Extension Factory Builder
18/08/2012 à 07:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aymen Belaid : entre l’Étoile et l'Espérance, 'il y a beaucoup d'engagement'. Aymen Belaid : entre l’Étoile et l'Espérance, "il y a beaucoup d'engagement". © DR

Samedi soir (22 heures), l’Étoile du Sahel accueille l’Espérance de Tunis à Sousse (22 heures). Battue (0-1) à l’aller, l’équipe du milieu de terrain Aymen Belaïd (ex-Sparta Prague, Grenoble), et troisième du groupe A, va jouer gros sur ce duel fratricide. D'autant que l'équipe rivale du Nigeria, les Sunshine Stars, s'est imposée comme second du groupe derrière l'Espérance, après avoir éliminé l'Aso Chlef de la compétition, vendredi soir (1-2).

Jeune Afrique : Affronter une équipe tunisienne en Ligue des Champions, c’est assez particulier…

Aymen Belaïd : Oui, ça fait un peu championnat. L’avantage, c’est que nous jouerons face à notre public, puisqu’en Ligue des Champions, nous ne jouons pas à huis-clos. Le nombre d’entrées sera limité, mais au moins, il y aura de la ferveur. Depuis quelques jours, on sent la pression monter. Et même notre entraîneur, Mondher Kbaier, nous prépare autrement. C’est un match particulier.

La tension est-elle palpable entre les joueurs ?

Disons qu’il faut oublier qu’on peut avoir des amis dans l’équipe de Tunis pendant une heure trente ! Cela reste correct, mais il y a beaucoup d’engagement sur le terrain.

Le championnat est arrêté depuis le début de juillet pour cause de ramadan. Seuls l’Étoile du Sahel et l’Espérance jouent en Ligue des Champions…

Et ce n’est pas simple, car on manque de compétition. En plus, il y a la chaleur, le ramadan qui a évidemment des conséquences sur le physique…

_______

Propos recueillis par Alexis Billebault
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Diaporama : 'Djerbahood', le street art s'invite en Tunisie

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers