Extension Factory Builder
14/08/2012 à 17:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Au Maroc, la rupture du jeûne en public est punie par la loi. Au Maroc, la rupture du jeûne en public est punie par la loi. © AFP

À quelques jours de la fin du ramadan, la presse du royaume rapporte plusieurs incidents impliquant des Marocains ne respectant pas le jeûne car non-croyants. Pour défendre le droit de ne pas faire le carême, des jeunes ont crée le groupe "Masayminch" ("nous ne jeûnons pas" en arabe marocain).

Le ministre de la Communication Mustapha El Khalfi, issu du parti islamiste Justice et Développement (PJD), avait prévenu que les autorités marocaines appliqueraient avec « fermeté » l'article 222 du code pénal marocain qui stipule qu'une rupture du jeûne en public est passible d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à six mois. Et il a, semble-t-il, respecté sa promesse.

À moins d’une semaine de la fin du Ramadan, la presse a rapporté plusieurs incidents impliquant des récalcitrants. Il y a eu tout d'abord l'arrestation de quatre jeunes - deux hommes et deux femmes - à Beni Mellal (centre), qui attendent désormais leur jugement après qu'un fermier les a aperçus en train de manger et de fumer sur la route. Deux jeunes gens ont également porté plainte contre le fils d'un député, l'accusant de les avoir renversés avec sa voiture après qu'ils lui ont reproché de fumer en public, a rapporté le quotidien indépendant Akhbar Al-Youm.

"Hypocrisie"

« La plupart des gens sont choqués de voir quelqu'un manger dans la rue », convient Omar Benjelloun, un avocat de défense des droits de l'Homme. Mais pour le militant Imad Iddine Habib, cette attitude reflète  l'« hypocrisie » de la société marocaine. « Nous voulons que la loi soit abrogée. Nous ne sommes pas croyants et la société n'a pas le droit de nous imposer ses croyances », ajoute-t-il. Avec des jeunes marocains, il a participé à la création du groupe « Masayminch » (« nous ne jeûnons pas » en arabe marocain) pour défendre le droit de ne pas jeûner pour les non-croyants. Ils veulent pouvoir manger, boire et fumer en public durant le mois sacré du ramadan.

« L'idée est de dire à la société que nous sommes différents et que nous n'avons pas à nous cacher », affirme à l'AFP Imad Iddine Habib, 23 ans, cofondateur de ce groupe dont la page Facebook compte quelque 350 membres.

Dans un pays où environ 89% des Marocains considèrent la religion comme « très importante » dans leur vie, selon une récente étude de l'institut américain Pew research Center, pour la grande majorité des gens, ne pas jeûner pendant le ramadan relève du sacrilège. De fait, sur la toile, les groupes hostiles au mouvement comptent de nombreux adhérents. « Nous sommes un pays musulman, pas laïc, ceux qui veulent manger dans la rue pendant le ramadan n'ont qu'à demander un visa pour l'Europe et aller manger là-bas », écrit un de leurs détracteurs sur la page Facebook « Contre mouvement masayminch ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

 Les autorités britanniques ont refoulé de leur territoire un Marocain condamné pour terrorisme, le 21 mai, sans en informer le Royaume et provoquant un imbroglio diplomatique.  [...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement[...]

Bientôt une usine marocaine pour PSA Peugeot Citroën

Selon l'agence "Bloomberg", non démentie par PSA Peugeot Citroën, ce dernier prévoit d'ouvrir une usine au Maroc d'une capacité inférieure à 100 000 véhicules par[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Sénégal-Maroc : Macky Sall et Mohammed VI signent 13 accords de coopération

À l'occasion de la visite du roi du Maroc au Sénégal, les gouvernements sénégalais et marocain ont signé jeudi, à Dakar, treize accords dans divers domaines, dont les douanes,[...]

Maroc : décès du général Abdelaziz Bennani, ancien numéro 2 de l'armée

L'ancien inspecteur des Forces armées royales, hospitalisé depuis plusieurs mois, est décédé mercredi 20 mai à Rabat. Parcours d'un acteur-clé de l'histoire militaire du royaume.[...]

Torture : retour sur la passe d'armes entre le Maroc et Amnesty International

L'ONG Amnesty International a publié mardi un rapport contenant de nombreuses allégations d'actes de torture commis au Maroc. La délégation interministérielle aux Droits de l'homme lui a[...]

Maroc : Fès en fête avec le festival des musiques sacrées du monde

Le Festival des musiques sacrées du monde débute ce 22 mai. Au programme : kora, guitare et percussions, mais aussi débats sur la tolérance et le pluralisme.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Festival de musique gnaoua : (ef)fusions mystiques à Essaouira au Maroc

La 18e édition du festival gnaoua d'Essaouira au Maroc s'est déroulée du 14 au 17 mai. Pendant quatre jours, cette cité de l'Atlantique a été rythmée par la rencontre des sons des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers