Extension Factory Builder
17/08/2012 à 10:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de la tuerie. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de la tuerie. © Reuters

Au moins 34 personnes ont été tuées dans les affrontements entre la police sud-africaine et les grévistes de la mine de platine de Marikana, au nord-ouest de l'Afrique du Sud, jeudi 16 août. Le conflit avait déjà fait dix morts depuis dimanche sur le site minier, où plusieurs centaines de travailleurs réclament d'importantes augmentations de salaire.

Mis à jour à 14h44.

La police sud-africaine a ouvert le feu, jeudi 16 août, sur un groupe de mineurs armés de machettes, de gourdins, de barres de fer et d'armes à feu. Ceux-ci, qui réclament des hausses de salaire, refusaient de se disperser alors que la direction de la mine leur intimait l'ordre de reprendre le travail sous peine de licenciement.

Le bilan de la tuerie reflète la violence des affrontements. « Le nombre total des morts est de 34, avec plus de 78 blessés, 259 personnes ont été arrêtées, pour différents motifs : violence publique, meurtre, tentative de meurtre, rassemblement illégal, possession d'armes dangereuses », a déclaré en début d'après-midi la nouvelle chef de la police nationale, Mme Riah Phiyega, lors d'une conférence de presse. L'Union nationale des mineurs (NUM) a comptabilisé pour sa part 36 victimes.

"Le gouvernement n'a pas été capable de faire face à la frustration"

L'explosion de violence aurait été provoquée en partie par la surenchère d'Association des mineurs et de la construction (AMCU), dissident du NUM, qui aurait promis aux mineurs de négocier un triplement de leurs salaires. Depuis dimanche, dix personnes avaient déjà trouvé la mort dans ces violences intersyndicales. « De mémoire, nous n'avons jamais rien vu d'une telle ampleur » depuis la chute de l'apartheid et l'avènement de la démocratie en 1994, a affirmé à l'AFP Daniel Silke, analyste en sciences sociales. « Je pense que c'est un signe d'une grande tension sociale en Afrique du Sud, marquée par de violentes rivalités entre syndicats », a-t-il ajouté, soulignant qu’il n’y avait eu que « très peu d'amélioration dans la vie des gens depuis des décennies, et que le gouvernement n'[avait] pas été capable de faire face à cette frustration ».

Le ministre de la Police a déploré la violence des affrontements, rappelant que les forces de l'ordre avaient négocié pendant trois jours avec les grévistes. « Ceci ne devait pas arriver, nous avons toujours insisté sur le fait que nous avons des lois dans ce pays, qui permettent aux gens de faire grève, de se rassembler pour manifester, et nous pensons que les gens ne doivent pas ignorer ces piliers de notre système (...) c'est une situation terrible pour tout le monde. »

Légitime défense ?

Le porte-parole du ministère, Zweli Mnisi a précisé qu’une enquête allait être ouverte pour faire la lumière sur ces événements alors qu’un porte-parole de la police sur place a affirmé que les forces de l'ordre n'avaient pas eu le choix. « La police a été attaquée lâchement par le groupe, qui a fait usage d'armes variées, dont des armes à feu. Les policiers, pour protéger leur vie et en situation de légitime défense, ont été obligés de répondre par la force », a-t-il expliqué. « Le groupe des grévistes a chargé en direction de la police, tirant des coups de feu et brandissant des armes dangereuses. Les policiers se sont repliés et ont été forcés d'utiliser la force maximum pour protéger leur vie », a déclaré de son côté la chef de la police, Mme Riah Phiyega.

Suite aux violences, le président sud-africain a quitté le sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) auquel il assistait à Maputo. Il a également déploré ces violences : « Nous croyons qu'il y a assez de place dans notre système démocratique pour que les différends soient résolus par le dialogue, sans violation de la loi et sans violence. »

(Avec AFP)

Les images de l'affrontement, fournies par Reuters
(Attention, certaines images peuvent choquer)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

La foire d'art contemporain de Johannesburg, la Joburg Art Fair, s'est ouverte jeudi pour trois journées d'expositions. L'occasion pour les artistes africains de révéler aux collectionneurs le potentiel de la [...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

Ebola : l'Afrique du Sud ferme ses frontières avec la Guinée, le Sierra Leone et le Liberia

Les pays africains prennent progressivement des mesures contre l'épidémie d'Ebola en cours en Afrique de l'Ouest. Jeudi, l'Afrique du Sud a ainsi déclaré qu'elle fermait ses frontières avec la[...]

BRICS : tous pour un, mais lequel ?

S'estimant mal représentés dans les institutions de Bretton Woods, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud ont créé leur propre banque de développement. Mais[...]

Afrique du Sud : deux ans après, hommage aux mineurs tués à Marikana

Plusieurs milliers de mineurs sud-africains se sont retrouvés à la mine de platine de Marikana en hommage aux 34 grévistes qui y ont été abattus par la police il y a deux ans. Le massacre du 16[...]

Afrique du Sud : deux ans après, les veuves de Marikana réclament toujours justice

Deux ans après la mort de 34 grévistes abattus par la police sud-africaine à la mine de platine de Marikana, dans le nord, les veuves des victimes attendent toujours des réponses: comment, et[...]

Procès Pistorius : le verdict attendu le 11 septembre

Après la plaidoirie vendredi de la défense qui a été précédée la veille par le réquisitoire du procureur, le tribunal de Pretoria a annoncé qu'il rendra le 11[...]

Un premier avion 100 % africain au décollage

Le premier avion entièrement africain a pris son envol, le 13 août en Afrique du Sud. L'appareil, de type militaire, sera consacré à la surveillance aérienne et son prix de vente devrait atteindre[...]

Procès Pistorius : la dernière contre-offensive de la défense

Au lendemain du réquisitoire musclé du procureur Gerrie Nel, c'est au tour de la défense de tenter de retourner la tendance en faveur d'Oscar Pistorius. Pour y arriver, l'avocat du champion paralympique[...]

Procès Pistorius : l'implacable réquisitoire du procureur Gerrie Nel

À l'issue d'un réquisitoire de près de cinq heures, le procureur du procès d'Oscar Pistorius a requis jeudi la "condamnation pour meurtre" de l'athlète sud-africain. La défense[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers