Extension Factory Builder
09/08/2012 à 17:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Tunisiennes manifestent devant le siège de l’Assemblée nationale constituante, le 8 août. Des Tunisiennes manifestent devant le siège de l’Assemblée nationale constituante, le 8 août. © AFP

Sidi Bouzid n'est plus seulement le berceau de la révolution tunisienne. C'est aussi une ville en train de devenir le fer de lance de la contestation de la politique sociale menée par le gouvernement des islamistes d'Ennahdha, comme le montrent les nouvelles manifestations du jeudi 9 août.

À Sidi Bouzid, la révolte n’en finit pas de se consumer. Alors que le calme était revenu après les émeutes de fin juillet, de nouvelles échauffourées ont eu lieu jeudi 9 août. Cette fois, les manifestants réclamaient la démission du gouvernement dirigé par Hamadi Jebali (Ennahda, islamiste).

« Le peuple veut la chute de régime », « le peuple veut la chute du gouvernement », « non à l'hypocrisie », ont-ils scandé avant de prendre d’assaut le siège du gouvernorat, brisant le portail d'entrée du bâtiment. Les policiers ont alors tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes pour les arrêter et les disperser. Cinq personnes ont été hospitalisées : l’une a été blessée par une balle en caoutchouc et quatre autres se sont senties mal en raison des gaz.

La marche a revêtu un caractère éminemment politique. Plusieurs partis d'opposition y ont participé, tels le parti des Travailleurs tunisiens, Al-Watan (la nation) ainsi que des indépendants. « Les revendications du peuple relatives à l'amélioration de sa situation sociale deviennent de plus en plus insistantes mais malheureusement le gouvernement n'est pas au service de ce peuple », regrette Mohamed Ghadri, membre du parti républicain.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Diaporama : 'Djerbahood', le street art s'invite en Tunisie

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers