Extension Factory Builder
15/08/2012 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'armée malienne a besoin d'équipement mais aussi de formation et d'entraînement. L'armée malienne a besoin d'équipement mais aussi de formation et d'entraînement. © Issouf Sanogo/AFP

La reconquête du Nord-mali se précise. Réunis les 13 et 14 août à Bamako, les chefs d'état-major de la Cedeao ont peaufiné leur plan d'intervention pour obtenir un mandat de l'ONU. Parallèlement, de nouveaux hélicoptères de combat ont été livrés à Bamako, qui pourrait recevoir prochainement d'autres armes bloquées par l'organisation ouest-africaine dans l'attente de la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Très tard dans la nuit du 25 juillet, à l’aéroport de Bamako. Un avion Iliouchine de fabrication russe en provenance de Bulgarie se pose discrètement. Affrété par une compagnie de transport ukrainienne, il transporte à son bord deux hélicoptères de combat de type MI23, en pièces détachées, qui devront être assemblés à Bamako. Quelques jours auparavant, le 16 juillet, trois nouveaux moteurs d’hélicoptères avaient été acheminés par cette même compagnie ukrainienne pour remplacer ceux, en fin de parcours, des appareils dont disposent déjà l’armée malienne.

Tout ce matériel faisait partie d'un lot commandé par le Mali avant le coup d'État du 22 mars. Et d’autres armes devraient être prochainement livrées, du moins si la transition se poursuit sans accros à Bamako. Les pays de la Cedeao avait en effet ordonné à la Guinée de bloquer dix engins blindés transitant par le port de Conakry et au Sénégal de retenir des caisses de munitions et d'armes lourdes arrivées à Dakar.

La situation devrait se débloquer après la formation d’un gouvernement union nationale attendu très prochainement à Bamako et le retour à une certaine normalité, c'est-à-dire la constitution d'un pouvoir politique fort et respecté prenant l'ascendant sur des militaires définitivement revenus dans le rang. C’est la condition essentielle posée par la Cedeao pour que le Mali puisse jouer - avec son aide - un rôle de premier plan dans une prochaine offensive pour libérer les villes du Nord du joug islamiste. Et les contours de cette reconquête se précisent de plus en plus.

"Personne ne fera cette guerre à la place du Mali"

Les chefs d’état-major de la Cedeao ont tenu à Bamako, du 13 au 14 août, une réunion extraordinaire pour finaliser un plan d’intervention au Mali sous mandat de l’ONU, qui se développerait en trois phases. La première concerne la sécurisation des organes de transition à Bamako, la deuxième porte sur la réorganisation, l’équipement et la formation des forces maliennes et la troisième vise la reconquête du Nord à proprement parler.

Au cours de la rencontre, un accord est intervenu sur les deux dernières phases. « Pour la deuxième et la troisième, nous sommes d’accord sur tous les points. Les troupes maliennes seront en avant sur le terrain et les autres militaires de la Cedeao viendront en appui, avec des avions de combat notamment. Après cette phase de planification, il nous reste désormais à déterminer lors des prochaines réunions le nombre précis de soldats dont nous aurons besoin. Cela pourrait être trois bataillons en première ligne si besoin. Personne ne fera cette guerre à la place du Mali », assure le chef d’état-major général des armées, le colonel Dahirou Dembélé.

Quant à la première phase de l'intervention - la sécurisation des organes de la transition - le président Dioncounda Traoré a affirmé dans son discours à la nation, le 29 juillet, qu’il faisait confiance à l’armée malienne pour cette tâche. Reste que la Cedeao doit aussi valider les plans des ex-miliaires putshistes.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers