Extension Factory Builder
09/08/2012 à 17:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Tunisiennes manifestent devant le siège de l’Assemblée nationale constituante, le 8 août. Des Tunisiennes manifestent devant le siège de l’Assemblée nationale constituante, le 8 août. © AFP

Sidi Bouzid n'est plus seulement le berceau de la révolution tunisienne. C'est aussi une ville en train de devenir le fer de lance de la contestation de la politique sociale menée par le gouvernement des islamistes d'Ennahdha, comme le montrent les nouvelles manifestations du jeudi 9 août.

À Sidi Bouzid, la révolte n’en finit pas de se consumer. Alors que le calme était revenu après les émeutes de fin juillet, de nouvelles échauffourées ont eu lieu jeudi 9 août. Cette fois, les manifestants réclamaient la démission du gouvernement dirigé par Hamadi Jebali (Ennahda, islamiste).

« Le peuple veut la chute de régime », « le peuple veut la chute du gouvernement », « non à l'hypocrisie », ont-ils scandé avant de prendre d’assaut le siège du gouvernorat, brisant le portail d'entrée du bâtiment. Les policiers ont alors tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes pour les arrêter et les disperser. Cinq personnes ont été hospitalisées : l’une a été blessée par une balle en caoutchouc et quatre autres se sont senties mal en raison des gaz.

La marche a revêtu un caractère éminemment politique. Plusieurs partis d'opposition y ont participé, tels le parti des Travailleurs tunisiens, Al-Watan (la nation) ainsi que des indépendants. « Les revendications du peuple relatives à l'amélioration de sa situation sociale deviennent de plus en plus insistantes mais malheureusement le gouvernement n'est pas au service de ce peuple », regrette Mohamed Ghadri, membre du parti républicain.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : le gouvernement écarte des menaces d'attentats anti-juifs

Un responsable du ministère tunisien de l'Intérieur a démenti samedi soir l'existence de menaces d'attentat anti-juif ou anti-israélien en Tunisie comme évoqué par le bureau du Premier[...]

Tunisie : Ennahdha, wait and see

Rached Ghannouchi, président d'Ennahdha et artisan du virage pragmatique du mouvement islamiste tunisien, a déjà les yeux tournés vers le prochain congrès du parti.[...]

Tunisie : le trouble jeu de l'UGTT

Couverte de louanges pour son rôle pacificateur durant les quatre années qui ont suivi la révolution, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) inquiète gouvernement et milieux[...]

Tunisie : révolution dans la révolution

Quatre ans après la chute de Ben Ali, le pays a réussi sa transition démocratique. Mais sur le plan économique et social, le peuple s'impatiente. Heureusement, les signaux positifs et, surtout,[...]

Tunisie : 98 migrants perdus en mer arrivés au port de Zarzis

Trois bateaux de pêche ont amené samedi au port de Zarzis (Sud tunisien) 98 migrants africains en perdition en Méditerranée après avoir tenté de rallier illégalement l'île[...]

Tunisie : Ghannouchi tel qu'en lui-même dans "Au sujet de l'islam"

Rached Ghannouchi s'est livré dans un livre d'entretiens réalisé par le journaliste Olivier Ravanello : "Au sujet de l'islam". [...]

Tunisie : Samir el-Wafi, mauvais scoop pour animateur star

Le célèbre présentateur tunisien a été arrêté. Pas pour un délit de presse, mais pour une affaire de droit commun : il est soupçonné de racket.[...]

Tunisie : chamboule-tout diplomatique

Les missions diplomatiques tunisiennes à Washington, Paris, Berne, Rome, Le Caire, Mascate, Koweït et Oslo (entre autres) auront prochainement de nouveaux chefs.[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120809173835 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120809173835 from 172.16.0.100