Extension Factory Builder
17/08/2012 à 10:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de la tuerie. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de la tuerie. © Reuters

Au moins 34 personnes ont été tuées dans les affrontements entre la police sud-africaine et les grévistes de la mine de platine de Marikana, au nord-ouest de l'Afrique du Sud, jeudi 16 août. Le conflit avait déjà fait dix morts depuis dimanche sur le site minier, où plusieurs centaines de travailleurs réclament d'importantes augmentations de salaire.

Mis à jour à 14h44.

La police sud-africaine a ouvert le feu, jeudi 16 août, sur un groupe de mineurs armés de machettes, de gourdins, de barres de fer et d'armes à feu. Ceux-ci, qui réclament des hausses de salaire, refusaient de se disperser alors que la direction de la mine leur intimait l'ordre de reprendre le travail sous peine de licenciement.

Le bilan de la tuerie reflète la violence des affrontements. « Le nombre total des morts est de 34, avec plus de 78 blessés, 259 personnes ont été arrêtées, pour différents motifs : violence publique, meurtre, tentative de meurtre, rassemblement illégal, possession d'armes dangereuses », a déclaré en début d'après-midi la nouvelle chef de la police nationale, Mme Riah Phiyega, lors d'une conférence de presse. L'Union nationale des mineurs (NUM) a comptabilisé pour sa part 36 victimes.

"Le gouvernement n'a pas été capable de faire face à la frustration"

L'explosion de violence aurait été provoquée en partie par la surenchère d'Association des mineurs et de la construction (AMCU), dissident du NUM, qui aurait promis aux mineurs de négocier un triplement de leurs salaires. Depuis dimanche, dix personnes avaient déjà trouvé la mort dans ces violences intersyndicales. « De mémoire, nous n'avons jamais rien vu d'une telle ampleur » depuis la chute de l'apartheid et l'avènement de la démocratie en 1994, a affirmé à l'AFP Daniel Silke, analyste en sciences sociales. « Je pense que c'est un signe d'une grande tension sociale en Afrique du Sud, marquée par de violentes rivalités entre syndicats », a-t-il ajouté, soulignant qu’il n’y avait eu que « très peu d'amélioration dans la vie des gens depuis des décennies, et que le gouvernement n'[avait] pas été capable de faire face à cette frustration ».

Le ministre de la Police a déploré la violence des affrontements, rappelant que les forces de l'ordre avaient négocié pendant trois jours avec les grévistes. « Ceci ne devait pas arriver, nous avons toujours insisté sur le fait que nous avons des lois dans ce pays, qui permettent aux gens de faire grève, de se rassembler pour manifester, et nous pensons que les gens ne doivent pas ignorer ces piliers de notre système (...) c'est une situation terrible pour tout le monde. »

Légitime défense ?

Le porte-parole du ministère, Zweli Mnisi a précisé qu’une enquête allait être ouverte pour faire la lumière sur ces événements alors qu’un porte-parole de la police sur place a affirmé que les forces de l'ordre n'avaient pas eu le choix. « La police a été attaquée lâchement par le groupe, qui a fait usage d'armes variées, dont des armes à feu. Les policiers, pour protéger leur vie et en situation de légitime défense, ont été obligés de répondre par la force », a-t-il expliqué. « Le groupe des grévistes a chargé en direction de la police, tirant des coups de feu et brandissant des armes dangereuses. Les policiers se sont repliés et ont été forcés d'utiliser la force maximum pour protéger leur vie », a déclaré de son côté la chef de la police, Mme Riah Phiyega.

Suite aux violences, le président sud-africain a quitté le sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) auquel il assistait à Maputo. Il a également déploré ces violences : « Nous croyons qu'il y a assez de place dans notre système démocratique pour que les différends soient résolus par le dialogue, sans violation de la loi et sans violence. »

(Avec AFP)

Les images de l'affrontement, fournies par Reuters
(Attention, certaines images peuvent choquer)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Les députés sud-africains ont décidé de ne pas siéger la semaine prochaine pour faire campagne contre la xénophobie dans leurs circonscriptions après les violences ayant fait au m[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Afrique du Sud : l'armée déployée à Johannesburg pour prévenir de nouvelles violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a annoncé mardi le déploiement imminent de l’armée pour maintenir l’ordre dans le township d'Alexandra à Johannesburg et assister la police dans la lutte contre[...]

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : au secours, l'apartheid revient !

Les violences survenues à Durban ne sont pas un fait isolé. Cela fait des années que les migrants africains sont pris pour cible. Et que, sur fond de difficultés économiques, le poison de[...]

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a promis dimanche de punir les auteurs des violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts depuis début avril, alors que le Malawi et le Zimbabwe s'apprêtaient à[...]

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120817105424 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120817105424 from 172.16.0.100