Extension Factory Builder
16/08/2012 à 18:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Avenue Habib-Bourguiba, le 14 janvier 2012. Avenue Habib-Bourguiba, le 14 janvier 2012. © Borni Hichem/SIPA

Des militants salafistes ont empêché une troupe iranienne de donner une représentation, mercredi 15 août au soir, lors du Festival international de musique sacrée et soufie de Kairouan. Motif ? Le fait que les musiciens soient "chiites" constituait aux yeux des extrémistes une "atteinte au sacré".

Ils devaient se produire, mercredi 15 août au soir, sur la scène du Festival international de musique sacrée et soufie à Kairouan (160 km au sud de Tunis). Mais les musiciens de la troupe iranienne Mehrab en ont été empêchés par des militants salafistes, a rapporté la radio privée Shems FM. Leur tort ? Être de confession chiite, ce qui selon ces islamistes constitue une « atteinte au sacré ».

« Les salafistes ont empêché le groupe iranien de monter sur scène malgré que les autorités sont intervenues pour les faire partir », a précisé le porte-parole du ministère tunisien de la Culture, Samir Messaoudi, contacté par l'AFP. Mais choqués, le groupe iranien a refusé de donner son concert en disant ne pas être psychologiquement prêt à chanter, a assuré le porte-parole.

Manque d'humour

Selon la radio Shems, un des protestataires a expliqué qu'une pétition circulait sur internet depuis quelques jours, demandant à ce que la troupe iranienne ne se produise pas. Le parti islamiste Ennahdha, que l’opposition et des ONG critiquent pour le manque de fermeté à l'égard des militants sunnites ultraradicaux et sa volonté d'élaboration d'un projet de loi prévoyant des peines de prison ferme pour les atteintes au sacré, a condamné cette attaque.

Mardi soir déjà, la tenue d'un spectacle d'un célèbre humoriste dans le nord de la Tunisie avait été empêchée par des salafistes, le jugeant contraire à l'islam. En juin, ils avaient attaqué une exposition d'art dans la banlieue de Tunis, estimant qu'elle insultait l'islam, ce qui avait provoqué des violences dans plusieurs régions et l'instauration d'un couvre-feu.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations dans le Nord-Ouest et revendications sociales dans le Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences provienne[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique TV

Toutes les vidéos
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120816182037 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120816182037 from 172.16.0.100