Extension Factory Builder
08/08/2012 à 15:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Paul Kagamé (G.) et Joseph Kabila (D.), tout sourires, le 7 août 2013 à Kampala. Paul Kagamé (G.) et Joseph Kabila (D.), tout sourires, le 7 août 2013 à Kampala. © Peter Busomoke/AFP

Le "principe d'une force neutre" dans l'est de la RDC, accepté par les présidents rwandais et congolais, Paul Kagamé et Joseph Kabila, ne s'est pas concrétisé dans les faits lors du sommet extraordinaire des dirigeants des États des Grands lacs, les 7 et 8 août à Kampala. Une nouvelle réunion doit avoir lieu dans un mois.

Le sommet des dirigeants de la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), qui s’est tenu les 7 et 8 août à Kampala, a-t-il accouché d’une souris ? Même pas. Si des progrès ont été enregistrés quant à un éventuel rapprochement entre le Rwanda de Paul Kagamé et la RDC de Joseph Kabila, qui s’accusent mutuellement de soutien à des groupes hostiles à leurs régimes, ils n’ont pas été rendus publics.

Le « principe d'une force neutre » à établir dans l'Est de la RDC, qui avait été accepté par Kabila et Kagamé à la mi-juillet, reste donc pour l’instant à l’état... de principe. Le texte du communiqué publié par le CIRGL à la fin du sommet ne donne aucun détail sur la constitution d’une telle force, ni sur l’implication éventuelle de l'ONU ou de l'Union africaine (UA), dont les noms ne sont même pas mentionnés.

Comité de liaison

Seule avancée : les discussions ne sont pas closes, et les pays participants à la réunion « se retrouveront dans quatre semaines », a déclaré mercredi le président ougandais Yoweri Museveni en clôturant le sommet. En attendant, pour garder le contact, un « sous-comité » ministériel chargé de « fournir des détails sur la mise en œuvre de la force internationale neutre » a été mis en place, et devra rendre son rapport final lors de la prochaine réunion, indique le communiqué.

Présidé par le ministre ougandais de la Défense et composé de ses homologues d'Angola, du Burundi, du Congo, de RDC, du Rwanda et de Tanzanie, il aura également pour rôle de « proposer des mesures urgentes concrètes pour permettre un arrêt complet des combats » dans l'est de la RDC. Encore faudrait-il que Kinshasa et Kigali s’entendent pour sécuriser leur frontière. Or Kabila et Kagamé ont visiblement une conception très différente de la force censée « éradiquer » les groupes rebelles que sont le Mouvement du 23 mars (M23) et le Front démocratique de libération du Rwanda (FDLR), qui opèrent dans l’est de la RDC.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de transcen[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Génocide rwandais : Claude Muhayimana arrêté et écroué en France

Interpellé mercredi à son domicile à Rouen, le Franco-Rwandais Claude Muhayimana a été mis en examen et écroué, selon des sources judiciaires sur place. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers