Extension Factory Builder
08/08/2012 à 17:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran extraite du documentaire de Sophie Peeters. Capture d'écran extraite du documentaire de Sophie Peeters. © AFP

Propos avilissants, sifflements canins, mains baladeuses, gestes obscènes... Un documentaire d’une étudiante belge en cinéma, met en lumière le harcèlement de rue. Une réalité à l'oeuvre des deux côtés de la Méditerrannée.

Il est quotidien, banalisé, trop souvent minimisé. Ulcérée par les paroles et gestes déplacés – voire carrément  obscènes – dont elle est victime depuis son installation à Bruxelles, Sophie Peeters, une étudiante belge en cinéma, a décidé de filmer en caméra caché les outrages subis lors de ses déplacements quotidiens. Dans son film (voir l'extrait ci-dessous) de fin d'études, le spectateur (masculin) découvre, médusé, la litanie des « salope », « chienne » et autre « t'es bonne », proférés à tous bouts de champ à une jeune femme certes séduisante, mais vêtue d'une robe tout à fait décente et de bottes. Depuis, le buzz fait son oeuvre sur la toile, notamment sur Twitter où les femmes sont invitées à raconter leurs mésaventures. Et la parole se libère, via d'innombrables témoignages plus ou moins crus. 

Risque de récupération

Où s'arrête la drague ? Où commence la violence ? Le débat est ouvert. Avec, à la clé, un risque de stigmatisation des Maghrébins – de nombreuses séquences ont été tournées dans un quartier populaire de la capitale belge où réside une importante communauté maghrébine. Question d'éducation ? De religion ? D'éthique ? Entre ceux qui pointent le risque de culturaliser un comportement et ceux qui mettent en exergue le poids des frustrations sexuelles et des différences culturelles, la polémique va bon train - sans parler de l'accusation récurrente de paranoïa féminine.

Et pourtant... Cette vidéo choc vient contribuer à la dénonciation des dérives sexistes à l'oeuvre en Europe comme outre-Méditerranée. Elle s'inscrit dans la droite ligne du film « Les femmes du bus 678 », de l'Égyptien Mohamed Diab, qui brisait récemment le tabou du harcèlement de rue à travers l'histoire de trois femmes s’unissant pour combattre le machisme à l'oeuvre dans les rues, les bus et les foyers cairotes. Elle renvoie aussi aux attouchements dont la place Tahrir s'est fait une sinistre réputation – le cas le plus médiatisé étant celui de la journaliste française Caroline Sinz, agressée et violée par une foule d'homme fin novembre. Reste que le phénomène est partout présent, juste plus ou moins frontal, se jouant des catégories sociales. Hasard de calendrier ? En France, une loi contre le harcèlement sexuel vient d'être adoptée, visant à sanctionner ce délit et à encourager les victimes à porter plainte.
 






 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Idris Elba pas assez "anglais-anglais" pour interpréter James Bond, selon Roger Moore

Faute d'être "anglais-anglais", Idris Elba ne pourra pas incarner James Bond, a déclaré l'ancien agent 007 Roger Moore, dans une interview accordée à "Paris Match". Face[...]

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120808171201 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120808171201 from 172.16.0.100