Extension Factory Builder
17/08/2012 à 09:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président gabonais, le 31 août 2009 à Libreville. Le président gabonais, le 31 août 2009 à Libreville. © AFP

L’opposition a revu son bilan à un mort après les affrontements entre forces de l'ordre et manifestants qui ont éclaté, mercredi 15 août, avant une marche de l'Union nationale (UN) à Libreville. Un bilan que le gouvernement dément toujours. Quant au président Ali Bongo Ondimba, il a durci le ton, qualifiant les évènements de "chienlit".

Le président gabonais Ali Bongo a qualifié les affrontements de mercredi à Libreville entre forces de l'ordre et groupuscules d'opposition, de « chienlit », terme fleuri notamment utilisé par le général de Gaulle pour évoquer les émeutes de mai 1968 en France (voir encadré ci-dessous). Je ne vais pas laisser « la chienlit s'installer au Gabon. Force doit resté à la loi et force restera à la loi », a martelé le chef de l'État, jeudi 16 août au soir, lors de son traditionnel discours à la veille de la commémoration de l'indépendance.

« Je ne vais pas laisser notre pays entre les mains de ceux qui, après avoir été aux affaires et s'être illustrés par la trahison, la manipulation, l'enrichissement personnel, l'intolérance et le mépris des populations, veulent aujourd'hui casser et détruire le Gabon », a ajouté le président, faisant une claire allusion à André Mba Obame, ancien baron du régime passé dans l'opposition à la mort du président Omar Bongo en 2009.

Sabotage de TV+

Mot choisi

Non, le président Bongo n’a pas fait usage du terme « chienlit » au sens propre (chie-en-lit). C’est bien à son sens politique qu’il faisait référence, lequel a été popularisé par le général de Gaulle, d'abord lors de libération de Paris en août 1944, puis lors des émeutes de mai 1968. Le terme « chienlit » décrit ainsi l'agitation, le désordre, la pagaille. Un sens que l'on trouve dès le XVIe siècle. Mais le terme « chienlit » désigne également un personnage typique du Carnaval de Paris, tombé dans l'oubli. Son déguisement consistait en une chemise de nuit avec le postérieur barbouillé de moutarde...

Le gouvernement a diffusé un communiqué « louant la réaction mesurée des forces de l'ordre ». « Les interpellations se poursuivent pour que chacun réponde de ses actes », d'après le texte qui ne précise pas le nombre d'arrestations qui ont eu lieu lors des troubles ayant précédé mercredi une manifestation de l’Union nationale (UN), le parti dissous d’André Mba Obame. Selon une source haut placée à la présidence, « les dégâts occasionnés sont dus à la volonté manifeste des membres de l'ex-UN d'organiser des troubles ».

Pas sûr que Frank Nguema directeur de TV+, propriété de Mba Obame, partage son avis. La chaîne n'émet plus après que son émetteur a été incendié par des hommes armés et cagoulés. « Cet énième sabotage et cet acharnement du pouvoir contre TV+ confirment l'absence de liberté d'expression et de la presse », a-t-il estimé.

Bilan revu à la baisse

Après avoir parlé mercredi de trois morts, l'opposition a néanmoins revu son bilan : « Toutes vérifications faites il y a bien une morte. Elle s'appelle Mwada Elizaberte », a déclaré jeudi Zacharie Myboto, président de l'UN. « Lorsqu'elle était en train de fermer le box [du salon de coiffure où elle travaillait, dans le quartier de la manifestation, NDLR], les agents ont lancé des gaz lacrymogènes, ça l'a touchée à la face. Ils ont commencé à la tabasser », a affirmé le frère de la victime, Gilbert Nguemadit, précisant que sa sœur, asthmatique, était morte à l'arrivée à l'hôpital.

De leur côté, les autorités démentent tout décès pendant la manifestation. Le ministère de la Santé a indiqué que l'hôputal avait « reçu à 16 heures (mercredi) une jeune femme âgée de 22 ans déjà décédée. (...) Il n'a été constaté à l'examen aucun traumatisme (...) Il s'agit d'une mort naturelle », selon le ministère. « L'opposition fait dans la manipulation. Ils passent maintenant de 3 morts à un mort. Il n'y a pas de mort due à la manifestation », affirme une source à la présidence.

Mais selon une source médicale, la jeune femme était « couverte de sang. (...) Je n'ai trouvé ni blessure ni ecchymose. Il est probable qu'elle a fait une réaction aux gaz lacrymogènes », a-t-elle précisé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les util[...]

Gabon : les caisses de l'État sous surveillance rapprochée

Un audit a révèlé l'ampleur de la disparition des fonds publics au Gabon au cours des dix dernières années. Pour reprendre la main, le gouvernement doit agir vite.[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

Cemac : esprit es-tu là ?

Peut-on modeler une union sur le décalque d'un croquis colonial ? Oui, non, peut-être... La Cemac, on l'avait un peu oublié, est, dans ses frontières actuelles, Guinée équatoriale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers