Extension Factory Builder
15/08/2012 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'armée malienne a besoin d'équipement mais aussi de formation et d'entraînement. L'armée malienne a besoin d'équipement mais aussi de formation et d'entraînement. © Issouf Sanogo/AFP

La reconquête du Nord-mali se précise. Réunis les 13 et 14 août à Bamako, les chefs d'état-major de la Cedeao ont peaufiné leur plan d'intervention pour obtenir un mandat de l'ONU. Parallèlement, de nouveaux hélicoptères de combat ont été livrés à Bamako, qui pourrait recevoir prochainement d'autres armes bloquées par l'organisation ouest-africaine dans l'attente de la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Très tard dans la nuit du 25 juillet, à l’aéroport de Bamako. Un avion Iliouchine de fabrication russe en provenance de Bulgarie se pose discrètement. Affrété par une compagnie de transport ukrainienne, il transporte à son bord deux hélicoptères de combat de type MI23, en pièces détachées, qui devront être assemblés à Bamako. Quelques jours auparavant, le 16 juillet, trois nouveaux moteurs d’hélicoptères avaient été acheminés par cette même compagnie ukrainienne pour remplacer ceux, en fin de parcours, des appareils dont disposent déjà l’armée malienne.

Tout ce matériel faisait partie d'un lot commandé par le Mali avant le coup d'État du 22 mars. Et d’autres armes devraient être prochainement livrées, du moins si la transition se poursuit sans accros à Bamako. Les pays de la Cedeao avait en effet ordonné à la Guinée de bloquer dix engins blindés transitant par le port de Conakry et au Sénégal de retenir des caisses de munitions et d'armes lourdes arrivées à Dakar.

La situation devrait se débloquer après la formation d’un gouvernement union nationale attendu très prochainement à Bamako et le retour à une certaine normalité, c'est-à-dire la constitution d'un pouvoir politique fort et respecté prenant l'ascendant sur des militaires définitivement revenus dans le rang. C’est la condition essentielle posée par la Cedeao pour que le Mali puisse jouer - avec son aide - un rôle de premier plan dans une prochaine offensive pour libérer les villes du Nord du joug islamiste. Et les contours de cette reconquête se précisent de plus en plus.

"Personne ne fera cette guerre à la place du Mali"

Les chefs d’état-major de la Cedeao ont tenu à Bamako, du 13 au 14 août, une réunion extraordinaire pour finaliser un plan d’intervention au Mali sous mandat de l’ONU, qui se développerait en trois phases. La première concerne la sécurisation des organes de transition à Bamako, la deuxième porte sur la réorganisation, l’équipement et la formation des forces maliennes et la troisième vise la reconquête du Nord à proprement parler.

Au cours de la rencontre, un accord est intervenu sur les deux dernières phases. « Pour la deuxième et la troisième, nous sommes d’accord sur tous les points. Les troupes maliennes seront en avant sur le terrain et les autres militaires de la Cedeao viendront en appui, avec des avions de combat notamment. Après cette phase de planification, il nous reste désormais à déterminer lors des prochaines réunions le nombre précis de soldats dont nous aurons besoin. Cela pourrait être trois bataillons en première ligne si besoin. Personne ne fera cette guerre à la place du Mali », assure le chef d’état-major général des armées, le colonel Dahirou Dembélé.

Quant à la première phase de l'intervention - la sécurisation des organes de la transition - le président Dioncounda Traoré a affirmé dans son discours à la nation, le 29 juillet, qu’il faisait confiance à l’armée malienne pour cette tâche. Reste que la Cedeao doit aussi valider les plans des ex-miliaires putshistes.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers