Extension Factory Builder
14/08/2012 à 17:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Au Maroc, la rupture du jeûne en public est punie par la loi. Au Maroc, la rupture du jeûne en public est punie par la loi. © AFP

À quelques jours de la fin du ramadan, la presse du royaume rapporte plusieurs incidents impliquant des Marocains ne respectant pas le jeûne car non-croyants. Pour défendre le droit de ne pas faire le carême, des jeunes ont crée le groupe "Masayminch" ("nous ne jeûnons pas" en arabe marocain).

Le ministre de la Communication Mustapha El Khalfi, issu du parti islamiste Justice et Développement (PJD), avait prévenu que les autorités marocaines appliqueraient avec « fermeté » l'article 222 du code pénal marocain qui stipule qu'une rupture du jeûne en public est passible d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à six mois. Et il a, semble-t-il, respecté sa promesse.

À moins d’une semaine de la fin du Ramadan, la presse a rapporté plusieurs incidents impliquant des récalcitrants. Il y a eu tout d'abord l'arrestation de quatre jeunes - deux hommes et deux femmes - à Beni Mellal (centre), qui attendent désormais leur jugement après qu'un fermier les a aperçus en train de manger et de fumer sur la route. Deux jeunes gens ont également porté plainte contre le fils d'un député, l'accusant de les avoir renversés avec sa voiture après qu'ils lui ont reproché de fumer en public, a rapporté le quotidien indépendant Akhbar Al-Youm.

"Hypocrisie"

« La plupart des gens sont choqués de voir quelqu'un manger dans la rue », convient Omar Benjelloun, un avocat de défense des droits de l'Homme. Mais pour le militant Imad Iddine Habib, cette attitude reflète  l'« hypocrisie » de la société marocaine. « Nous voulons que la loi soit abrogée. Nous ne sommes pas croyants et la société n'a pas le droit de nous imposer ses croyances », ajoute-t-il. Avec des jeunes marocains, il a participé à la création du groupe « Masayminch » (« nous ne jeûnons pas » en arabe marocain) pour défendre le droit de ne pas jeûner pour les non-croyants. Ils veulent pouvoir manger, boire et fumer en public durant le mois sacré du ramadan.

« L'idée est de dire à la société que nous sommes différents et que nous n'avons pas à nous cacher », affirme à l'AFP Imad Iddine Habib, 23 ans, cofondateur de ce groupe dont la page Facebook compte quelque 350 membres.

Dans un pays où environ 89% des Marocains considèrent la religion comme « très importante » dans leur vie, selon une récente étude de l'institut américain Pew research Center, pour la grande majorité des gens, ne pas jeûner pendant le ramadan relève du sacrilège. De fait, sur la toile, les groupes hostiles au mouvement comptent de nombreux adhérents. « Nous sommes un pays musulman, pas laïc, ceux qui veulent manger dans la rue pendant le ramadan n'ont qu'à demander un visa pour l'Europe et aller manger là-bas », écrit un de leurs détracteurs sur la page Facebook « Contre mouvement masayminch ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120814163847 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120814163847 from 172.16.0.100