Extension Factory Builder
10/08/2012 à 10:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed al-Megaryef (c) élu président de l'assemblée nationale, le 9 août 2012 à Tripoli. Mohamed al-Megaryef (c) élu président de l'assemblée nationale, le 9 août 2012 à Tripoli. © Mahmud Turkia/AFP

Ancien fervent opposant de Mouammar Kadhafi, Mohamed al-Megaryef a été élu jeudi 9 août président du Congrès général national (CGN). Originaire de Benghazi, il est plutôt proche des islamistes.

Le symbole est fort pour la nouvelle Libye. La première assemblée libre et démocratiquement élue après quarante ans de régime Kadhafi sera dirigée par un ancien éminent opposant de l'ex-« Guide », Mohamed al-Megaryef. Considéré comme proche des islamistes, il a été élu jeudi soir à la présidence du Congrès général national (CGN), qui a pris mercredi le pouvoir en Libye.

Mohamed al-Megaryef était dirigeant du Front de salut national libyen, formation politique basée à l'étranger qui regroupait les opposants en exil au dictateur Mouammar Kadhafi. Il a gagné avec 113 voix contre 85 pour Ali Zidane, un membre indépendant aux tendances libérales.

Cinq membres du CGN s'étaient présentés pour le poste. M. Megaryef l'a emporté au terme d'un deuxième tour. Pour être élu, le candidat devait obtenir plus de 100 voix, selon le règlement de ces élections internes adopté jeudi dans la journée.

Né en 1940 à Benghazi (est), M. Megaryef, qui prône un islam modéré, avait été élu membre du CGN sous la bannière de sa formation rebaptisée Parti du front national.

Fondateur du Front de salut national libyen

Diplômé en économie et titulaire d'un doctorat en Finances de Grande-Bretagne, M. Megaryef avait occupé des postes de responsabilité sous le régime de Mouammar Kadhafi dans les années 1970. En 1980, il avait démissionné de son poste d'ambassadeur de Libye en Inde, pour rejoindre l'opposition en exil et fonder avec d'autres dissidents le Front de salut national libyen.

Le congrès a également élu son vice-président : Jommaa Atiga, un membre indépendant de la ville de Misrata (ouest), qui l'a emporté au second tour devant Salah al-Makhzoum du Parti de la justice et de la construction (PJC), issu des Frères musulmans.

Les 200 membres du CGN ont suspendu leurs travaux diffusés en direct à la télévision libyenne vers  03 heures 30 (01 heure 30 GMT). Ils doivent tenir une nouvelle session pour élire un deuxième vice-président.

Le Conseil national de transition (CNT), qui tenait le pouvoir depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, a remis mercredi soir le pouvoir au CGN au cours d'une cérémonie marquant la première transition pacifique du pays. Le CGN sera chargé de choisir un nouveau gouvernement pour prendre le relais du CNT, qui devrait être dissout lors de la première session du Congrès. Il devra conduire le pays à de nouvelles élections sur la base d'une nouvelle Constitution.

L'Alliance des forces nationales (AFN), une coalition de plus de 40 petits partis libéraux menée par des architectes de la révolte de 2011 contre le colonel Kadhafi, détient 39 sièges sur les 80 réservés à des partis politiques. Le parti de la justice et de la construction (PJC) est la deuxième formation politique du Congrès avec 17 sièges. Le parti de M. Megaryef était arrivé troisième avec seulement 3 sièges.

Les 120 sièges restants ont été attribués à des candidats indépendants aux allégeances et convictions encore floues mais qui sont très courtisés par les partis.

Originaire de l'Est

Un membre du PJC, qui a requis l'anonymat, a estimé que l'élection de M. Megaryef était « une victoire pour les islamistes ». De son côté, un membre indépendant a expliqué que plusieurs membres avaient choisi le président sur la base de considérations géographiques et non religieuses ou politiques.

Selon lui, plusieurs membres indépendants s'étaient mis d'accord pour choisir un président originaire de l'est du pays. Ils souhaitaient ainsi résorber la tension dans cette région du pays qui avait réclamé plus de sièges dans l'assemblée nationale et se considérait comme « marginalisée » sous le régime de Kadhafi et par le CNT.

Une partie de la population de cette région avait dénoncé la répartition des sièges à l'assemblée (100 sièges pour l'Ouest, 60 pour l'Est et 40 pour le Sud) et avait réclamé un nombre égal de sièges pour chacune des trois régions.

Des partisans du fédéralisme avaient appelé au boycott des élections législatives du 7 juillet, qui avaient été émaillées d'actes de sabotage et des violences dans plusieurs villes de l'est.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes", [...]

Sommet de l'UA : les pays africains écartent l'idée d'une intervention en Libye

Réunis ce mercredi à Addis-Abeba à l'occasion du sommet de l'UA, les pays membres du groupe international de contact sur la Libye se sont prononcés en faveur d'une solution politique au détriment[...]

Libye : trois questions autour de l'attaque terroriste de l'hôtel Corinthia à Tripoli

L'hôtel Corinthia à Tripoli a été la cible mardi d'une attaque revendiquée par la branche libyenne de l'État islamique. Neuf personnes, dont cinq étrangers, ont été[...]

La branche libyenne de l'État islamique revendique un attentat qui a fait au moins 12 morts à Tripoli

L'hôtel Corinthia, qui accueille régulièrement diplomates et journalistes à Tripoli, a été la cible mardi d'une attaque terroriste. Des hommes armés ont fait au moins douze morts[...]

Mohamed al-Zehawi est mort, confirme le groupe terroriste libyen Ansar al-Charia qu'il dirigeait

Le groupe libyen Ansar al-Charia, classé comme "terroriste" par les Etats-Unis et l'ONU, a confirmé samedi soir dans un communiqué la mort de son chef Mohamed al-Zehawi, annoncée plus[...]

Annonces de cessez-le-feu en Libye, le début d'une sortie de crise ?

Emboîtant le pas à la coalition de milices Fajr Libya, l'armée libyenne a annoncé dimanche 18 janvier un cessez-le-feu dans le pays. Objectif : donner une petite chance à des négociations[...]

Libye : l'armée annonce à son tour un cessez-le-feu

L'armée libyenne a annoncé dimanche un cessez-le-feu, comme l'a fait il y a deux jours la milice Fajr Libya, pour soutenir les négociations de Genève en faveur d'un règlement du conflit qui[...]

Libye : le Conseil de sécurité salue l'annonce d'un cessez-le-feu

Le Conseil de sécurité de l'ONU a salué samedi l'annonce par une coalition de milices, notamment islamistes, d'un cessez-le-feu en Libye et a menacé de sanctions ceux qui feraient obstacle aux efforts[...]

Libye : des barils et des balles

Principale source de revenus de l'État libyen, l'or noir est plus que jamais au coeur de la guerre sans merci que se livrent les différentes factions qui se disputent le pouvoir.[...]

Libye : le contenu de l'accord signé à Genève entre les parties en conflit

Après 48 heures de discussions, les protagonistes du conflit armé en Libye sont parvenus à un accord à Genève sur la fin des hostilités et la formation d'un gouvernement d'unité[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120810082752 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120810082752 from 172.16.0.100