Extension Factory Builder
14/08/2012 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président égyptien (c) et le maréchal Tantaoui, le 6 août dans le nord du Sinaï. Le président égyptien (c) et le maréchal Tantaoui, le 6 août dans le nord du Sinaï. © AFP

Pour la presse égyptienne, les décisions prises dimanche par le président Mohamed Morsi - mise à la retraite du maréchal Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées (CSFA), ainsi que de son "numéro deux", le général Sami Anan, et annulation des prérogatives politiques dont bénéficiaient les militaires -, sont véritablement "révolutionnaires". Selon les analystes, la nouvelle donne bouleverse le rapport de force entre l’armée et les Frères musulmans.  

La décision prise dimanche 12 août par le président égyptien Mohamed Morsi de mettre à la retraite le maréchal Hussein Tantaoui, et le « numéro deux » du Conseil suprême des forces armées  (CSFA), le général Sami Anan, mais aussi d'annuler toutes les prérogatives politiques dont bénéficiaient les militaires, suscite de nombreuses réactions.

Pour la presse égyptienne, ces mesures bouleversent le rapport de force entre l’armée et les Frères musulmans. « Les Frères officiellement au pouvoir », titrait ainsi le journal indépendant Al-Watan, tandis qu'un hebdomadaire proche de certains cercles militaires, Al-Ousboua, dénonçait « la dictature des Frères ». « Morsi met fin au pouvoir du Conseil suprême des forces armées » dirigé par le maréchal Tantaoui, affirmait pour sa part Al-Chorouq. Pour ce journal indépendant, les mesures constitutionnelles annoncées donnent même au président Morsi « des prérogatives plus importantes que celles de (Hosni) Moubarak ».

Une réorganisation en profondeur

Outre la mise en retraite du maréchal Tantaoui, et du "numéro deux" du CSFA, Mohamed Morsi a fait sortir du conseil militaire les chefs de la marine, de l'aviation et de la défense aérienne, pour leur confier des postes élevés dans le secteur public. Le chef de la marine, le vice-amiral Mohab Mamich, prend ainsi la direction de l'organisme chargé du canal de Suez, une des premières sources de revenus du pays. Un autre membre du CSFA, le général Abdel Fattah al-Sissi, chef du renseignement militaire, remplace à la Défense le maréchal Tantaoui. Mohamed Morsi a également nommé vice-président un magistrat, Mahmoud Mekki. Une nomination qui pourrait augurer d'une reprise en main de la hiérarchie judiciaire héritée de l'ancien régime, Mahmoud Mekki s’étant distingué lors d'une fronde des juges contre le système Moubarak lors des élections de 2005.

Le chef de l'État a aussi récupéré à son compte la possibilité de former une nouvelle commission chargée de rédiger la Constitution, en cas de blocage des travaux de la commission actuelle. « Ce qui s'est fait l'a été en coordination et après des consultations avec les forces armées », a assuré dimanche un responsable militaire cité par l'agence officielle Mena. Mohamed Morsi a, lui, pris soin de déclarer qu'il n'avait l'intention de « marginaliser » personne mais de promouvoir une « nouvelle génération ».

Alors que des journaux se sont inquiétés d'une volonté selon eux de contrôle des médias de la part des Frères musulmans, le Parquet a annoncé lundi avoir déféré devant la justice le patron d'une chaîne privée et le rédacteur en chef d'un quotidien indépendant pour offense au président Morsi.

Moins d’inquiétude du côté de la Bourse du Caire où les annonces de M. Morsi sont perçues comme pouvant favoriser la stabilité du pays », estime l'analyste financier Moustafa Badra. Résultat : une hausse de 1,5% de l'indice de référence EGX-30.

La décision du nouveau président égyptien a eu un impact mondial. La Maison Blanche ont appelé les militaires et le gouvernement à travailler ensemble, en disant espérer que « l'annonce du président Morsi serve les intérêts du peuple égyptien », tout en indiquant que le « partenariat » militaire qui lie les deux pays n’était pas remis en cause. Les États-Unis accordent une aide annuelle militaire d'environ 1,3 milliard de dollars à l'Égypte.

Son de cloche différent en Israël, lié depuis 1979 par un accord de paix avec l'Égypte. « Il est prématuré de faire des évaluations car tout est en devenir en Égypte, mais nous suivons de très près et avec quelque inquiétude ce qui s'y passe », a affirmé à l'AFP un responsable gouvernemental sous couvert de l'anonymat.

Ce coup de théâtre survient alors que sur le plan de la sécurité l'Égypte fait face à une grave crise dans le Sinaï, où 16 de ses gardes-frontières ont été tués le 5 août près de la frontière avec Israël et Gaza. L'armée égyptienne mène depuis une large offensive dans la péninsule.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Brève visite du président égyptien Sissi en Arabie saoudite

Brève visite du président égyptien Sissi en Arabie saoudite

Le chef de l’État égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a effectué samedi une brève visite à Ryad pendant laquelle il s'est entretenu avec le roi Salmane d'Arabie saoudite alors que les deux pay[...]

Espagne : Sissi à Madrid, les défenseurs des droits de l'homme dénoncent la répression en Égypte

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy a reçu jeudi le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Une visite d'un jour mal accueillie par les défenseurs des droits de l'homme qui[...]

En Égypte, c'est "la restauration"

Peu d'entre vous le savent : les États-Unis ont tranquillement repris, il y a un mois, leur aide militaire de 1,3 milliard de dollars par an à l'Égypte.[...]

Égypte : rassemblement anti-voile place Tahrir, les femmes s'expriment

L’écrivain et journaliste égyptien Cherif Choubachy a appelé, le 6 avril, sur sa page Facebook, les femmes égyptiennes à retirer leur voile sur la place Tahrir le 1er mai. Un appel qui fait[...]

Rapprochement en cours entre la Côte d'Ivoire et l'Égypte

Snobée par certains poids lourds du continent, tels que l'Afrique du Sud et l'Angola, la Côte d'Ivoire a désormais les yeux tournés vers la République arabe d'Égypte, dont elle[...]

Égypte : Mohamed Morsi, sans l'auréole du martyr

Alors que le régime du maréchal Sissi éradique les Frères musulmans à tour de bras, le président déchu écope de vingt ans de prison. Une condamnation à mort[...]

Ligue arabe : réunion des chefs d'état-major, première étape vers une force conjointe ?

Une commission regroupant les chefs d'état-major des membres de la Ligue arabe a entamé mercredi au Caire les travaux destinés à mettre sur pied une force arabe conjointe. Fin mars, l'organisation[...]

Égypte : l'ancien président Mohamed Morsi condamné à vingt ans de prison

Mohamed Morsi, l’ancien président égyptien, a été condamné mardi à vingt ans de prison. Il risquait la peine de mort.[...]

Égypte : verdict attendu pour Mohamed Morsi, qui risque la peine de mort

Mohamed Morsi, l’ancien président égyptien, pourrait écoper de la peine de mort mardi pour "incitation au meurtre", plus de 20 mois après sa destitution par l'ex-chef de l'armée[...]

Égypte : 11 condamnés à mort pour des heurts lors d'un match de foot

Onze supporters ont été condamnés à la peine capitale dimanche en Égypte lors d'un nouveau procès des émeutes en 2012 à Port-Saïd. Elles avaient fait 74 morts dans un [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120814085939 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120814085939 from 172.16.0.100