Extension Factory Builder
08/08/2012 à 15:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Paul Kagamé (G.) et Joseph Kabila (D.), tout sourires, le 7 août 2013 à Kampala. Paul Kagamé (G.) et Joseph Kabila (D.), tout sourires, le 7 août 2013 à Kampala. © Peter Busomoke/AFP

Le "principe d'une force neutre" dans l'est de la RDC, accepté par les présidents rwandais et congolais, Paul Kagamé et Joseph Kabila, ne s'est pas concrétisé dans les faits lors du sommet extraordinaire des dirigeants des États des Grands lacs, les 7 et 8 août à Kampala. Une nouvelle réunion doit avoir lieu dans un mois.

Le sommet des dirigeants de la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), qui s’est tenu les 7 et 8 août à Kampala, a-t-il accouché d’une souris ? Même pas. Si des progrès ont été enregistrés quant à un éventuel rapprochement entre le Rwanda de Paul Kagamé et la RDC de Joseph Kabila, qui s’accusent mutuellement de soutien à des groupes hostiles à leurs régimes, ils n’ont pas été rendus publics.

Le « principe d'une force neutre » à établir dans l'Est de la RDC, qui avait été accepté par Kabila et Kagamé à la mi-juillet, reste donc pour l’instant à l’état... de principe. Le texte du communiqué publié par le CIRGL à la fin du sommet ne donne aucun détail sur la constitution d’une telle force, ni sur l’implication éventuelle de l'ONU ou de l'Union africaine (UA), dont les noms ne sont même pas mentionnés.

Comité de liaison

Seule avancée : les discussions ne sont pas closes, et les pays participants à la réunion « se retrouveront dans quatre semaines », a déclaré mercredi le président ougandais Yoweri Museveni en clôturant le sommet. En attendant, pour garder le contact, un « sous-comité » ministériel chargé de « fournir des détails sur la mise en œuvre de la force internationale neutre » a été mis en place, et devra rendre son rapport final lors de la prochaine réunion, indique le communiqué.

Présidé par le ministre ougandais de la Défense et composé de ses homologues d'Angola, du Burundi, du Congo, de RDC, du Rwanda et de Tanzanie, il aura également pour rôle de « proposer des mesures urgentes concrètes pour permettre un arrêt complet des combats » dans l'est de la RDC. Encore faudrait-il que Kinshasa et Kigali s’entendent pour sécuriser leur frontière. Or Kabila et Kagamé ont visiblement une conception très différente de la force censée « éradiquer » les groupes rebelles que sont le Mouvement du 23 mars (M23) et le Front démocratique de libération du Rwanda (FDLR), qui opèrent dans l’est de la RDC.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : fermeture différée pour le TPIR ?

Rwanda : fermeture différée pour le TPIR ?

Basé à Arusha, en Tanzanie, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) ne devrait pas fermer ses portes avant août 2015.[...]

Génocide au Rwanda : quel bilan pour le TPIR, vingt ans après sa création ?

Après 20 ans de travail et 61 condamnations, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) s'apprête à fermer ses portes. Avec un bilan en demi-teinte.[...]

Attentat du 6 avril 1994 au Rwanda : les révélations contradictoires d'Émile Gafirita

Le témoignage de dernière minute que le Rwandais Émile Gafirita – porté disparu depuis le 13 novembre – entendait apporter aux juges français chargés de l'instruction sur[...]

Affaire Gafirita - J. Busingye : "Le gouvernement rwandais fait confiance aux magistrats français"

Kigali nie être impliqué dans l'enlèvement d'Émile Gafirita, témoin de la dernière heure dans l'attentat contre l'avion de l'ancien président rwandais Juvénal Habyarimana,[...]

Rwanda : l'étrange affaire Gafirita

C'est l'histoire d'un ancien sergent qui disait détenir des informations compromettantes pour Kagamé et qui a disparu, le 13 novembre. Enquête sur un dossier plein de contradictions.[...]

Rwanda : des membres des FDLR condamnés à de la prison ferme en Allemagne

Trois Allemands d'origine rwandaise ont été condamnés vendredi à des peines de 4 à 2 ans de prison ferme pour appartenance ou soutien aux rebelles hutu rwandais des FDLR (Forces[...]

Rwanda - Me Cantier : "J'ignore qui a enlevé Émile Gafirita"

Me François Cantier, avocat du Rwandais Émile Gafirita, répond aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de l'enlèvement de son client, au Kenya, mi-novembre. L'ancien sous-officier devait[...]

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et[...]

France - Rwanda : Sonia Rolland, Miss et ambassadrice

Dans un documentaire diffusé sur France Ô le 26 novembre, la comédienne franco-rwandaise évoque avec une tendresse teintée d'admiration la résurrection de son pays natal, vingt ans[...]

Rwanda - Affaire Habyarimana : un témoin disparaît au Kenya

Émile Gafirita, ancien militaire de l'armée rwandaise qui doit être entendu par la justice française dans le cadre de l'affaire de l'attentat contre l'avion de l'ancien président, Juvenal[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers