Extension Factory Builder
17/08/2012 à 09:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats des Forces républicaines (FRCI) patrouillent dans les rues de Dabou, le 16 août. Des soldats des Forces républicaines (FRCI) patrouillent dans les rues de Dabou, le 16 août. © AFP

L'attaque de Dabou, à quelque 50 km d'Abidjan, par des hommes en armes dans la nuit de mercredi 15 août, a fait cinq morts. Trois civils ont été froidement abattus par les assaillants, qui ont perdu deux hommes. Les FRCI ne déplorent de leur côté aucune victime.

Au moins cinq morts et des dizaines de détenus évadés : c’est le bilan de l’attaque par des hommes armés de la ville de Dabou, à 50 km d’Abidjan, dans la nuit de mercredi à jeudi. Selon le commandant Ousmane Coulibaly, chef des opérations venu sur place avec des renforts, les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) ne comptent aucune victime dans leurs rangs, contrairement aux assaillants, au nombre d'« une soixantaine de personnes », selon lui. Le commando a perdu deux hommes, « une dizaine » d’autres étant faits prisonniers.

Mais il y a aussi trois civils tués, dont les corps ont été entreposés à la morgue de l’hôpital de Dabou. Il s’agit d'un chauffeur que les assaillants ont abattu pour bloquer une route avec son véhicule, et de deux employés d'une boulangerie, dont l'identité a été confirmée par un de leurs collègues. Celui-ci, Dieudonné Dabiré, 28 ans, a été hospitalisé pour des blessures à la gorge et au cou. Encore sous le choc, il raconte que les agresseurs « ont tiré sur nous », apparemment sans raison.

Scènes de guerre à Dabou

Le camp des Forces républicaines (FRCI) de Dabou (environ 50 km à l'ouest d'Abidjan), le commissariat de police, la gendarmerie et la prison ont été attaqués dans la nuit de  mercredi à partir de 23 heures (locales et GMT) jusqu’à au moins 6 heures du matin. Les habitants ont entendu des tirs nourris, de Kalachnikov notamment, jusqu'au lever du jour. Le commissariat de police est criblé de balles. Un camion était visible, en partie carbonisé, à l'entrée de Dabou.

L’attaque semble avoir eu pour seul but de faire régner la terreur et de libérer des détenus de la prison de la ville. Celle-ci a été ouverte par le commando, permettant la fuite des 119 détenus, selon sa directrice Adjoua Ouattara. « La prison a été cassée, tous les prisonniers sont sortis », a expliqué le député Mohamed Sess Soukou, du Rassemblement des républicains (RDR de Alassane Ouattara), qui fait état d'« une cinquantaine » de détenus repris par l'armée.

À la recherche des assaillants qui se sont emparés de quelques Kalachnikov, les FRCI ont poussé leur ratissage jusqu'à la presqu'île de Jacqueville, à quelques kilomètres au sud, où des tirs ont été signalés. « La ville est calme mais c'est tendu, tout le monde est enfermé chez soi », a confié une habitante dans la soirée.

Harcèlement

L’attaque de Dabou intervient alors que les FRCI sont harcelées à la frontière avec le Liberia (Ouest) par des miliciens. Des attaques en plein cœur d’Abidjan ont également eu lieu contre des militaires ivoiriens, faisant dix morts les 5 et 6 août. Signe de l'inquiétude des autorités devant cette recrudescence de la violence à l’approche de l’audience de confirmation des charges de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo à la CPI, le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, est remonté en première ligne.

Ces derniers jours, il a multiplié les rencontres avec les chefs de l'armée. Premier ministre et ministre de la Défense jusqu'en mars dernier, l'ex-chef de la rébellion pro-Ouattara, dont de nombreux éléments ont intégré les FRCI, reste l'un des hommes-clés des dossiers sécuritaires. « Le désarmement et la réforme des secteurs de la sécurité doivent plus que jamais être une priorité, tout comme la poursuite du processus de réconciliation nationale et la lutte contre l'impunité », a réagi de son côté le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, Vincent Floreani.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

 Dans une déclaration écrite, le bâtonnier du barreau de Côte d'Ivoire critique le recours par Orrick au statut de conseiller juridique. Le secrétaire de l'Ordre des avocats demande au cabinet[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara renforce le contrôle des fonds publics

Le gouvernement ivoirien poursuit son action contre les détournements de fonds publics. En Conseil des ministres, le président Alassane Ouattara a signé un projet de décret élargissant les[...]

Côte d'Ivoire : la CPI rejette la demande de Laurent Gbagbo d'assister aux obsèques de sa mère

La chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI) a rendu sa décision, mercredi : Laurent Gbagbo ne sera pas autorisé à assister aux funérailles de sa mère en[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Football : Yaya Touré, seul candidat africain au Ballon d'or 2014

La liste des 23 candidats au Fifa-Ballon d'or 2014 a été dévoilée mardi. Parmi eux, les habitués tels que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi, ainsi qu'une ribambelle de champions du monde[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Ggagbo aura-t-il lieu ?

Le procès de Simone Gbagbo et de ses 82 coaccusés devait s'ouvrir le 22 octobre, mais il a été reporté sine die. Manque de préparation de la justice ivoirienne ?[...]

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers