Extension Factory Builder
10/08/2012 à 12:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le siège du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA) à Cabinda. Le siège du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA) à Cabinda. © AFP

Le parti du président Dos Santos, le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), accuse les partis d'opposition de violences. Le chef du parti vainqueur des élections générales du 31 août sera désigné président de la République.

À quelques semaines des élections générales du 31 août, le ton est monté d'un cran en Angola. Jeudi, le parti au pouvoir, le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), a accusé les partis d'opposition de manipulations et de violences pendant la campagne électorale.

« Ces actions et comportements, qui constituent une violation flagrante du code électoral, conduisent le MPLA à déposer des plaintes auprès de la commission nationale électorale et de la justice », a affirmé Rui Luis Falcao Pinto de Andrade, le secrétaire du bureau politique du MPLA pour l'information.

Ces plaintes visent le parti d'opposition historique, l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), et le tout nouveau parti Casa d'Abel Chivukuvuku (Coalition ample de sauvetage de l'Angola). Il s'agit des deux principaux concurrents du MPLA lors du prochain scrutin.

Ces derniers ont chacun proposé un débat public pendant la campagne entre leurs chefs et celui du MPLA, le président José Eduardo dos Santos.

José Eduardo Dos Santos grand favori à sa propre succession

Le MPLA a répondu par une fin de non-recevoir, estimant que les débats n'avaient pas besoin de se limiter aux chefs de partis et que nombre de ses cadres étaient capables de s'exprimer.

Cette réponse du MPLA intervient après que l'Unita ait considéré en début de semaine que les propos tenus par le ministre des Anciens combattants et membre du MPLA, Kundi Paihama, lors d'un meeting, incitaient à la violence et violaient la loi électorale.

Des manifestations de l'opposition sont prévues les 12 et 28 août prochains. Le MPLA a indiqué qu'il laissait les autorités compétentes se charger du maintien de l'ordre public.

Les élections générales du 31 août prochain seront les troisièmes seulement depuis l'indépendance de l'Angola en 1975. Lors du dernier scrutin, en 2008, le MPLA a remporté plus de 80% des suffrages contre 10% pour l'Unita.

Selon la nouvelle Constitution, adoptée en 2010, le chef du parti vainqueur des élections législatives deviendra président de la République. José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis bientôt 33 ans, est le grand favori du scrutin, même s'il n'a jamais remporté un seul scrutin présidentiel au cours de sa longue carrière.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Angola

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Angola : un baiser entre hommes qui ne passe pas

Deux hommes en train de s'embrasser en "prime time" dans une série téléviée ? La polémique née de ce baiser a fait des vagues en Angola.[...]

Angola : Luanda serre les dents

"Certaines dépenses publiques seront réduites, notamment les subventions aux prix des carburants. Des projets seront reportés, et le contrôle des dépenses de l'État comme la[...]

Angola : le président dos Santos en visite en RDC pour signer des accords de coopération

Le président angolais José Eduardo dos Santos va rencontrer lundi à Kinshasa son homologue congolais Joseph Kabila pour signer des accords de coopération, notamment dans le domaine des transports,[...]

Angola : Isabel dos Santos, femme d'affaires et "fille de"

Lancée en novembre, son offre publique d'achat de 1,2 milliard d'euros sur le holding Portugal Telecom n'a pas abouti. Mais peu importe : cette initiative continue de forger le mythe. Deux ans seulement se sont[...]

Angola : Titica, chanteuse et icône des transgenres

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Football : tous les records de l'histoire de la CAN en un coup d'oeil

À l'occasion de la 30e édition de la Coupe d'Afrique des nations (CAN 2015), qui se déroule du 17 janvier au 8 février en Guinée équatoriale, "Jeune Afrique" vous propose de[...]

Jean-Pierre Versini-Campinchi : l'héritier

De confortables honoraires, une grande exposition médiatique, le tout dans un cadre juridique familier, hérité du temps des colonies... Quelles que soient la complexité des dossiers ou la[...]

Isabel dos Santos retire son offre de rachat de Portugal Telecom

La femme d'affaires angolaise Isabel dos Santos a retiré son offre de rachat de Portugal Telecom SGPS. La proposition, d'une valeur de 1,2 milliard d'euros, avait été jugé trop basse par[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120810093953 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120810093953 from 172.16.0.100