Extension Factory Builder
13/08/2012 à 23:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une séance plénière de l'Assemblée nationale constituante tunisienne, le 8 août 2012 à Tunis. Une séance plénière de l'Assemblée nationale constituante tunisienne, le 8 août 2012 à Tunis. © AFP

Douze partis de gauche et un groupe de personnalités indépendantes se sont regroupés pour former un "Front populaire", nouvelle force d’opposition, a annoncé lundi 13 août le Parti ouvrier tunisien (POT).

La réorganisation de l’opposition tunisienne se poursuit.  « Un "front populaire" a été créé dimanche soir à Tunis réunissant douze partis de gauche et un groupe de personnalités indépendantes et reconnues pour leur militantisme », a annoncé lundi 13 août le Parti ouvrier tunisien (POT) dans un communiqué.

Cette alliance ambitionne d'être une véritable opposition au triumvirat, composé de Ennahdha et de deux partis de centre-gauche, le Congrès pour la République (CPR) du président Moncef Marzouki et Ettakatol, qui dirige actuellement la Tunisie.

Le « front populaire » veut concurrencer une autre alliance formée par le Parti Républicain (centre) et Al Massar (La Voie, gauche) autour de Nida Tounès (l'Appel de Tunisie), le nouveau parti de l'ex-Premier ministre Béji Caïd Essebsi. L'Appel de Tunisie, qui connaît une popularité croissante depuis sa création en juillet, et ses alliés ont indiqué songer à se présenter ensemble lors des élections prévues en mars 2013. Un scrutin dont l’organisation dépend de l'adoption par l'Assemblée nationale constituante (ANC, élue en octobre 2011) d'une nouvelle Constitution d'ici octobre prochain, mais dont les travaux ont pris quelque six mois de retard.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Origines, localisation, mobilité, réseaux... État des lieux de la nébuleuse jihadiste en Tunisie.[...]

Tunisie : le député Mohamed Ali Nasri attaqué chez lui par des hommes armés

Le député tunisien Mohamed Ali Nasri a été agressé dans la nuit par des hommes armés dans son domicile de Kasserine. Il s'est cassé une jambe dans sa fuite.[...]

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex