Extension Factory Builder
10/08/2012 à 17:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les émeutes du 9 août à Sidi bouzid ont fait 5 blessés légers. Les émeutes du 9 août à Sidi bouzid ont fait 5 blessés légers. © AFP

Des habitants de Kasserine ont manifesté, vendredi 10 août, pour réclamer une meilleur indemnisation des victimes de la révolution de 2011. La politique du parti islamiste Ennahdha, au pouvoir, concentre toutes les critiques.

Les slogans antigouvernementaux de Sidi Bouzid ont trouvé de l’écho dans une autre ville martyre de la révolution tunisienne : Kasserine (Centre-Ouest). Plusieurs dizaines de personnes y ont manifesté devant le siège du gouvernorat, vendredi 10 août, pour réclamer que les victimes du soulèvement contre le régime de ben Ali soient indemnisées décemment.

Les manifestants ont baptisé leur action de « vendredi de l’invasion » car ils ont réussi à pénétrer dans la cour du bâtiment pour y crier leur mécontentement envers la politique du gouvernement dirigé par le parti Ennahdha. Contrairement à ce qui s’est produit la veille dans la ville voisine de Sidi-Bouzid, berceau de la révolution, les policiers ont agi avec calme et discernement, sans faire usage de gaz lacrymogènes ni de tirs de balles en caoutchouc. Et ils ont obtenu que la manifestation se disperse sans heurts.

Dossier complexe

Les habitants en colère, pour la plupart des proches des victimes de la révolution, se sont ensuite regroupés dans le centre-ville, certains mettant le feu à des pneus de voiture. Une marche pacifique était prévue dans l’après-midi après la prière pour protester contre Ennahdha, qui a pris la décision d’indemniser aussi les prisonniers politiques de l’ancien régime, pour la plupart islamistes, alors que beaucoup de victimes de 2011 sont mécontentes des réparations qui leur ont été accordées par le gouvernement. Quand ils en ont eu une.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a enqu&ecir[...]

Tunisie : Ali Laarayedh... consensuel, vraiment ?

Son passage au gouvernement n'a pas laissé que des bons souvenirs aux Tunisiens, entre échec économique et complaisance envers les salafistes. Pourtant, Ennahdha a fait d'Ali Laarayedh son[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Tunisie : deux soldats tués dans un échange de tirs avec des "terroristes"

Deux soldats tunisiens ont été tués samedi dans un échange de tirs avec des "terroristes" près de la frontière algérienne, a annoncé le ministère de la[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Tunisie : craintes de "benalisation" de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

La sanglante attaque qui a tué 15 militaire tunisiens mi-juillet a poussé l'État à prendre des mesures fortes contre les appels au jihad, comme la fermeture de mosquées et de médias. Entre[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers