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue "dircab" de ministère à 25 ans

Depuis les révélations du "Mail and Guardian" le week-end dernier sur le parachutage de Thuthukile Zuma, la fille du président sud-africain, au poste de directrice de cabinet au ministère des [...]

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Recommandée par l'OMS dans 14 pays africains, la circoncision réduit les risques de contamination par le VIH pour les hommes. Une étude vient de démontrer que ce constat est également valable[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers