Extension Factory Builder
13/08/2012 à 16:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des étudiants tchadiens manifestent, en novembre 2011. Des étudiants tchadiens manifestent, en novembre 2011. © DR

Inculpation d'un ministre, remise en cause des résultats d'un examen officiel, menaces de manifestation de la part des écoliers… Au Tchad, le baccalauréat est au cœur d’une controverse qui risque de perturber la prochaine rentrée scolaire.

Ahmet Djidda Mahamat, l’ancien ministre tchadien de l’Enseignement supérieur, limogé le 1er août 2012, a été interpellé le 6 août par la police judiciaire qui le soupçonnait de « faux et usage de faux » dans le cadre de sa gestion du baccalauréat 2012. C'est sous ce chef d'accusation qu'il a été inculpé, lundi 13 août, par un juge de N'Djaména qui a également décidé de sa libération provisoire.

Le 4 août, le Premier ministre, Emmanuel Nadingar, avait annoncé que les résultats du bac seraient revus parce que non conformes à la loi. Celle-ci indique que l’admissibilité est fixée à 10/20. Or dans son délibéré du 31 juillet, le jury avait accordé le diplôme aux candidats ayant obtenu une note égale ou supérieure à 8,25/20 de moyenne.

Conclusion : la liste des admis au bac doit être revue pour ne retenir que les candidats rentrant dans les critères de loi. Une autre session sera organisée en octobre pour les nouveaux recalés, « par souci d’équité », a ajouté le Premier Ministre.

Pratique ancienne

Le limogeage du ministre et de son arrestation sont contestés par son parti politique, Al Nassr, qui rappelle que Ahmet Djidda Mahamat n’était pas le seul à décider dans ce dossier. Et qui réclame une enquête parlementaire pour situer les responsabilités de tous les protagonistes de l’affaire. Les partisans de l’ancien ministre ajoutent que la pratique incriminée - attribuer le bac en dessous de la moyenne - n’est pas nouvelle et il serait injuste de le punir pour cela.

Les admis au bac ont eux aussi contesté la décision. Une centaine d’élèves ont tenté de manifester mercredi dernier devant le rectorat de l’Université de N’Djaména. Ils ont été dispersés par la police.

Les élèves nouvellement recalés refusent quant à eux de passer un autre examen en octobre et appellent au respect « de la souveraineté du jury ». Leurs doléances ont été transmises au Premier ministre par les soins du directeur général de la police qui joue les bons offices. Le chef du gouvernement a promis de donner suite. Va-t-il revenir sur sa décision ou réussira-t-il à convaincre les élèves de repasser le bac ? Quelle que soit sa décision, les élèves demandent que l’ancien ministre soit entendu publiquement pour donner sa version des faits.

________

Par Madjiasra Nako, à N'Djaména

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tchad

Guerre contre Boko Haram : Idriss Déby Itno défie Abubakar Shekau

Guerre contre Boko Haram : Idriss Déby Itno défie Abubakar Shekau

Le président tchadien, Idriss Déby Itno, a profité d'une visite de travail de son homologue du Niger, Mahamadou Issoufou, mercredi à N'Djamena, pour lancer un message à Abubakar Shekau. Le lead[...]

Nigeria : Abuja annonce avoir repris 29 localités à Boko Haram

Le gouvernement fédéral nigérian a donné jeudi une liste de localités reprises par l’armée au groupe islamiste Boko Haram. Au total, 29 villes dans le Nord-Est seraient[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Boko Haram : Laurent Fabius au Tchad pour souligner la "solidarité" de la France

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, débute samedi une tournée au Tchad et au Cameroun, avant le Niger dimanche, pour affirmer "la solidarité" de Paris[...]

L'Afrique centrale apporte son soutien à la lutte régionale contre Boko Haram

Les chefs d’État de la CEEAC se sont réunis lundi à Yaoundé, au Cameroun, pour élaborer une stratégie commune destinée à "éradiquer" Boko Haram. Ils[...]

Tchad : dans les cendres de Ngouboua, après l'attaque de Boko Haram

Maisons incendiées, carcasses de bétail calciné, des habitants fuyant baluchon sur la tête... A Ngouboua, sur les rives du lac Tchad, la population est sous le choc après l'attaque de Boko[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique TV

Toutes les vidéos
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120813153409 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120813153409 from 172.16.0.100