Extension Factory Builder
20/08/2012 à 15:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jean-Marie Runiga (au centre), coordonnateur politique du M23, le 21 juillet 2012 à Bunagana. Jean-Marie Runiga (au centre), coordonnateur politique du M23, le 21 juillet 2012 à Bunagana. © James Akena/REUTERS

Alors que l’envoi d’une force neutre dans l’est de la RDC est en négociation, les rebelles du M23 mettent désormais en avant des revendications de politique générale. Une stratégie dont les finalités restent obsucures, mais qui pourrait servir à gagner du temps.

Après avoir mis en place une ébauche d’administration dans les zones qu’ils contrôlent, les rebelles congolais du Mouvement du 23 mars (M23) poursuivent leur mutation. Dimanche 19 août, ses responsables ont annoncé avoir formé un cabinet politique. Composé de 25 membres, celui-ci compte un président, un chef militaire, un secrétaire exécutif, et des chefs de départements. « Leur rôle sera la gestion de la population dans la zone que nous contrôlons », explique le colonel Vianney Kazarama, porte-parole du M23.

Alors que son action a exacerbé les tensions ethniques, le mouvement affiche désormais sa volonté de prendre ses responsabilités envers les populations. Sa restructuration confirme en tout cas l’évolution de la rébellion depuis le début du conflit, en avril. Né de la défection d’ex-membres du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), le M23 cherche aujourd’hui à prouver qu’il est une structure politique aux ambitions nationales légitimes. « Nous voulons montrer à la communauté internationale et nationale que le M23 n’est pas simplement une organisation militaire, mais un mouvement politico-militaire », dit le colonel Kazarama.

De fait, les revendications du mouvement ont évolué en ce sens. Après avoir demandé le respect des accords du 23 mars 2009, puis s’être érigés en protecteur des communautés tutsies, les rebelles font maintenant de la bonne gouvernance et du respect du résultat de la présidentielle de 2011 leur nouveau cheval de bataille. En nommant des comités locaux de sécurité constitués de ses cadres de base, des autorités coutumières locales ainsi que des élites des communautés, le M23 cherche à améliorer son image auprès des habitants du Nord-Kivu. L'objectif est de montrer que la rébellion est capable de maintenir l’ordre et la paix dans une zone où le gouvernement de Kinshasa a échoué.

Quelles ambitions ?

Le cabinet politique du M23

Président : Bishop Jean-Marie RUNIGA LUGERERO

Chef du haut commandement militaire : Colonel SULTANI MAKENGA

Secrétaire exécutif : Mr François RUCOGOZA TUYIHIMBAZE

Département des affaires politiques et administration du territoire : Mr SENDUGU MUSEVENI

Département des relations extérieures et de la coopération régionale : Me René ABANDI MUNYARUGERERO

Département des affaires sociales et humanitaires : Dr Alexis KASANZU

Département des Finances, Budget et Ressources Naturelles : Mr Justin GASHEMA

Département de l'Agriculture, Pêche et Élevage : Mr Déogratias NZABIRINDA NTAMBARA

Département de la Justice et des droits humains : Me Antoine MAHAMBA KASIWA

Département de la Réconciliation et de l'Unité Nationale : Mr Jean serge KAMBASU NGEVE

Département de Rapatriement des refugies et réinsertion des déplacés internes : Ir. Benjamin MBONIMPA

Département du Tourisme, Environnement et Conservation de la Nature : Prof Stanislas BALEKE

Département de la Jeunesse, Sport et Loisirs : Mr. Ali MUSAGARA

Reste qu’il est encore difficile de voir clair dans les ambitions du M23 : veulent-ils le retour au statu quo d’avant la rébellion ? Le mouvement veut-il aller plus loin, vers le fédéralisme ou un simple changement de gouvernement ? Officiellement, les représentants des rebelles se refusent à expliciter ce qu’implique à leurs yeux « le respect du résultat des urnes ». Mais, devant la rapidité avec laquelle la rébellion a gagné du terrain, certains de ses membres ont revu leur ambitions à la hausse et militent pour que le mouvement demande officiellement le départ du président Joseph Kabila. « C’est trop tard, il faut qu’il parte », martèle un membre du bureau politique.

Deux interrogations demeurent. La mutation du M23 transcrit-elle une réelle volonté de changement national ? Ou est-ce seulement une stratégie pour amener le gouvernement à parlementer ? « Beaucoup d’officiers du M23 aimeraient entamer des négociations avec le gouvernement mais savent très bien qu’ils ne le pourront pas avec, comme demande principale, le départ de Kabila », affirme Jason Stearns, ancien coordinateur du Groupe d’experts de l’ONU sur la RDC.

"Ne pas surestimer leur puissance"

Mais d'abord, les rebelles sont-ils capables de menacer Kinshasa ? Pour l’instant non, estime Jason Stearns. « Il ne faut pas surestimer leur puissance, explique l’analyste. Le CNDP contrôlait un territoire trois plus grand que le M23 maintenant, et Kabila n’a pas quitté le pouvoir à cause de cela ». Moins puissant que ne l'était le CNDP, la rébellion se développe cependant rapidement. Les rebelles ont capturé beaucoup de munitions et de matériel, mis en place un camp de formation, alors que, dans le même temps, la multiplication des défections au sein des FARDC vers le M23 ou d’autres rébellions affaiblit encore plus l’armée.

À Goma, les dernières réunions de la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (CIRGL) ont précisé la composition de la force neutre qui pourrait être déployée dans le Nord-Kivu et dont les questions logistiques restent à trancher. « Mais aucun bailleur fonds ou diplomate ne croit à cette force », assure Jason Stearns. « Dans le passé, les négociations ont été un moyen pour les rebelles de se réorganiser, de se renforcer, de nouer des liens avec des autres partenaires ».

Selon lui, le risque est que, faute de compromis politique, la confrontation militaire reprenne de plus belle « avec un M23 beaucoup plus organisé, plus formé, et plus fort qu’avant ».
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

Le territoire de Beni, région de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a été une nouvelle fois le théâtre de tueries à l'arme blanche, dans la nuit de jeudi &agra[...]

RDC : enlèvement de trois membres de la Monusco dans le Nord-Kivu

Deux Congolais et un Zimbabwéen, membres de l'unité de la Monusco chargée du déminage et de la neutralisation des munitions non explosées, ont été enlevés jeudi au[...]

Incident frontalier entre le Rwanda et la RDC : qui dit vrai ?

Les autorités du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, ont confirmé jeudi l’"infiltration" depuis dimanche de troupes rwandaises sur le territoire congolais. Mais il ne s'agirait que de[...]

RDC - Angola : ça plane pour Kabila et Dos Santos

Longtemps tendues, les relations entre la RDC et l'Angola connaissent une embellie. La preuve, les vols ont repris jeudi entre les deux pays.[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

RDC : le gouverneur du Nord-Kivu dénonce une incursion rwandaise à 120 km au nord de Goma

Les autorités congolaises ont confirmé mercredi l'incursion de militaires rwandais en RDC, dans le Nord-Kivu, en plein parc des Virunga. La raison de leur présence n'a toutefois pas été[...]

RDC : polémique, loi coloniale et fosses communes

La découverte d'une fosse commune à Maluku suscite l'émoi et un débat sur les modalités d'inhumation des cadavres non réclamés par leur famille. Surprise : c'est une loi[...]

Centrafrique : fin de cavale à Kinshasa pour Vomitiadé, l'ancien ministre du Tourisme

Condamné le 8 avril à deux ans de prison ferme pour viol sur mineure, l'ex-ministre centrafricain du Tourisme, Romaric Vomitiadé, est aujourd'hui en garde à vue à Kinshasa après[...]

RDC - Affaire Chebeya : reprise du procès en appel après deux ans d'interruption

Le procès en appel des assassins présumés du président de l'ONG congolaise la Voix des sans voix (VSV), Floribert Chebeya, et de son chauffeur, Fidèle Bazana, a repris mardi. La Haute Cour de[...]

RDC - José Makila : "On ne peut pas entasser des Congolais comme des rats dans une fosse commune"

Plus de 50 députés de l'opposition ont déposé dimanche une motion de défiance contre Évariste Boshab, vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur. Selon eux, sa[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120820122151 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120820122151 from 172.16.0.100