Extension Factory Builder
17/08/2012 à 09:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats des Forces républicaines (FRCI) patrouillent dans les rues de Dabou, le 16 août. Des soldats des Forces républicaines (FRCI) patrouillent dans les rues de Dabou, le 16 août. © AFP

L'attaque de Dabou, à quelque 50 km d'Abidjan, par des hommes en armes dans la nuit de mercredi 15 août, a fait cinq morts. Trois civils ont été froidement abattus par les assaillants, qui ont perdu deux hommes. Les FRCI ne déplorent de leur côté aucune victime.

Au moins cinq morts et des dizaines de détenus évadés : c’est le bilan de l’attaque par des hommes armés de la ville de Dabou, à 50 km d’Abidjan, dans la nuit de mercredi à jeudi. Selon le commandant Ousmane Coulibaly, chef des opérations venu sur place avec des renforts, les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) ne comptent aucune victime dans leurs rangs, contrairement aux assaillants, au nombre d'« une soixantaine de personnes », selon lui. Le commando a perdu deux hommes, « une dizaine » d’autres étant faits prisonniers.

Mais il y a aussi trois civils tués, dont les corps ont été entreposés à la morgue de l’hôpital de Dabou. Il s’agit d'un chauffeur que les assaillants ont abattu pour bloquer une route avec son véhicule, et de deux employés d'une boulangerie, dont l'identité a été confirmée par un de leurs collègues. Celui-ci, Dieudonné Dabiré, 28 ans, a été hospitalisé pour des blessures à la gorge et au cou. Encore sous le choc, il raconte que les agresseurs « ont tiré sur nous », apparemment sans raison.

Scènes de guerre à Dabou

Le camp des Forces républicaines (FRCI) de Dabou (environ 50 km à l'ouest d'Abidjan), le commissariat de police, la gendarmerie et la prison ont été attaqués dans la nuit de  mercredi à partir de 23 heures (locales et GMT) jusqu’à au moins 6 heures du matin. Les habitants ont entendu des tirs nourris, de Kalachnikov notamment, jusqu'au lever du jour. Le commissariat de police est criblé de balles. Un camion était visible, en partie carbonisé, à l'entrée de Dabou.

L’attaque semble avoir eu pour seul but de faire régner la terreur et de libérer des détenus de la prison de la ville. Celle-ci a été ouverte par le commando, permettant la fuite des 119 détenus, selon sa directrice Adjoua Ouattara. « La prison a été cassée, tous les prisonniers sont sortis », a expliqué le député Mohamed Sess Soukou, du Rassemblement des républicains (RDR de Alassane Ouattara), qui fait état d'« une cinquantaine » de détenus repris par l'armée.

À la recherche des assaillants qui se sont emparés de quelques Kalachnikov, les FRCI ont poussé leur ratissage jusqu'à la presqu'île de Jacqueville, à quelques kilomètres au sud, où des tirs ont été signalés. « La ville est calme mais c'est tendu, tout le monde est enfermé chez soi », a confié une habitante dans la soirée.

Harcèlement

L’attaque de Dabou intervient alors que les FRCI sont harcelées à la frontière avec le Liberia (Ouest) par des miliciens. Des attaques en plein cœur d’Abidjan ont également eu lieu contre des militaires ivoiriens, faisant dix morts les 5 et 6 août. Signe de l'inquiétude des autorités devant cette recrudescence de la violence à l’approche de l’audience de confirmation des charges de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo à la CPI, le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, est remonté en première ligne.

Ces derniers jours, il a multiplié les rencontres avec les chefs de l'armée. Premier ministre et ministre de la Défense jusqu'en mars dernier, l'ex-chef de la rébellion pro-Ouattara, dont de nombreux éléments ont intégré les FRCI, reste l'un des hommes-clés des dossiers sécuritaires. « Le désarmement et la réforme des secteurs de la sécurité doivent plus que jamais être une priorité, tout comme la poursuite du processus de réconciliation nationale et la lutte contre l'impunité », a réagi de son côté le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, Vincent Floreani.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de dév[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex