Extension Factory Builder
14/08/2012 à 17:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Au Maroc, la rupture du jeûne en public est punie par la loi. Au Maroc, la rupture du jeûne en public est punie par la loi. © AFP

À quelques jours de la fin du ramadan, la presse du royaume rapporte plusieurs incidents impliquant des Marocains ne respectant pas le jeûne car non-croyants. Pour défendre le droit de ne pas faire le carême, des jeunes ont crée le groupe "Masayminch" ("nous ne jeûnons pas" en arabe marocain).

Le ministre de la Communication Mustapha El Khalfi, issu du parti islamiste Justice et Développement (PJD), avait prévenu que les autorités marocaines appliqueraient avec « fermeté » l'article 222 du code pénal marocain qui stipule qu'une rupture du jeûne en public est passible d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à six mois. Et il a, semble-t-il, respecté sa promesse.

À moins d’une semaine de la fin du Ramadan, la presse a rapporté plusieurs incidents impliquant des récalcitrants. Il y a eu tout d'abord l'arrestation de quatre jeunes - deux hommes et deux femmes - à Beni Mellal (centre), qui attendent désormais leur jugement après qu'un fermier les a aperçus en train de manger et de fumer sur la route. Deux jeunes gens ont également porté plainte contre le fils d'un député, l'accusant de les avoir renversés avec sa voiture après qu'ils lui ont reproché de fumer en public, a rapporté le quotidien indépendant Akhbar Al-Youm.

"Hypocrisie"

« La plupart des gens sont choqués de voir quelqu'un manger dans la rue », convient Omar Benjelloun, un avocat de défense des droits de l'Homme. Mais pour le militant Imad Iddine Habib, cette attitude reflète  l'« hypocrisie » de la société marocaine. « Nous voulons que la loi soit abrogée. Nous ne sommes pas croyants et la société n'a pas le droit de nous imposer ses croyances », ajoute-t-il. Avec des jeunes marocains, il a participé à la création du groupe « Masayminch » (« nous ne jeûnons pas » en arabe marocain) pour défendre le droit de ne pas jeûner pour les non-croyants. Ils veulent pouvoir manger, boire et fumer en public durant le mois sacré du ramadan.

« L'idée est de dire à la société que nous sommes différents et que nous n'avons pas à nous cacher », affirme à l'AFP Imad Iddine Habib, 23 ans, cofondateur de ce groupe dont la page Facebook compte quelque 350 membres.

Dans un pays où environ 89% des Marocains considèrent la religion comme « très importante » dans leur vie, selon une récente étude de l'institut américain Pew research Center, pour la grande majorité des gens, ne pas jeûner pendant le ramadan relève du sacrilège. De fait, sur la toile, les groupes hostiles au mouvement comptent de nombreux adhérents. « Nous sommes un pays musulman, pas laïc, ceux qui veulent manger dans la rue pendant le ramadan n'ont qu'à demander un visa pour l'Europe et aller manger là-bas », écrit un de leurs détracteurs sur la page Facebook « Contre mouvement masayminch ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

La France et le Maroc ont décidé samedi de "tourner la page" de près d'un an de brouille diplomatique, en rétablissant leur coopération judiciaire et anti-jihadiste, un réchauffe[...]

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de[...]

Quand un hebdomadaire marocain compare François Hollande à Hitler

François Hollande grimé en Adolf Hitler à la une d'un hebdomadaire marocain paru jeudi. Un photomontage qui tombe sous le coup de la loi et qui pourrait, s'il ne faisait pas l'objet de poursuites judiciaires,[...]

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit d'Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Immobilier : Zinafrik lance un mégaprojet logistique au Maroc

Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", le groupe marocain Zinafrik, spécialisé dans la sidérurgie, l'immobilier et la logistique, a conclu un partenariat stratégique avec[...]

Vidéo : jusqu'où ira la crise diplomatique franco-marocaine ?

Tout a commencé il y a près d'un an, le 20 février 2014, lorsque des policiers porteurs d'une convocation adressée par un juge d'instruction au directeur de la sécurité intérieure[...]

Cinéma : "Hope", les migrants avant Gibraltar

Le film "Hope", de Boris Lojkine, retrace la vie de deux migrants avant leur traversée de la Méditerranée. Un film dur, sans manichéïsme ni concession, qui est aussi une belle histoire[...]

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi la déchéance de la nationalité française d'un jihadiste franco-marocain condamné pour terrorisme. Une décision qui était[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120814163847 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120814163847 from 172.16.0.100