Extension Factory Builder
14/08/2012 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président égyptien (c) et le maréchal Tantaoui, le 6 août dans le nord du Sinaï. Le président égyptien (c) et le maréchal Tantaoui, le 6 août dans le nord du Sinaï. © AFP

Pour la presse égyptienne, les décisions prises dimanche par le président Mohamed Morsi - mise à la retraite du maréchal Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées (CSFA), ainsi que de son "numéro deux", le général Sami Anan, et annulation des prérogatives politiques dont bénéficiaient les militaires -, sont véritablement "révolutionnaires". Selon les analystes, la nouvelle donne bouleverse le rapport de force entre l’armée et les Frères musulmans.  

La décision prise dimanche 12 août par le président égyptien Mohamed Morsi de mettre à la retraite le maréchal Hussein Tantaoui, et le « numéro deux » du Conseil suprême des forces armées  (CSFA), le général Sami Anan, mais aussi d'annuler toutes les prérogatives politiques dont bénéficiaient les militaires, suscite de nombreuses réactions.

Pour la presse égyptienne, ces mesures bouleversent le rapport de force entre l’armée et les Frères musulmans. « Les Frères officiellement au pouvoir », titrait ainsi le journal indépendant Al-Watan, tandis qu'un hebdomadaire proche de certains cercles militaires, Al-Ousboua, dénonçait « la dictature des Frères ». « Morsi met fin au pouvoir du Conseil suprême des forces armées » dirigé par le maréchal Tantaoui, affirmait pour sa part Al-Chorouq. Pour ce journal indépendant, les mesures constitutionnelles annoncées donnent même au président Morsi « des prérogatives plus importantes que celles de (Hosni) Moubarak ».

Une réorganisation en profondeur

Outre la mise en retraite du maréchal Tantaoui, et du "numéro deux" du CSFA, Mohamed Morsi a fait sortir du conseil militaire les chefs de la marine, de l'aviation et de la défense aérienne, pour leur confier des postes élevés dans le secteur public. Le chef de la marine, le vice-amiral Mohab Mamich, prend ainsi la direction de l'organisme chargé du canal de Suez, une des premières sources de revenus du pays. Un autre membre du CSFA, le général Abdel Fattah al-Sissi, chef du renseignement militaire, remplace à la Défense le maréchal Tantaoui. Mohamed Morsi a également nommé vice-président un magistrat, Mahmoud Mekki. Une nomination qui pourrait augurer d'une reprise en main de la hiérarchie judiciaire héritée de l'ancien régime, Mahmoud Mekki s’étant distingué lors d'une fronde des juges contre le système Moubarak lors des élections de 2005.

Le chef de l'État a aussi récupéré à son compte la possibilité de former une nouvelle commission chargée de rédiger la Constitution, en cas de blocage des travaux de la commission actuelle. « Ce qui s'est fait l'a été en coordination et après des consultations avec les forces armées », a assuré dimanche un responsable militaire cité par l'agence officielle Mena. Mohamed Morsi a, lui, pris soin de déclarer qu'il n'avait l'intention de « marginaliser » personne mais de promouvoir une « nouvelle génération ».

Alors que des journaux se sont inquiétés d'une volonté selon eux de contrôle des médias de la part des Frères musulmans, le Parquet a annoncé lundi avoir déféré devant la justice le patron d'une chaîne privée et le rédacteur en chef d'un quotidien indépendant pour offense au président Morsi.

Moins d’inquiétude du côté de la Bourse du Caire où les annonces de M. Morsi sont perçues comme pouvant favoriser la stabilité du pays », estime l'analyste financier Moustafa Badra. Résultat : une hausse de 1,5% de l'indice de référence EGX-30.

La décision du nouveau président égyptien a eu un impact mondial. La Maison Blanche ont appelé les militaires et le gouvernement à travailler ensemble, en disant espérer que « l'annonce du président Morsi serve les intérêts du peuple égyptien », tout en indiquant que le « partenariat » militaire qui lie les deux pays n’était pas remis en cause. Les États-Unis accordent une aide annuelle militaire d'environ 1,3 milliard de dollars à l'Égypte.

Son de cloche différent en Israël, lié depuis 1979 par un accord de paix avec l'Égypte. « Il est prématuré de faire des évaluations car tout est en devenir en Égypte, mais nous suivons de très près et avec quelque inquiétude ce qui s'y passe », a affirmé à l'AFP un responsable gouvernemental sous couvert de l'anonymat.

Ce coup de théâtre survient alors que sur le plan de la sécurité l'Égypte fait face à une grave crise dans le Sinaï, où 16 de ses gardes-frontières ont été tués le 5 août près de la frontière avec Israël et Gaza. L'armée égyptienne mène depuis une large offensive dans la péninsule.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Quatre attentats à la bombe font un mort et deux blessés au Caire

Quatre attentats à la bombe ont fait un mort et deux blessés jeudi matin au Caire. Même si les attaques n’ont pas été revendiquées, les autorités locales soupçonnent les[...]

Égypte : une figure de la révolte anti-Moubarak condamnée à cinq ans de prison

Accusé d’avoir eu recours à la violence lors d'une manifestation anti-Moubarak, Alaa Abdel Fattah, militant progressiste et figure de proue de la revolte de 2011, a été condamné lundi[...]

Trois attentats revendiqués par l'État islamique font au moins 45 morts en Libye

Trois attentats à la voiture piégée ont eu lieu vendredi dans l'est de la Libye faisant au moins 45 morts et 70 blessés, selon les autorités locales. Des attaques revendiquées par[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

ONU : Égyptiens et Occidentaux divisés sur la stratégie à suivre contre le terrorisme en Libye

Pendant que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi réclame publiquement une intervention militaire internationale en Libye, les pays occidentaux défendent l'option d'une solution politique et la[...]

ONU 

Égypte : Sissi réclame une résolution de l'ONU pour l'intervention d'une coalition en Libye

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a réclamé mardi l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU afin d'aller vers l'intervention d'une coalition contre[...]

État islamique en Libye : la riposte égyptienne

Des avions de combat égyptiens ont bombardé lundi des positions du groupe État islamique (EI) en Libye, en représailles à la décapitation de 21 chrétiens coptes égyptiens[...]

Libye : l'EI décapite 21 coptes égyptiens, Le Caire réplique par des bombardements

L'Égypte a annoncé lundi que son aviation avait bombardé des positions de l'État islamique en Libye. Quelques heures plus tôt, le groupe jihadiste diffusait une vidéo montrant[...]

Après plusieurs échecs, la France parvient à vendre son Rafale à l'Égypte

 La France va conclure le premier contrat à l'exportation de son fleuron aéronautique, le Rafale, dont 24 exemplaires vont être vendus à l'Egypte, mettant un terme à des années[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120814085939 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120814085939 from 172.16.0.100