Extension Factory Builder
11/08/2012 à 15:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Nous avons encore des techniciens de qualité, mais ils font le bonheur des pays du Golfe.' "Nous avons encore des techniciens de qualité, mais ils font le bonheur des pays du Golfe." © DR

Vingt ans après avoir donné sa première médaille d’or olympique à l’Algérie sur 1 500 m à Barcelone, Hassiba Boulmerka revient sur la participation algérienne aux JO de Londres, qu'elle juge insuffisante. Selon elle "il n'y a pas de politique sportive" dans son pays. Symbole de la lutte pour l’émancipation des femmes du monde arabe, elle apprécie également à sa juste valeur l’autorisation du port du voile lors des compétitons.

« Aussi vrai qu’il est impossible de se rendre à la mosquée en short, il est impossible de courir en hijab ». C’est ce que déclarait en 1992 l’athlète algérienne Hassiba Boulmerka, médaillée d’or sur 1500 m aux JO de Barcelone et menacée de mort dans son pays, en pleine montée de l’islamisme. Nombre d’éditorialistes européens ont repris cette déclaration pour critiquer l’autorisation du port du voile décidée cette année par l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF). Aujourd’hui devenue patronne d’une entreprise pharmaceutique (Hassiba Boulmerka International), à Alger, la championne voit au contraire dans cette décision une victoire. Interview.

Que pensez-vous de la participation algérienne aux JO de Londres ?

Elle n’est pas brillante et cela m’a fait souffrir. Dès le début, j’étais déçue par le faible nombre d’athlètes qui ont réussi à décrocher leur billet. Il n’y a malheureusement pas de politique sportive dans notre pays, la victoire de Taoufik Makhloufi est un exploit personnel. Nos dirigeants gèrent l’athlétisme de manière archaïque, sans professionnalisme. Je suis le fruit de la réforme sportive de 1977, qui a notamment amené les entreprises publiques à financer le développement du sport. Nous avions à l’époque des jeux sportifs nationaux qui permettaient de détecter les athlètes, des infrastructures aux normes internationales dans chaque wilaya (région)… En 1989, cette politique a été cassée elle n’a pas été remplacée, amenant les entreprises publiques à se désengager. Nous avons encore des techniciens de qualité, mais ils ne sont pas sollicités. Et ils font le bonheur des pays du Golfe.

En Algérie, vous n’avez pas encore de successeur sur le 1500 m, et il n’y a plus de sportive symbole de la cause des femmes comme vous l’étiez…

J’ai eu une carrière très difficile. En plus des sacrifices liés à l’entraînement et la pression, j’ai supporté les menaces de mort des islamistes, car je représentais la femme émancipée. Cette image a aussi constitué une pression venant des medias internationaux. Le résultat est que mes victoires étaient pour moi sportives et politiques. Il était question d’« être ou ne pas être ». Quand je gagnais, beaucoup de femmes gagnaient avec moi.

Vingt ans après, certains estiment en Algérie que leur société est plus islamisée que la vie politique…

Je ne le crois pas car les Algériens ont vécu des moments terribles de terrorisme aveugle. Ils s’en sont relevés et ils ne vont pas répéter ces erreurs. Ils savent que ces gens sont les ennemis de la joie et de la vie. C’est vrai qu’il n’est  pas facile d’être une femme. On vit dans un pays où il y a beaucoup d’interdits liés à la tradition, à la religion et à la loi, et cela ne laisse pas une grande marge pour l’émancipation d’une femme. Tous les jours, il y a des difficultés, mais des femmes se battent, dans le monde de l’art, du sport, de l’entreprise…

L’IAAF a pris une décision courageuse en prenant à leur jeu les pays du Golfe, qui répètaient depuis des années que, sans voile, la participation de leurs femmes était impossible. L’IAAF a levé l’obstacle et ils n’ont plus d’excuse.

Que pensez-vous de l’autorisation du port du voile décidée pour la première fois lors de ces Jeux ?

C’est très important et positif. Je suis contente que des pays comme l’Arabie Saoudite, le Qatar ou Bruneï aient envoyé des athlètes femmes. Leur participation est plus forte qu’une victoire sportive. L’IAAF a pris une décision courageuse en prenant les pays du Golfe à leur jeu. Ces derniers répètent depuis des années que sans voile, la participation de leurs femmes est impossible. L’IAAF a levé l’obstacle et ils n’ont plus d’excuse. Ma position n’a pas changé par rapport à 1992, mais nous autres Maghrébines n’avons jamais été contraintes par des interdits vestimentaires. Pour ces pays arabes, c’est une victoire qui se fait par étapes. Je dois dire que j’en ai été l’un des déclencheurs, lorsque j’étais à la section « sport et femmes » du Comité international olympique (1996-2000), où j’ai défendu une position « révolutionnaire » : un pays qui n’envoie pas de femme ne peut pas participer aux Jeux.

_______

Propos recueillis par Saïd Aït Hatrit

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers